L’Ecosse, aux portes de l’Indépendance : plongée dans son histoire avec Béatrice Balti

A LA UNE

Bain-de-Bretagne. Un patron marocain employait 42 migrants clandestins, fraudant Urssaf et chômage partiel

Un Marocain en situation irrégulière faisait travailler des migrants clandestins dans une société de transport à Bain-de-Bretagne tout en...

Paris. Étudiante en école de journalisme, une jeune Kabyle subit la censure et la pression de sa direction et des autres élèves

Le terrorisme intellectuel et la propagande politique jusque dans les écoles de journalisme. De quoi ensuite ne pas s’étonner...

Covid-19. Janvier 2021, le pire mois de l’épidémie enregistré sur la planète ?

Avant propos Aujourd’hui, quatre sujets seront abordés : 1 – Un premier bilan social et sociétal pour la France; bilan qui...

Réunification de la Bretagne. 150 élus écrivent à E. Macron pour un référendum

Dans une tribune publiée par le « Journal du Dimanche », 150 élus dont sept députés et six sénateurs, demandent un référendum...

Reportage. Une virée à la découverte de la Basse-Normandie et des plages du Débarquement

En ce Dimanche, nous vous proposons un petit reportage touristique à la découverte de la Basse-Normandie et des plages...

21/05/2017 – 06H00 Edimbourg (Breizh-info.com) – Theresa May, Premier ministre du Royaume-Uni, a annoncé la mise en place d’un double verrou pour bloquer l’organisation d’un nouveau référendum sur l’Ecosse, deux ans après la victoire du « no », mais alors que tous les sondages donnent désormais le « Yes » vainqueur.

Si les conservateurs gagnent les élections générales du mois de juin, et suivant la ligne du « Tory Manifesto », la feuille de route des conservateurs britanniques, ces derniers n’autoriseront un vote sur l’avenir de l’Ecosse dans le Royaume-Uni qu’après les négociations du Brexit, et seulement, avec le consentement du peuple. En réalité, les conservateurs évoquent une possibilité d’autoriser le référendum si et seulement si les sondages se recoupent en faveur de l’organisation de ce vote en Ecosse.

Il pourrait y avoir des tensions à venir entre l’Ecosse et l’Angleterre dans les prochains mois en cas de blocage, puisque le premier ministre écossais, Nicola Sturgeon, a appelé à un vote sur l’indépendance entre l’automne 2018 et le printemps 2019. Le Parlement écossais a approuvé ses plans pour un deuxième référendum plus tôt cette année et la présidente du SNP (Scottish National Party) a décrit le refus ultérieur de Westminster d’autoriser l’organisation de ce référendum comme étant une atteinte à la démocratie…

Si l’Ecosse (re)devenait, dans les prochaines années, indépendante, ce serait l’aboutissement d’une longue et tourmentée histoire de ce peuple celte (mais pas que), cousin des Bretons. Et pour comprendre d’où vient cette volonté d’autodétermination, rien de mieux que le livre « Histoire de l’Ecosse, le point de vue écossais » publié par Yoran Embanner, et qui fait suite aux histoires de Bretagne, du Kurdistan, d’Alsace, de Corse, ..

Le livre est signé Béatrice Balti, à qui l’on doit déjà l’excellent « William Wallace, le cri de la liberté » (même éditeur).

L’Ecosse est l’une des plus vieilles nations d’Europe. Le Royaume d’Ecosse, fondé en 843, a existé jusque l’acte d’Union avec l’Angleterre, en 1707 .

Le gros problème de ce royaume, tout au long de son histoire, fut d’avoir comme unique voisin la puissante Angleterre. Celle-ci n’aura de cesse de conquérir ce pays du nord dont l’indépendance lui était insupportable. Ce qui explique les batailles incessantes entre les deux nations. La victoire écossaise de Bannockburn en 1314 mettra un frein aux prétentions anglaises.

Et pourtant, l’Ecosse perdit sa liberté d’une façon inattendue.C’est le roi Jacques VI d’Ecosse, qui en 1603, par une logique de succession, devint roi d’Angleterre sous le nom de Jacques 1er. Il était donc deux fois roi;

Il n’y avait plus qu’à unifier les deux royaumes, ce qui fut fait avec la complicité de la bourgeoisie écossaise. Ainsi naquît le royaume de Grande Bretagne.

Mais en Histoire, rien n’est jamais définitif. L’Ecosse entend retrouver son indépendance et sera dans les années à venir au coeur de l’actualité européenne.

Le livre est, comme tous ceux de la collection, claire, net concis. On a le plaisir d’y trouver en indexe des explications sur l’hymne national écossais, sa fête nationale, sa devise, son drapeau, son saint patron, ses langues …

Comme beaucoup de livre de la collection – ils ne sont pas le fait d’historien, mais bien de passionnés qui ont étudié, cherché, voyagé, découvert un territoire. C’est un paramètre à prendre en compte pour ceux qui, éventuellement ici ou là, y verrait à redire en matière de précision historique…

Un excellent ouvrage, à prendre avec soi lors de son prochain voyage en Ecosse (rappel : la ligne Nantes > Edimbourg ouvrira en octobre, et les billets sont déjà en vente chez Ryanair).

Histoire de l’Ecosse – Béatrice Balti – Yoran Embanner – 12€

histoire-de-l-ecosse-le-point-de-vue-de-vue-ecossais

Photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2016 dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Bretagne. Littoral à la rencontre de pêcheurs des îles

Littoral propose une émission entièrement consacré aux pêcheurs. François Spinec sur l'ile de Sein dans le Finistère va bientôt...

Euro 2016 : un supporter, jugé pour violences, rentre en Russie et dénonce une justice politique

Mikhaïl Ivkine, l’un des deux supporters russes condamné pour «violences ayant entraîné une infirmité» à l’encontre d’un fan de...

2 Commentaires

  1. Eux oui, mais nous les Bretons nous retrouvons nos origines celtes en votant pour Marine… le Pen!

    Aujourd’hui, plus facile de rencontrer des nationalistes en Écosse qu’en Bretagne…!

    « L’Ecosse est l’une des plus vieilles nations d’Europe. Le Royaume d’Ecosse, fondé en 843, a existé jusque l’acte d’Union avec l’Angleterre, en 1707 . »

    OUI, mais c’est ENCORE PLUS VRAI pour la Bretagne, mais le Breton contemporain n’assume pas :

    La Bretagne (continentale) apparaît au 6ème siècle avec plusieurs royaumes (l’une des rares nations de l’Empire Romain encore en capacité militaire de se défendre face aux invasions).
    Unification : Roi Morvan vers 800,
    Traité d’officialisation des frontières actuelles : 851, traité d’Angers (suite à une victoire écrasante sur le plus puissant empire d’Europe, très certainement les plus anciennes frontières officielle du continent).
    Acte d’union avec la France : 1532, (acte illégal, non signé non ratifié par les Bretons)
    L’Etat Breton a existé jusqu’à la Révolution Française : nuit de 4 Août 1789 (dissolution illégale car ni signé ni ratifié par l’Etat Breton), ce qui fait de la Bretagne le pays le plus ancien d’Europe, plus de 12 siècles…

    Allez les Bretons, rêvons en regardant les Écossais qui assument…. c’est tout ce que nous savons faire aujourd’hui!

    • Trist eo. Il suffit de lire les commentaires sur ce site : un attentat , une prière de rue et hop des dizaines des messages dont une grande partie appellent à voter FN. Comme si les Bretons étaient incapables de régler ces problèmes eux-mêmes alors que la France a fait la preuve de son incompétence avec une constance parfaite!
      1- se mobiliser pour notre liberté
      2- régler nos problèmes à la manière bretonne .
      Ce n’est pourtant pas bien compliqué …

Comments are closed.