Agression sexuelle à Rennes. Elle met en fuite ses trois agresseurs

A LA UNE

25/10/2016 – 07H45 Rennes (Breizh-info.com)  Le 20 octobre 2016, à Rennes, un Mahorais de 19 ans a été interpellé par la police et placé en garde à vue, accusé de violence commise en réunion et d’agression sexuelle en réunion. Avec deux autres individus – non identifiés par la police jusqu’ici – ils ont agressé sexuellement une femme à la sortie du métro, à Villejean. Et lui ont notamment caressé les fesses, ce qui constitue une agression sexuelle caractérisée.

Loin de se laisser faire, la jeune femme prend son courage à deux mains, poursuit ses agresseurs, réussit à en attraper un, le gifle, se bat avec lui, avant d’être mise au sol et frappée à son tour. Alertée, les policiers sont intervenus et ont procédé à l’interpellation de l’individu. Ce dernier, qui réside à Rennes,  a nié les faits tout en concédant être présent durant l’agression.

Le 10 octobre, à Vitré, une vendeuse avait été violée dans sa boutique par un individu de 36 ans. Celui-ci avait été interpellé peu de temps après à Rennes par les gendarmes. Après sa garde à vue, il a été présenté à un juge d’instruction puis mis en examen pour « viol » et« agression sexuelle », puis placé en détention provisoire.

Début octobre, un autre homme de 24 ans était arrêté pour des agressions sexuelles commises à Rennes à proximité du campus de Beaulieu, un homme déjà connu pour exhibition sexuelle.

En raison de la multiplication de ces agressions sauvages, les femmes  sont de plus en plus nombreuses à fréquenter des clubs pour apprendre à se défendre. Nombreuses aussi sont celles qui s’inscrivent en stand de tir, ou qui acquièrent du matériel (bombes lacrymogènes, shocker électrique ..) pour pouvoir faire face à une agression en cas d’impossibilité de fuir. La fuite demeure cependant le premier réflexe  de sécurité si une telle possibilité s’offre.

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Un collectif mobilisé pour la réhabilitation d’une ancienne voie ferrée dans le pays de Retz

Entre Paimboeuf et Saint Hilaire de Chaléons, 28 kilomètres de voie désaffectées depuis 1998. Des riverains et d'anciens cheminots...

Ospital Dinan : 6 goprad digarget dre ziouer a bas yec’hed

D'al lun 20 a viz gwengolo e ospital Dinan e voe galvet 11 goprad (war 1446) rak n'o doa...

5 Commentaires

  1. Il serait souhaitable que les victimes de ces délits sexuels soient les membres des associations qui soutiennent les envahisseurs !!!! Ce serait un juste retour du baton ……..

    • mais cela est arrivé à une bénévole de No borders à qui son responsable a recommandé de ne surtout rien dire pour ne pas donner une mauvaise image des migrants. Elle a quand même fini par porter plainte à Menton. Que s’est-il passé ensuite ? Mystère.

  2. Aucune information sur les origines de ces individus . Curieux , non ? Ca ne trompe personne , alors , que les journaleux arrêtent d’obéir aux ordres stupides de la censure du système collabo .

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés