Saint Brieuc. 700 personnes au meeting de François Fillon

A LA UNE

07/11/2016 – 09H15 Saint-Brieuc (Breizh-info.com) – À deux semaines du premier tour de la primaire de la Droite et du Centre, François Fillon était en meeting vendredi 4 novembre au soir dans la salle de Robien, à Saint Brieuc. Au lendemain du deuxième des trois débats télévisés au cours desquels les candidats exposent leur projet politique, François Fillon avait rassemblé ses partisans locaux avec un seul mot d’ordre : la mobilisation auprès des électeurs pour cette dernière ligne droite.

700 personnes, dont plusieurs élus de premier plan, avaient fait le déplacement. En vedettes américaines, Marc Le Fur (député des Côtes-d’Armor et président du groupe Les Républicains au conseil régional de Bretagne) et Alain Cadec (président du conseil départemental des Côtes-d’Armor et président du comité de soutien à François Fillon) étaient chargés de chauffer la salle. Une délégation de conseillers départementaux des Côtes d’Armor était également présente. Parmi les autres personnalités, nous avons pu noter, aux côtés de François Fillon, la présence de François Goulard, Bruno Joncour, et de celle qui a récemment pris la vice-présidence des Républicains, Isabelle Le Callenec.

Après quelques mots de Marc Le Fur sur l’écotaxe et une formule qui fit son effet au sujet de l’éducation nationale, « On ne gonfle pas un pneu crevé », François Fillon a tracé les grandes lignes de son projet présidentiel.

Fustigeant tout d’abord un «État trop présent», François Fillon a prôné la libération du système économique via la suppression de la durée légale du travail et l’aide à l’investissement. Il a rappelé en même temps le risque de voir « le Qatar et les États-Unis prendre le contrôle de l’économie française ». La question de l’éducation fût évoquée assez longuement par le candidat qui a parlé d’une « situation d’échec grave ». Le classement de la France à la 25ème place mondiale en terme de niveau scolaire sur 65 pays a interpellé le public. Face à ces difficultés, François Fillon a proposé de réformer l’apprentissage et l’alternance mais aussi de placer sous la tutelle des régions la gestion des filières professionnelles.

Il fût question par la suite de l’autorité à l’école. L’ancien Premier ministre a ressorti une idée en vogue dans certains milieux, l’imposition d’une tenue identique pour les élèves dans les établissements scolaires. Il répétera par ailleurs à plusieurs reprises sa formules de la soirée : « Libérer le pays mais restaurer l’autorité de l’État ».

Quant au sujet de la famille, François Fillon a proposé de fixer le quotient des allocations familiales à 3000 euros, assurant vouloir rétablir ces dernières pour « tous les Français ». Sur le point crispant de la loi Taubira, il annonce vouloir revenir dessus sans pour autant l’abroger. Le but serait l’inscription du principe de filiation dans la Constitution et il a rappelé au passage qu’un enfant « a toujours un père et une mère ». Enfin, le candidat Fillon, s’il est élu, « s’opposera à la GPA en France et en Europe ».

Cependant, lors des questions du public, l’intervention remarquée de Pierre-Yves Thomas, responsable de La Manif Pour Tous 22, verra François Fillon fournir une réponse jugée incomplète par les opposants à la loi Taubira. Ainsi, la réécriture de la dite loi laisserait planer des incertitudes concernant les implications concrètes puisque la suppression de l’adoption plénière ne verrait pas disparaître pour autant l’adoption simple. « À vous de faire votre choix parmi tous les candidats », finira par conclure François Fillon.

Ensuite, les thèmes de la sécurité, du radicalisme islamique et de l’immigration ont suscité plusieurs questions de la part du public. François Fillon a rappelé son intention d’augmenter les moyens de la justice mais pas les effectifs policiers. Sur l’immigration, il préconise de contrôler d’avantage les frontières européennes et de donner des papiers en priorité aux personnes avec des « qualifications voulues », parlant aussi de quotas annuels. Sur le sujet islamique, il prône une coalition mondiale comprenant « les Russes et les Iraniens si nécessaire » en évoquant le « totalitarisme islamique » des « idéologues avec un projet impérialiste ».

Concernant une éventuelle alliance avec la Russie, François Fillon prévient la majorité socialiste qu’il n’a pas de « leçon de morale à recevoir de la part de ceux qui négocient avec l’Arabie Saoudite ».

Pour ce qui est de l’islam en France, il est contre une laïcité forcée puisque « d’autres religions ne posent pas de problème à la République » et il incite les français musulmans à chasser eux-mêmes les intégristes. Répondant à une question sur une éventuelle incompatibilité entre l’islam et les valeurs de la France, François Fillon a souligné qu’il y a des pays où cette religion s’est pliée aux règles en affirmant qu’ « il y a 20 ans, il n’y avait pas de problème alors qu’il y avait déjà autant de musulmans » tout en réfutant la présence « de 15 à 20 millions de musulmans en France ». Parmi ses solutions face à la montée de l’intégrisme religieux, l’ancien premier ministre envisage d’obliger les prêcheurs à exercer en français ou encore de contrôler les financements de mosquées et les associations se réclamants des salafistes ou des Frères musulmans.

En réponse aux plus méticuleux des tenants de la laïcité, François Fillon a tenu à préciser que l’on « finance les églises car ce sont nos racines ».

Lors des autres questions de l’assistance sur différents thèmes, nous retiendrons notamment sa volonté de suppression du Régime social des indépendants, l’harmonisation et la valorisation des salaires dans l’Union européenne pour garder les jeunes, la nécessité de « défendre le contient européen et la civilisation européenne » et une certaine défiance vis-à-vis du traité de libre-échange transatlantique (TAFTA).

En guise de conclusion, nous avons posé quelques questions à  Marc Le Fur, Isabelle Le Callennec et un jeune soutien de François Fillon dans la vidéo ci-dessous.

 

Photo : breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Les États-Unis vont entamer un dialogue avec les groupes terroristes – et notamment les FARC – en Colombie

Il est bien connu que l'État colombien, soutenu par les États-Unis, a longtemps lutté pour établir un dialogue ouvert...

Reportage au 7e Forum de la Dissidence de Polémia

« La majorité c’est vous, les extrémistes ce sont eux. Immigration, islamisation, laxisme judiciaire, partialité médiatique, comme vous 60%...

4 Commentaires

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés