Droite assumée plutôt que complexée : les Républicains nantais derrière Fillon

A LA UNE

26/11/2016 – 07H45 Nantes (Breizh-info.com) –  Jeudi 24 novembre, plus de 50 élus, militants et sympathisants des Républicains étaient réunis pour assister au duel entre Alain Juppé et François Fillon. La décision d’Alain Juppé de ne pas se retirer face à son opposant, large vainqueur du premier tour, a été parfois mal perçue ces derniers jours mais tout était oublié jeudi soir. Les Républicains nantais étaient en effet ravis de se retrouver pour assister à un dernier débat. Un débat qui aura laissé de côté quelques problèmes majeurs, comme la question  migratoire ou les enjeux géopolitiques de ce début du XXIe siècle. Si le problème du manque d’ophtalmologistes a été longuement abordé, 7 minutes seulement auront été consacrées à la politique internationale… Récit d’une réunion militante.

Belle affluence

Pour ce dernier débat, les Républicains avaient décidé de faire les choses en grand. Pour l’occasion, le rendez-vous militant n’était plus fixé au QG mais dans l’hyper-centre nantais au bar Le Charly’s.

Le rendez-vous réservé aux jeunes militants les semaines passées est cette fois ci ouvert à tous et ce sont donc plus de 50 personnes qui se massent autour de l’écran géant. Chez les jeunes, les habitués de tous les précédents débat (Thomas Tihy, Karl Simler, Clémence Doizy…) sont bien évidemment présents, accompagnés de plusieurs nouvelles têtes.
Chez les « anciens », François Pinte – patron départemental des Républicains – est présent, ainsi que Sébastien Pilard, candidat aux législatives à Nantes.

photo-02

Un public acquis à François Fillon

Ce n’était un secret pour personne, la fédération de Loire-Atlantique avait décidé de s’engager pour François Fillon après les résultats du premier tour. Si on trouve quelques irréductibles juppéistes, la quasi-totalité des personnes présentes soutient Fillon.

Forcément, ce sont donc les remarques amusées et les petites piques du Sarthois qui ont été saluées par les Nantais plutôt que ceux du maire de Bordeaux. Un seul moment d’hilarité partagée : celui du rappel des manifestations auxquelles ont participé les deux candidats.

La manifestation de François Fillon contre un professeur incompétent fera sourire tous les spectateurs. Et quand Alain Juppé justifiera sa présence dans les deux camps lors de mai 68 en déclarant avec humour qu’il « faut être présent partout », les Nantais, beaux joueurs, saluent ce trait d’esprit.

Mais quand Alain Juppé annonce qu’il sera un « président qui préside », la salle s’amuse de cette formule jugée « un peu creuse ». Et lorsque François Fillon tient à rectifier une question posée à Alain Juppé, le journaliste intervient : « Il s’agit d’une question posée à Alain Juppé ». Avec un humour acéré, François Fillon lui répond immédiatement : « Oui, mais je vais y répondre », provoquant l’hilarité de la salle, ravie de cette répartie.

Quand Fillon évoque finement l’âge de son opposant et l’exil de celui-ci au Canada, les Nantais ne manquent pas de montrer bruyamment leur approbation.

Les différences fondamentales

Lorsque François Fillon parle de la réduction du nombre de fonctionnaires à hauteur de 500 000 postes, il est taclé par Alain Juppé qui juge cet objectif irréalisable. « Je ne dis pas que c’est facile, lui rétorque-t-il, mais c’est possible » déclare-t-il, provoquant les applaudissement des Nantais qui saluent une parole « courageuse ».

Sur l’identité française, autre point de divergence. François Fillon ne croit pas à une France multiculturelle tandis qu’Alain Juppé vante le fait que « l’identité de la France est la diversité » tout en s’opposant au communautarisme. Sur l’école, François Fillon n’hésite pas à nommer ce qu’il considère comme l’un des maux de notre époque, le fait que l’éducation des enfants soit confiée à des « idéologues ». Sur ces deux points, les applaudissements seront très nourris dans la salle.

Face à un Alain Juppé plutôt tendu, François Fillon est également apparu comme un candidat posée au style classique mais élégant. Une militante remarquera par exemple sa «prestance»…

photo-03

Paroles de militants : Un vote d’adhésion

François Pinte, vice-président de la région Pays-de-la-Loire et président des Républicains de Loire-Atlantique : «  La force de François Fillon c’est sa pédagogie sur des positions pas forcément simples à expliquer. La droiture et la pédagogie : deux ingrédients d’une recette réussie. François Fillon fera un score important auprès de ceux qui souhaitent une véritable alternance et le respect de la fonction présidentielle. Il incarnera l’action et l’autorité. »

Sébastien Pilard, conseiller régional et candidat aux législatives à Nantes, dans la seconde circonscription de Loire-Atlantique : « J’avais voté pour Nicolas Sarkozy au premier tour mais c’est dur de revenir lorsqu’on est un ancien Président. De plus, un climat anti-Sarkozy était perceptible.
Enfin, quand certains candidats ont commencé à taper sur Alain Juppé, il y a sans doute eu un report de voix sur François Fillon. Aujourd’hui, comme hier, je me bats pour la France. Le programme de Nicolas Sarkozy et celui de François Fillon partagent de nombreux points communs parmi lesquels celui d’être des programmes de rupture.
C’est donc sans aucun état d’âme que je soutiens François Fillon. Il représente la droiture et une alternative à ceux qui recherchent trop souvent les médias. Ses propositions ambitieuses de réforme économique me plaisent également. Enfin, ses engagements sur la famille sont importants. »

Pour Thomas Tihy, responsable départemental des Jeunes Républicains, « François Fillon a gagné le débat. Alain Juppé était fatigué et mâchait parfois ses mots. Il avait un discours convenu. Face à un public de droite, il semblait également avoir oublié ses appels du pied à la gauche ces derniers jours.  François Fillon propose un programme fortement axé sur les libertés économiques, le rétablissement de l’autorité et le respect des valeurs chrétiennes et c’est pour cela qu’il va gagner. »

Morgane avait voté pour Nicolas Sarkozy au premier tour et elle votera pour François Fillon au second. « Le programme de François Fillon est celui qui est le plus proche de mes idées et de celles de Nicolas Sarkozy. Ce n’est pas un vote d’opposition mais d’adhésion. »

Emmanuelle avait voté pour Fillon mais avoue son étonnement face à l’ampleur de sa victoire dimanche dernier. « C’est une grosse surprise, je l’attendais plutôt à la seconde place. Ce que j’apprécie chez lui, c’est la stabilité et le fait qu’il soit entouré de bonnes personnes. »

François, avait lui aussi voté pour François Fillon : « C’est une victoire qui fait du bien ! Fillon veut de véritables réformes tandis que Juppé veut être président. François Fillon est un homme droit, il est honnête et ça change ! »

Photo : Jeunes Républicains 44
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Le migrant clandestin étant rentré sur la pelouse lors d’OM-PSG…laissé libre

Dimanche soir avait lieu le match entre l'Olympique de Marseille et le PSG, pour le compte du championnat de...

Rennes Métropole. Ces 33 maires de gauche qui veulent toujours plus de migrants en Bretagne et en France

Alors que les sondages, comme les intentions de vote, témoignent chaque jour d'un souhait majoritaire des Français d'en finir...

7 Commentaires

  1. Plus rien ne peut plus m’étonner prouvant, élection après élection, la connerie sans fond, sans fin et sans limite des français (et des bretons).
    Vous croyez qu’ils en ont enfin touché le fond ?
    Mais non ils vont prendre une pelle pour continuer de creuser et de s’y enfoncer … comme les schizophrènes névrosés qu’ils sont.
    Mister Nobody (Fillon) sera selon toutes probabilité le successeur de Hollande … c’est quasi sûr.

    • D’accord avec tout ça, malheureusement…
      Quoique nous ne sommes pas à l’abri d’une surprise. Si Bayrou se présente, il va prendre quelques % qui peuvent tout bouleverser.
      En tout cas, pour la première fois depuis longtemps, je pense me déplacer à un 2nd tour si Fillon s’y trouve. Et je crois que je serais bien capable de voter Marine ou Mélenchon.
      Pire que Sarko, LR l’a fait. Un espèce de 1er de la classe, sans imagination, obtus, autocrate, violent, à l’orientation sexuelle louche et, malgré tous ces défauts, ce qui le rend du coup dangereux, persuadé de devoir incarner quelque chose de profond. C’est ça qui a séduit les électeurs. Mais ça ne suffit pas à faire un grand homme. Le Theule, Guichard, Seguin, Sarko, il a toujours suivi. Il est incapable d’être un leader. En plus, maire d’un bled. Puis, président de la région la plus technocratique. Enfin déput de Paris. Un pur produit du système. S’il est élu, cela va être une catastrophe.

      • bonjour bayrou qui ne représente que lui même est un véritable poison !!avec aussi peut de cote il doit être franc maçon pour arriver a être aussi visible dans les merdias , un coup a gauche un coup a droite , puis on lui donne une mairie et maintenant il revient…. une vraie raclure anti démocratique …..

      • Que Bayrou ne pense qu’à lui, c’est une évidence.
        Sauf que son obsession s’est basée sur la stratégie de faire pêter les partis, en 2007. Si les électeurs n’étaient pas autant resté obsédés par le gauche-droite, on aurait gagner du temps pour faire tomber les masques.
        Sinon, c’est le plus gros des candidats le moins Jacobins, poi t qui me paraît sincères pour le coup.
        Bayrou n’est qu’un moindre mal. En 2017, il a en tout cas perdu beaucoup de son utilité, c’est vrai. Mais s’il peut prendre quelques voix à Macron, que ce pet soit le plus vite dégager et qu’il retourne dans le privé plutôt que de le voir s’installdans le paysage politique, les jumeaux Valls et Fillon, les héritiers de l’écran de fumée gauche-droite, ça ne sera pas un mal. Ça fera monter Le Pen et Mélenchon, et une fois que ces deux-là auront goûter au pouvoir, les dissensions apparaîtront, et on pourra peut-être espérer que l’idée de Fédéralisme, la seule réforme raisonnable et indispensable, apparaisse enfin dans le champ politique.
        Mais c’est peut-être trop tard. Si Bayrou avait été élu, elle serait là. Mais les 10 dernières années ont fait trop de dégâts pour que la Raison ait la moindre petite chance d’être envisagée.

    • bonjour avec les LRPS nous ne sommes pas arrivé au fond ,vous avez raison il achètent des pelles !!!! le seul argument est qu ils ne représentent rien ou presque !!! un vrai ,4 millions de votant (pour 35 a 40 millions d’inscrits) pour supprimer l’intérêt et le choix du premier tour des élections présidentiels ou l’on écartait les partis mais valorisions la découverte du meneur éventuel avec son charisme , ses compétences et ses choix ……

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés