Nantes. Scopéli, une entreprise participative pour du bio et du local moins cher

A LA UNE

Algues vertes. Mise en lumière d’un « très mauvais usage de l’argent public » avant les élections régionales ?

Tandis que la Cour des Comptes doit publier un rapport sur l'efficacité des mesures prises contre les algues vertes...

Scandale en forêt de Lanouée. Le conseil d’Etat autorise la construction d’éoliennes

C'est un véritable scandale validé par le conseil d'Etat, et qui concerne la forêt de Lanouée, dans le Morbihan. Le...

Bernard Rio (Un dieu sauvage) : « Le monde occidental est désenchanté et même déprimant si on ne prend pas un peu de recul...

Bernard Rio mène une double carrière d’écrivain et de journaliste. Il est l’auteur d’une soixantaine de livres, et a...

Immigration 2019. Seuls 15% des immigrés sous le coup d’une Obligation de Quitter le Territoire (OQTF) sont expulsés

C'est un scandale important révélé par la Cour des Comptes dans son rapport intitulé L’entrée, le séjour et le...

Jacques Attali : « Il n y a pas de solution à la pandémie qui ne soit globale, de même qu’il n y a...

Jacques Attali s’est beaucoup exprimé, a beaucoup écrit, au sujet notamment de la pandémie de Covid-19 à travers le...

04/10/2016 – 07H00 Nantes (Breizh-info.com) – Nourrir les consommateurs avec l’agriculture biologique ou locale pour 15 à 30% moins cher que les prix actuels ? C’est le défi que s’est lancée la société Scopéli, qui a pour projet d’ouvrir un magasin prochainement, dans les environs de Nantes (courant 2017). « SCOPELI a pour objectif principal de permettre l’accessibilité à une nourriture saine à un maximum de personnes, tout en encourageant une économie de proximité et une dynamique sociale sur le territoire.» expliquent les porteurs du projet, qui avance très rapidement.

Pour ce faire, un supermarché va être ouvert dans l’agglomération nantaise. Il sera géré par des bénévoles encadrés par cinq à huit salariés. Contre trois heures de travail par mois, les particuliers coopérateurs (et uniquement eux) pourront faire leurs courses à des tarifs « entre 15 et 30 % » moins cher qu’ailleurs. Le magasin proposera entre 5.000 et 8.000 références en alimentaire, cosmétiques, entretien et consommables.

Le prix d’entrée (c’est à dire l’achat d’une part sociale) sera entre 10 et 50 euros selon la situation professionnelle de chacun. Interrogé par 20 Minutes, Gilles Caillaud, coordinateur de la société, explique : « Pour que le projet soit viable, il nous faut au minimum 2.000 coopérateurs. En dessous, on risque de manquer de clients ou de bras pour faire tourner le magasin. A ce jour, nous avons réuni 300 familles, soit 600 adhérents prêts à s’investir. Il y a cinq mois, nous n’étions que trois. Le bouche-à-oreille marche énormément. On atteindra l’objectif d’ici le printemps, je n’en doute pas. ».

Le supermarché devrait se situer sur un terrain de 2000 m2 de superficie, pour un coût d’un million et demi d’euro. Les investisseurs souhaiteraient qu’il soit basé au Sud de la Loire (secteur Rezé Bouguenais).

«L’état d’esprit du projet est plutôt de convaincre, pas de contraindre. Ce sera une réussite chaque fois qu’une nouvelle personne comprendra que l’alimentation saine (le plus biologique possible) est le meilleur choix pour elle et sa famille. Nous apporterons notre contribution en proposant cette nourriture à des prix avantageux et en respectant les valeurs inscrites dans notre constitution.» expliquent les initiateurs d’un projet qui séduit de plus en plus de particuliers.

Un projet qui entend donner la priorité aux producteurs locaux, aux circuits courts, aux produits cultivés de manière écologique, aux produits de saison, à la lutte contre le gaspillage alimentaire et à la réduction des emballages alimentaires via la promotion du vrac…

Pour rejoindre le projet, des réunions d’information sont régulièrement organisées (voir sur la page facebook de la société ou sur son site Internet).

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Nantes. La pandémie impacte le commerce du centre-ville

La fermeture de la maison de la presse Agora, place de l'Ecluse, mi-avril, rappelle s'il en était besoin qu'une...

Le président irlandais, M. Higgins, demande la fin de l’enseignement séparé en Irlande du Nord

Le président irlandais Michael D Higgins a déclaré que l'éducation séparée en Irlande du Nord ne peut plus être...