Les « illettrées » de Gad se souviennent de Macron

A LA UNE

30/11/2016 – 08H00 Paris (Breizh-info.com) – En ce moment tous les « acteurs politiques » veulent « rassembler ». C’est à la mode. Mercredi 16 novembre, Emmanuel Macron nous en a apporté la preuve le matin en annonçant sa candidature à la présidence de la République et le soir en vantant sa marchandise sur France 2 : «Je veux rassembler ».

En résumé, l’ancien banquier-ministre a placé sa candidature sous le signe du rassemblement, voulant dépasser les clivages, alors que sa démarche divise un peu plus la gauche. Avec une grande prétention, il assène : « Je ne parle pas à la gauche, je ne parle pas à la droite, je parle aux Français » (France 2). Mais n’est pas de Gaulle qui veut ! Sa dénonciation d’un système qu’il incarne mieux que tout autre relève également d’une grande prétention : lycée Henri IV, ENA, inspecteur des Finances, rapporteur de la « commission pour la libération de la croissance française » (Commission Attali), banquier d’affaires chez Rothschild, membre de la promotion 2012 des « Young leaders » de la French-American Foundation, secrétaire général adjoint de la présidence de la République, ministre de l’Économie, de l’Industrie et du Numérique. Mais comme les autres « acteurs politiques » appartiennent au même système politique (libéralisme, européisme, mondialisme), il ne risquait pas de se faire remettre à sa place. Seule Marine Le Pen a rappelé qu’il était «le candidat des puissances de l’argent». « Macron est le candidat des banques. Ils sont un certain nombre sur cette ligne ultralibérale », a-t-elle ajouté (Les Échos, 17/11/2016). Elle aurait pu compléter la carte de visite du personnage en indiquant qu’il était également le candidat des patrons du CAC 40. Banques et multinationales défendent les mêmes intérêts !

Puisque son souci de « rassembler » s’étend sur tous les fronts – tous azimuts –  on pourrait lui suggérer d’intégrer dans cette grande opération les ouvrières de chez Gad (abattoir de Lampaul-Guimiliau). Le banquier-ministre s’était en effet distingué un beau matin en déclarant sur Europe 1 (mercredi 17 septembre 2014) : « Sur les dossiers que j’ai, il y a la société Gad (…) Il y a dans cette société une majorité de femmes. Il y en a qui sont, pour beaucoup, illettrées. Pour beaucoup, on leur explique : « vous n’avez plus d’avenir à Gad ou aux alentours. Allez travailler à 50 ou 60 km. Ces gens là n’ont pas le permis de conduire. On va leur dire quoi ? Il faut payer 1500 euros et il faut attendre un an ? » Dans chaque phrase suinte le mépris de l’élite parisienne pour le petit peuple de province…

Qu’a-t-il fait pour cette « France rurale qui se sent abandonnée » lorsqu’il était ministre ? Qu’a-t-il fait pour les « illettrées » de Gad ? Qu’a-t-il l’intention de faire pour « cette France qui s’est construite sur une politique d’aménagement du territoire volontariste » si, d’aventure, il était élu président de la République ? Il est plus aisé de blablater sur l’«universalisme » de la France. Car, à l’entendre, « la France n’est elle-même que quand elle se dépasse, quand elle porte ses valeurs de fraternité au-delà d’elle-même, quand elle réussit à créer des choses qui étaient impensables ». (L’Obs, 10 novembre 2016). Si on comprend bien, seules les « choses » que Macron considère comme « impensables » l’intéressent. Malheureusement le sauvetage de Gad n’entrait pas dans l’«impensable» !

Photo : Official leweb/Wikimedia (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Un collectif mobilisé pour la réhabilitation d’une ancienne voie ferrée dans le pays de Retz

Entre Paimboeuf et Saint Hilaire de Chaléons, 28 kilomètres de voie désaffectées depuis 1998. Des riverains et d'anciens cheminots...

Ospital Dinan : 6 goprad digarget dre ziouer a bas yec’hed

D'al lun 20 a viz gwengolo e ospital Dinan e voe galvet 11 goprad (war 1446) rak n'o doa...

1 COMMENTAIRE

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés