Nantes. Au cœur des incendies du réveillon [Vidéo]

A LA UNE

Jérémie Laborde, directeur de deux salles de sport en Ille et Vilaine : « Nous ouvrirons la 4 janvier 2021, quoiqu’il en coûte »

Jérémie Laborde a ouvert sa première salle de sport sous l’enseigne Sun Form à Liffré il y a maintenant...

Quartiers prioritaires : la Cour des comptes révèle un échec massif et coûteux

Il est dommage que la Cour des comptes ait ignoré la Bretagne en rédigeant son rapport sur L’Évaluation de l’attractivité...

Valéry Giscard d’Estaing, président du déclin

Valéry Giscard d'Estaing est décédé à 94 ans. Pourquoi tous les médias et hommes politiques du système en font-ils...

Terrorisme d’Etat, crime contre l’humanité. Une avocate dénonce les mesures sanitaires et la manipulation autour du Covid-19 [Interview]

Virginie de Araujo-Recchia est avocate depuis 2006. Suite à notre article s'interrogeant sur la possibilité de faire reconnaitre les...

Karl Roos, autonomiste et Dreyfus alsacien ? Interview de Bernard Witmann

Karl Roos (1878-1940), leader emblématique de l’autonomisme alsacien de l’entre-deux-guerres, est arrêté pour espionnage en 1939. C'est à cette...

01/01/2017 – 17H30 Nantes (Breizh-Info.com) – Le réveillon nantais n’a pas été un moment de joie et de bonheur pour tout le monde. Comme depuis plusieurs années, les « jeunes » des quartiers dits « sensibles » avaient décidé de marquer à leur manière le passage à 2017.

Omerta oblige, Laurent Buchaillat, directeur de cabinet du préfet, annonçait au matin du 1er janvier 2017 : « Pas d’événement particulier à signaler. La nuit a été plutôt calme en Loire-Atlantique ».

Incendies, embuscades… Une fois de plus, les pompiers et les policiers nantais ont été mis à rude épreuve. Retour sur trois épisodes où nos journalistes étaient présents.

Réveillon sous tension au Breil-Malville et au Chêne des Anglais

Premier incendie de la soirée à 21h30 dans le quartier du Breil-Malville, rue Jacques Feyder.

Des « jeunes » du quartier mettent le feu à une poubelle afin d’incendier un véhicule. La police intervient à temps pour éviter le feu de voiture. Dès les fonctionnaires en vue, une quinzaine de jeunes s’enfuient à travers le square Louis Feuillade.

Pendant ce temps, le camion de pompier est à quelques dizaines de mètres, boulevard Pierre de Coubertin, mais n’intervient pas. Les pompiers attendent que la police sécurise les lieux. Même si la tension est palpable, le feu vert est donné. Le camion de pompier se rend donc sur place et les soldats du feu interviennent.

Au Chêne des Anglais, vers 22 heures, les délinquants ont eu le temps de procéder à leur forfait. Une voiture flambe rue des Bruyères, à quelques pas des tours.

Là encore les policiers sont en force de chaque côté de la rue. Une dizaine d’entre eux sont tournés vers les tours, entièrement harnachés et armés.

Autour de la voiture, les riverains sont choqués. L’un d’entre eux est le propriétaire de la voiture qui n’en croit pas ses yeux. Il réveillonnait juste en face du lieu du drame, avec des amis. Un riverain est catastrophé : « Cela fait longtemps que cela n’était pas arrivé ! » s’écrit-il alors qu’une autre personne ne peut contenir un cri où larmes et colère se mêlent.

Un peu plus tard dans la soirée, un conteneur poubelle de la municipalité est incendié, route de la Chapelle sur Erdre.

Tentative d’embuscade à Ferrière

Un autre point chaud de cette soirée du réveillon est le quartier Ferrière. Une voiture a par exemple été incendiée sur le parking en face du 8 avenue de Vilaine peu après minuit et demi. Selon des riverains, il y aurait eu au moins 3 voitures et 1 moto brûlées dans la soirée.

Là encore, les pompiers ont été obligés d’attendre un long moment avant de pouvoir intervenir. En effet, les jeunes du quartier avaient décidé de couper l’avenue Robert Chasteland. Sur un passage piéton au béton fraîchement fondu par un feu allumé par eux, ils jettent des morceaux de verre obtenus en cassant l’abribus voisin. Ils rajoutent également un panneau de signalisation et des clous.
Notre voiture, pourtant passée juste avant la mise en place du barrage de fortune, n’en ressortira d’ailleurs pas indemne puisqu’un clou a crevé un de nos pneus.

Les délinquants sont très jeunes, entre 12 et 16 ans. Ils n’ont pas peur de procéder au blocage de l’avenue malgré la présence de plusieurs camions remplis de policiers.

Le camion de pompier est donc obligé d’effectuer un détour qui ralentit d’autant l’extinction du feu. Cela aura occasionné des dommages sur deux véhicules proches. Une riveraine nous confie que l’une des voitures en train de fondre à cause de la chaleur « appartient à quelqu’un qui a déjà eu sa voiture incendiée l’année précédente. »

Alors que le feu est enfin éteint grâce aux pompiers, elle continue : « Cela fait trois ans que j’habite dans le quartier et je n’ai jamais vu ça. C’est la quatrième voiture qui brûle. Il y a eu une ou deux motos également. »
Une autre riveraine s’indigne et pointe du doigt une dégradation alarmante de la qualité de vie : « Cela fait 39 ans que suis là, depuis 4-5 ans c’est épouvantable… »

Un dispositif policier conséquent

Dans tous les quartiers « sensibles » de l’agglomération nantaise, où règnent les bandes ethniques,  des policiers sont mobilisés en nombre. A Malakoff, par exemple, 5 camions de CRS étaient postés en permanence le long de la Loire, sur le boulevard de Sarrebruck.

Même dispositif autour de Bellevue, Chêne des Anglais et du Breil-Malville.

A chaque intervention des pompiers durant la nuit du réveillon, les policiers escortaient les soldats du feu. Toutes les interventions observées par nos soins étaient sécurisées par au moins une vingtaine de fonctionnaires de police. Pour le premier incendie au Breil-Malville, il y avait même plus de 30 policiers, dont certains lourdement armés.

Nul doute que ce dispositif conséquent aura eu des conséquences bénéfiques. Cependant, que le calme ne puisse même pas être assuré malgré un déploiement aussi massif des forces de l’ordre interpelle.
Le profil des émeutiers que nous avons croisé à deux reprises interpelle également. Des mineurs parfois très jeunes, tous issus de l’immigration. Et tous prêts à agir de manière sauvage malgré un froid glacial et un dispositif policier impressionnant…

NS / VL

Photos: Breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2017 Dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Ces grands vins encore à portée de bourse

Notre série se propose de mettre en lumière des vins qui incarnent l’excellence dans leur appellation respective. Ces-derniers appartiennent...

La piste oubliée de Frison-Roche en bande dessinée.

Après l’adaptation en bande dessinée du « Cycle Chamonix » de Roger Frison-Roche, prônant les vertus des guides de...

6 Commentaires

  1. Quelle plaie cette immigration violente ! Pour les calmer, faudrait-il tirer à balles réelles ?
    Heureusement les présidentielles arrivent et voter pour un candidat ferme et déterminé sera la seule façon de pouvoir calmer ces sauvages !!

Comments are closed.