Les éditions Diffusia ont publié un ouvrage intitulé « L’Edit de Mantes » rédigé par Modeste Lakrite (un pseudonyme). Le coeur de l’ouvrage : il s’agit d’un roman d’anticipation, d’un polar, qui imagine, dans 10 ans (2027) une France partagée, découpée même, ayant fait sécession dans les faits et prête à se faire la guerre pour une domination totale.

Été 2027. La France, accablée par une chaleur que rien ne semble pouvoir tempérer, s’embrase. Le pays, fortement communautarisé et dirigé par une classe politique à bout de souffle, bascule dans le chaos. Sur fond de querelles de pouvoir et d’islam conquérant, émeutes et exode des populations « de souche » menacent l’unité de la République.

Alors, pourquoi ne pas négocier à Mantes un nouveau concordat avec la religion musulmane ?

Mais comment en est-on arrivé là ? Qui se cache derrière la mystérieuse signature 1212IV revendiquant les meurtres d’imams modérés ? Et qui donc attise la rébellion ethnicoreligieuse qui met en ébullition la France toute entière ? C’est ce que va essayer de découvrir le commissaire Raoul Lelièvre, le chef de la section antiterroriste de la crim’, un flic à l’ancienne qui s’attache les services d’un grouillot de la presse régionale et coureur de jupons invétéré, Grégoire Deupartou. De Mokhtar-Maurice Massoud, le maire de Saint-Denis aux dents longues et aux moeurs dissolues, aux prédicateurs fanatiques acoquinés à des sicaires brutaux, en passant par cette bien singulière Milady voilée, les suspects ne manquent pas. Et s’il ne fallait pas plutôt les chercher du côté de cette Ligue des Vieux Habitants ? Ceux qui s’opposent aux oummanistes n’avaient-ils pas intérêt eux-mêmes à engendrer le chaos ?

Roman d’anticipation haletant, à la fois cruel et haut en couleur, l’Édit de Mantes est un ouvrage riche en références historiques et politiques qui passionnera tous ceux qui s’inquiètent des remises en cause incessantes de la laïcité à la Française et des coups portés à l’unité nationale. Il est une alerte et c’est sûrement ce qui rend cette fiction réaliste.

On ne s’ennuie pas en lisant ce roman – dont on peut reprocher toutefois une certaine longueur . Il ne s’agit pas du polar du siècle, mais on appréciera certaines références historiques, certaines critiques également de notre société actuelle.

L’Edit de Mantes n’a pas la prétention d’être un ouvrage politique. On se contentera de le lire pour ce qu’il est : un polar à la fois divertissant et politiquement incorrect, sans aller toucher le haut des cimes de la littérature.

L’Edit de Mantes – Modeste Lakrite – Diffusia – 25€ (à commander ici)

l-edit-de-mantes

Photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

13 Commentaires

  1. La meilleure façon de lutter contre la folie religieuse, c’est l’enseignement de la science. C’est contrer l’endoctrinement irrationnel qui commence dès l’enfance par une éducation basée sur la raison. C’est, par exemple, enseigner très tôt aux enfants, au moyen de dessins, BD et films d’animation, la théorie de l’évolution. J’ai grandi dans un milieu fortement religieux, pourtant on n’a pas réussi à me soumettre à ce fantôme qu’on appelle Dieu, pourquoi ? Parce que, outre le fait que je sois libertaire de nature et que je ne crois que ce que mes yeux voient, il m’arrivait enfant de regarder à la télé des documentaires sur l’Univers et sur la formation des espèces, etc. et d’en être influencé. D’un côté de la balance, il y avait le monde invisible, léger et romanesque de Dieu, de Satan et de Gabriel et de l’autre celui bien concret de Darwin, Newton et Einstein. Mon choix s’est porté sur ces derniers. Pas d’esprit sans matière. Je suis athée (mais je continue à manger halal par habitude ; la viande saignante, j’ai pas trouvé ça bon). Un jour, quelqu’un publiera un livre scientifique sur « La théorie de la genèse de la vie » qui portera un coup fatal aux religions. Les gens se réveilleront enfin d’une torpeur millénaire et ouvriront grands les yeux. Ils continueront certes à visiter la Kaaba et à tourner autour mais pas en tant que pèlerins mais en simples touristes avides de culture comme ceux qui tournent autour de l’Arc de Triomphe.

    • Le souci c’est que l Arc de Triomphe n est pas un monument religieux mais militaire ou républicain et qu’il n y a que des voitures qui tournent autour.

      Et que la théorie de Darwin n’est qu’un théorie jamais prouvée et remise en questions par des dizaines de paléontologues.

      Comme l un d’eux disait : « il n y a pas un chaînon manquant, il y en a des dizaines »

      Dans la religion chrétienne, on vous demande d’aimer Dieu comme il vous aime ; la soumission, c est dans l Islam qui d’ailleurs veut dire soumission, il me semble.

      Et il ne peut y avoir de matière sans Esprit car la matière procède de l’Esprit.

      Car la matière, c’est 99.9% de vide et un peu d atomes et les atomes sont de l’énergie. Einstein E=MC2

      Les gens se réveilleront enfin d’une torpeur millénaire

      quand ils comprendront que la matière n existe pas et que seule l Ame compte.

      • Islam veut bien dire « soumission » en Arabe, je confirme.

        Quant à la matière qui n’existerait pas, c’est une théorie platonicienne je crois… Pourtant elle existe, elle n’est pas illusoire, et notre nature humaine est par là double : matière et esprit. On ne peut pas dire que notre âme est emprisonnée dans un corps : car c’est notre corps, et notre corps c’est nous, autant que notre âme. D’ailleurs il ne faut pas oublier que le Christ est monté vers son Père avec Son Corps glorieux ; ainsi que la Vierge Marie. Donc même dans la religion chrétienne, qui prône un détachement des choses matérielles, le corps, son intégrité et son identité ont leur place.

        Et Adam et Ève, à l’époque où ils étaient au Jardin d’Eden, étaient déjà faits de cette dualité corps-âme, et étaient entourés de matière, les arbres, les animaux, étaient bien réels. Ce n’est pas quand ils ont été bannis du Jardin qu’ils ont été condamnés à porter un corps.
        Et Jésus ne se contentait pas de guérir les péchés, il guérissait les malades, les lépreux, les boiteux, les infirmes, les aveugles…

        Bonne journée :)

        • La matière reste une illusion ; « Maya » comme disent les Hindouistes.
          Elle n’existe que parce que vous êtes plongés dedans. Il ne faut pas s’y attacher.
          Elle ne sert qu’à vous rendre compte que tout est impermanent et souffrance dans ce bas-monde.
          Elle ne peut servir que de support pour atteindre le Royaume de Dieu qui chacun sait, n’est pas de ce monde.

          • Personnellement je ne suis pas Hindouiste, donc je n’irai pas chercher de référence dans une autre religion.
            Personne n’a jamais dit qu’il ne fallait pas s’attacher à la matière ; il ne faut pas s’attacher aux biens de ce monde (argent, etc).
            Mais le fait que le Christ soit monté aux Cieux avec Son Corps glorieux et que la vierge Marie y ait été portée avec son corps vierge, montre bien qu’il y a une place pour la matière dans l’au-delà, d’une manière ou d’une autre.

            Ce n’est pas la matière qui nous fait souffrir, c’est le mal qui s’insinue dedans. Adam et Ève n’avaient originellement pas été condamnés à souffrir, dans le Jardin d’Eden, qui pourtant était matériel.
            Dieu ne nous a pas créés pour que nous souffrions, et pourtant ils nous a créés de chair. C’est Satan qui veut nous faire souffrir en avilissant la Création.
            Quand Jésus dit que Sa Royauté n’est pas de ce monde, c’est en opposition au Prince de ce Monde, qui à la fin des Temps n’aura plus d’empire. Et je pense (cela n’engage que moi) que le Monde à venir sera un monde de matière, mais où tout mal aura été banni, et tout aura été purifié. En soi, un retour au Jardin d’Eden, après nous être définitivement acquittés de la peine relative au Péché Originel.

            Je le répète, ce n’est pas la matière qui nous fait souffrir, c’est le péché. La matière reste la Création de Dieu.

          • Rien ne dit que le Jardin d’Eden était dans notre monde tridimensionnel ; mais dans un monde plus élevé, plus éthéré, d’où la Chute. Un monde où la Dualité n’existait pas. Donc là, Adam et Eve vivaient dans l’Unité de Dieu.
            Le Bien et le Mal sont constitutifs et inhérents à la matière tridimensionnelle dans laquelle nous baignons.
            Le Corps de Gloire n’est pas fait de Matière ; c’est un corps que chacun doit développer et constituer qui permet de retrouver l’Unité et de s’élever vers Dieu.
            Même si à la Fin, Le Prince de ce Monde n’aura plus d’empire et que Jésus est Roi de l’Univers, il n’empêche que son Royaume n’est pas de ce Monde car il n’est pas de cette matière ; il vibre beaucoup plus haut ; « il y a de nombreuses demeures dans la Maison de mon Père ».
            La matière tridimensionnelle reste la Création de Dieu, qui est un plan de « sauvetage » après notre Chute ( nous sommes au plus bas ) et qui doit nous permettre de retourner dans le Royaume pour ceux qui le peuvent. Notre monde n’est pas le summum de la Création.

          • Il me semble que c’est Anne-Catherine Emmerich qui a eu une vision du lieu exact où était le Jardin d’Eden. La dualité existait bien, puisque Satan était présent dans le Jardin, sinon comment Ève aurait-elle été tentée par lui ?

            Le Corps Glorieux n’est pas fait de matière ? Alors pourquoi le Christ a-t-il demandé à St Thomas de mettre sa main dans sa côte ?
            Et je pense qu’il faut faire une distinction entre le Paradis et les Cieux. Adam et Ève voyaient Dieu, pouvaient le contempler et l’adorer, pourtant ils n’étaient pas aux Cieux, ils étaient au Jardin.
            Et la matière tridimensionnelle n’est pas un plan de « sauvetage » après notre Chute étant donné que c’est au travers d’elle que le couple originel a péché, la matière existait donc déjà avant le Péché Originel. Et le Jardin était fait de matière, puisqu’il y avait de l’herbe, des arbres, des animaux…

            Enfin si la matière n’existait pas avant le Péché Originel et le bannissement du Jardin, cela voudrait dire que Dieu a créé la Terre APRÈS avoir créé Adam et Ève. Or dans tous les récits de la Création, l’Homme est la Fin de la Création, sous tous les sens du terme (terminaison et finalité). Il y a donc une contradiction.

            Enfin j’ai envie de dire « on verra bien »^^

  2. @lebouclierarabe:disqus
    La théorie de l’évolution est, comme son nom l’indique, une théorie. Bien qu’elle soit scientifique, elle n’est pas exacte, et évolue au fur et à mesure des découvertes.
    Vous dites que la meilleure façon de lutter contre la folie religieuse est d’enseigner la science. Cela conduira à la folie scientifique matérialiste et aux pires crimes car la science est amorale et n’a donc pas vocation à remplacer la religion. En effet, la seule raison de ne pas perpétrer de génocide serait l’écologie… et encore, si on était en surpopulation sur la planète, il n’y aurait aucune raison de ne pas éliminer purement et simplement une partie de la population.

    J’irai même plus loin : la science et la religion sont complémentaires et non contradictoires (en tout cas pour la religion chrétienne, la Vérité), toute vérité scientifique faisant partie de la Vérité, qui est en Dieu et qui est Dieu.
    Dieu étant le Créateur de l’Univers (dans quelque religion que ce soit), la science n’est qu’une étude de sa Création et ne remplace pas son Culte.
    Je ne vois donc pas en quoi on lutterait contre ce que vous appelez « folie religieuse » à l’aide d’une théorie scientifique. Donc Darwin, Newton et Einstein, oui pour ceux de leurs travaux qui ont été confirmés.

    Deuxième point, à propos justement de ce que vous appelez « folie religieuse ». La Religion est née historiquement de la recherche de la Vérité, principalement à propos de l’origine du Monde. On peut être convaincu que telle ou telle religion est la Vérité, ou on peut n’être attiré par aucune religion existante (ou « officielle »). Mais tout le monde a une religion. Vous, par exemple, vous êtes athée, mais vous croyez forcément en une puissance (pas forcément omnipotente). Certains croient en la puissance de la nature, d’autres croient en l’Homme uniquement, mais tout le monde croit en un être suprême ou en une forme suprême source de tout le reste. On peut aussi croire au « hasard », qui est une forme de dieu capricieux.
    Ceci pour dire que se reconnaître dans une religion, c’est l’accepter comme la Vérité. Mourir pour sa religion, c’est donner subjectivement sa vie pour la Vérité (je ne parle pas de ces fils de p*** qui se font sauter au milieu d’innocents). Or quel est le but de la vie ? Comme le dit Sartre, chez l’Homme, l’existence précède l’essence, ce qui signifie que nous déterminons nous-mêmes le sens de notre vie. Donc si certains décident de mourir pour ce qu’ils pensent être la Vérité, ce but n’est humainement ni plus ni moins respectable que si d’autres décident d’amasser le plus d’argent possible avant leur mort (en faisant abstraction de toute Vérité en tout cas, car pour les uns, les autres seront des fous, et pour les autres, les uns des inutiles dont la vie n’a pas de sens).
    Bref la « folie religieuse » dont vous parler, je pense qu’il faut plutôt l’appeler « conviction ». Car ce que j’appellerais « folie religieuse », ce serait plutôt de la possession, c’est-à-dire l’inutilisation de notre raison pour compléter notre foi.
    Et pour la possession, vous pourrez toujours faire lire des bd à des petits, s’ils sont possédés, bah… ils regarderont les images, et c’est bô^^

    Dernier point, à propos d’un potentiel livre « La théorie de la genèse de la vie », déjà ça la fout mal car comme son nom l’indique c’est une théorie. Ce qui pourrait ébranler le concept de religion (tel qu’on l’entend communément) ce serait un livre « La genèse de la vie » présentant des éléments scientifiques irréfutables et non ambigus.
    Mais j’imagine bien un truc du style, par hasard plein d’atomes se sont rencontrés, ça a fait de l’ADN, c’est tombé tout seul dans une cellule, dans un environnement riche en matières organiques, et pis voilà…
    Le problème actuellement, c’est que si on admet l’existence de Dieu, tout devient explicable, il n’y a pas de fait que la foi n’explique pas. Il y a bien entendu ce qu’on appelle des « mystères », mais ce ne sont pas des choses inexplicables, mais qui dépassent la raison humaine limitée, et qu’un jour nous comprendrons (après notre mort).

    Bonne journée, et mea culpa si c’était un peu long :(

  3. A Mayotte, département ajouté à la France, les « lois coraniques » sont déjà en application (cf le site topoutremer):
    « En parallèle des lois de la République, la “législation locale
    musulmane” à destination uniquement des musulmans est édictée et
    appliquée par des juges religieux (les cadis) qui ordonnent les lois
    coraniques […]. La religion musulmane, implantée à Mayotte
    depuis le XVème siècle, occupe une place majeure dans l’organisation de
    la société. 97,1 % des Mahorais sont d’obédience musulmane et de rite
    sunnite. »
    La seule différence avec la charia est qu’ils n’y appliquent pas les châtiments corporels.

  4. De toute évidence j’aurais hésiter soit pour décrire ‘ L »édit de Nantes et celle d’édit de Mantes ‘comme une époque au passé et au présent tel elle est configurer dans son étude et selon l’éthique auquel on aurait beau imaginer la ‘croyance’et la différence entre une ‘croyance ‘ fausse et la vérité sans pour cela aller se faire convertir sans pour cela rejeter les ‘écrits’ faux et ceux qu’on admet comme ‘Vrai’ car beaucoup encore sur terre sont Analphabète car beaucoup ne savent lire ni écrire Qu’en est-il de cette Édit autant de Nantes que de Mantes ?

  5. J ‘attendrai avant de porter jugement sur des faits hors du commun tel chamanisme ou autre guérison miraculeuse sans porter aux attentions les vrais docteurs et ceux qu’ont appellent Charlatans comme de toute évidence le ‘salut’ commun pour le commun des mortels et la réincarnation pour les êtres qu’ ont dit ‘supérieurs’ Voila ce qui décrirait l’édit de Mantes ! autant que de Nantes !

  6. […] Les éditions Diffusia ont publié un ouvrage intitulé « L’Edit de Mantes » rédigé par Modeste Lakrite (un pseudonyme). Le cœur de l’ouvrage : il s’agit d’un roman d’anticipation, d’un polar, qui imagine, dans 10 ans (2027) une France partagée, découpée même, ayant fait sécession dans les faits et prête à se faire la guerre pour une domination totale.Été 2027. La France, accablée par une chaleur que rien ne semble pouvoir tempérer, s’embrase. Le pays, fortement communautarisé et dirigé par une classe politique à bout de souffle, bascule dans le chaos. Sur fond de querelles de pouvoir et d’islam conquérant, émeutes et exode des populations « de souche » menacent l’unité de la République.Alors, pourquoi ne pas négocier à Mantes un nouveau concordat avec la religion musulmane ?Mais comment en est-on arrivé là ? Qui se cache derrière la mystérieuse signature 1212IV revendiquant les meurtres d’imams modérés ? Et qui donc attise la rébellion ethnicoreligieuse qui met en ébullition la France toute entière ? C’est ce que va essayer de découvrir le commissaire Raoul Lelièvre, le chef de la section antiterroriste de la crim’, un flic à l’ancienne qui s’attache les services d’un grouillot de la presse régionale et coureur de jupons invétéré, Grégoire Deupartou. De Mokhtar-Maurice Massoud, le maire de Saint-Denis aux dents longues et aux moeurs dissolues, aux prédicateurs fanatiques acoquinés à des sicaires brutaux, en passant par cette bien singulière Milady voilée, les suspects ne manquent pas. Et s’il ne fallait pas plutôt les chercher du côté de cette Ligue des Vieux Habitants ? Ceux qui s’opposent aux oummanistes n’avaient-ils pas intérêt eux-mêmes à engendrer le chaos ?Roman d’anticipation haletant, à la fois cruel et haut en couleur, l’Édit de Mantes est un ouvrage riche en références historiques et politiques qui passionnera tous ceux qui s’inquiètent des remises en cause incessantes de la laïcité à la Française et des coups portés à l’unité nationale. Il est une alerte et c’est sûrement ce qui rend cette fiction réaliste.On ne s’ennuie pas en lisant ce roman – dont on peut reprocher toutefois une certaine longueur . Il ne s’agit pas du polar du siècle, mais on appréciera certaines références historiques, certaines critiques également de notre société actuelle.L’Edit de Mantes n’a pas la prétention d’être un ouvrage politique. On se contentera de le lire pour ce qu’il est : un polar à la fois divertissant et politiquement incorrect, sans aller toucher le haut des cimes de la littérature.Photo : DRSource […]

Comments are closed.