Saint-Malo. Henri Guaino : « L’État peut tout mais ne doit pas tout faire »

A LA UNE

12/10/2016 – 08H30 Saint-Malo (Breizh-info.com) – Vendredi dernier Henri Guaino, député des Yvelines et candidat à l’élection présidentielle, était en visite à Saint-Malo. Reçu par le Cercle des Actifs Malouins, il a rencontré des représentants syndicaux de la police puis de l’UNI, syndicat étudiant. Par la suite, il s’est rendu dans la cité corsaire avant de recevoir des élus locaux et des représentants de Sens Commun, DLF et du PCD.

Le soir il a tenu une conférence publique sur le gaullisme. Après un exposé sur sa situation actuelle, il a longuement insisté sur sa conception de l’État qui selon lui « peut tout mais ne doit pas tout faire ».

S’en est suivi un long moment d’échanges avec la salle où il a été interrogé successivement sur l’avenir de l’Europe, l’Euro, ses relations avec Nicolas Sarkozy et les propositions des candidats à la primaire de la droite. Même s’il est favorable à une autre Europe, il doute de la capacité des futurs gouvernements à la changer. Il s’est dit défavorable à la sortie de l’Euro car les conséquences sont incertaines. Il a affirmé avoir gardé de la sympathie pour Sarkozy, fidèle en amitié mais qu’en l’Etat il ne pourrait pas travailler avec lui.

La soirée s’est terminée par une séance de dédicace de son dernier livre « En finir avec l’économie du sacrifice ».

Son livre est le fruit d’une longue réflexion personnelle sur l’étrange relation que l’économie entretient de nos jours avec l’impuissance de la politique.

« C’est le livre d’un responsable politique qui cherche à comprendre le monde tel qu’il est pour pouvoir agir en accord avec sa conception morale. Sa seule ambition est d’apporter une contribution différente à un débat qui, à force de manquer de sérieux, affaiblit dangereusement la démocratie.Pour casser le cercle vicieux économique et social qui pousse une partie des Français à la révolte et l’autre au désespoir, il faut une stratégie : desserrer le carcan de l’austérité qui détruit la confiance dans l’avenir et étouffe l’audace et l’initiative, investir massivement, rendre du pouvoir d’achat au lieu d’en retirer, engager les mutations qui devront l’être à partir de quelques principes simples.

Contre la politique du sacrifice qui fait des marchés, de l’Europe et de la mondialisation l’alibi de tous les renoncements et de toutes les souffrances, il y a urgence à vouloir plutôt qu’à subir, à encourager et à motiver plutôt qu’à sacrifier, à faire espérer plutôt qu’à faire expier des fautes qui sont celles des dirigeants et non celles des peuples. » explique Henri Guaino.

14615656_1139664566125229_8381819803830320710_o

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Crack à Paris : une gestion « emblématique » de la politique d’Anne Hidalgo ?

Près des Jardins d’Éole, dans les XVIIIe et XIXe arrondissements de Paris, la tension est à son comble. Exaspérés...

La Cour de cassation casse la condamnation de 8 décrocheurs de portrait de Macron et met fin au caractère systématique des prélèvements ADN

La Cour de cassation a rendu ce mercredi sa décision concernant 16 militants climat d'Action non-violente COP21 qui avaient...

1 COMMENTAIRE

  1. Bizarre que ce jacobin hystérique se soit laissé photographié devant un oripeau créé par des antirépublicains bretons (cf. le gwenn-ha-du sur la photo). Sûrement un passage à vide. Ressaisis -toi Henri ! Franc(h)ement !

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés