D’Oradour au mémorial de la Shoah en passant par Brahim Bouarram : Macron remporte le grand chelem de l’antifascisme

A LA UNE

Dominique Lormier : « Il est important de rendre hommage aux 290 000 soldats français tués ou blessés en mai-juin 1940 » [Interview]

Les éditions La Mécanique Générale (Ring) publient « Comme des Lions », livre de l'historien et écrivain Dominique Lormier,...

Yves Mervin (Saint-Marcel, 1944) : « La Résistance en Bretagne raconte l’histoire qui lui convient » [Interview]

Nous avons évoqué il y a quelques semaines la sortie d'un livre remarqué, signé Yves Mervin, véritable empêcheur de...

Dissolution de Génération Identitaire. Le décret démoli point par point par un avocat

La dissolution de Génération Identitaire a été validée en conseil des ministres cette semaine. Les services juridiques de l'ONG...

Protocole sur le Brexit. Les accords du Vendredi Saint menacés en Irlande du Nord, l’UE met le feu aux poudres

La tension est à son comble en Irlande du Nord, et l’Union européenne est en train de mettre de...

Refaire un peuple. Julien Langella : « Pas de liberté sans communauté » [Interview]

Julien Langella, essayiste, co-fondateur de Génération identitaire et porte-parole d'Academia Christiana, vient de sortir un nouveau livre aux éditions...

02/05/2017 – 09h15 Paris (Breizh-Info.com) – Si on enlève les énormités historiques sorties par Emmanuel Macron durant la première semaine de l’entre deux tours de l’élection présidentielle, le dirigeant du mouvement « en Marche!» aura toutefois remporté haut la main le grand chelem de l’antifascisme, à défaut de réussir à contrer Marine Le Pen sur la plan des idées.

En une semaine, M. Macron, dont la liste de soutiens profondément ancrés dans le système ne cesse de s’allonger chaque jour, aura réussi la prouesse de se rendre, à Oradour sur Glane, au mémorial de la Shoah, au mémorial des martyrs de la déportation et, ce lundi 1er mai, devant la stèle rendant hommage à Brahim Bouarram, jeté dans la Seine en 1995 par des individus en marge d’une manifestation du Front national.

Une « tournée antifasciste », qui a fait ironiser Jean-Marie Le Pen, président d’honneur du FN ce 1er mai : « Monsieur Macron fait la tournée des cimetières, c’est un mauvais présage pour lui ».

Mis à mal par Marine Le Pen notamment lors de « l’affaire Whirpool » où il s’est fait mettre à l’amende y compris par les salariés de l’usine, Emmanuel Macron retourne donc aux vieilles ficelles utilisées depuis des décennies par la gauche antifasciste . Des ficelles qui – notamment au sein d’une jeunesse qui ne se sent ni responsable, ni concernée par toutes ces références d’un autre siècle – ne prennent plus et pourraient même se retourner, dimanche prochain, dans les urnes, contre leur initiateur qui apparaît de plus en plus comme le chien de garde d’un système aux abois.

La faible mobilisation syndicale, « étudiante » et politique de ce lundi 1er mai dans les rues – incomparable avec le grand mouvement organisé de 2002 contre Jean-Marie Le Pen – en est d’ailleurs une preuve significative.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Seule la proportionnelle peut sauver Sarah El Haïry…

Labourer une circonscription, Sarah El Haïry ne sait pas ce que cela signifie. Mais si François Bayrou parvient à...

Saint Piran. Des hongrois ont célébré le saint patron de Cornouailles

Voici une histoire insolite : à l'occasion de la Saint-Piran, que l'on fête le 5 mars, des Hongrois passionnés...
- Publicité -

2 Commentaires

  1. « Oradour sur Glane + mémorial de la Shoah + mémorial des martyrs de la déportation + Brahim Bouarram, jeté dans la Seine »

    Et pour les 3 derniers jours de la campagne, on aura sans doute droit à une profanation de cimetière (un vieux classique).

Comments are closed.