28/08/2017 – 07h10 Nantes (Breizh-info.com) – Le bureau de poste de Nantes – Saint-Donatien n’est plus. « Fermeture pour cause sinistre » affirme une pancarte placardée sur la devanture rue du Général Buat. C’est le tabac-presse le Lutetia qui prend le relais pour l’envoi et le retrait de lettres et de colis. Le débitant avait répondu à un appel d’offres de la Poste au début de l’année.

Les inondations dues à un gros orage le 9 juillet dernier n’ont fait que précipiter la fermeture du bureau prévue de longue date, dénoncée comme telle par les syndicats au printemps dernier. Une nouvelle guère appréciée par de nombreux clients âgés qui ont aussi besoin de l’activité bancaire et qui devront pousser jusqu’en ville ou jusqu’à Doulon, rue Broutelle.

La Poste avait encore 9254 bureaux en 2015, auxquels s’ajoutaient 7829 « points de contacts » comme des agences postales communales ou des relais poste chez des commerçants. En 2016, 404 autres bureaux ont été fermés et remplacés par des points de contact. Triple avantage pour la Poste : s’adapter à la baisse de fréquentation – nombre de démarches sont faites en ligne et le mail repousse les lettres aux démarches administratives et aux limbes de l’Histoire, économiser de l’argent en supprimant des postes et en ne remplaçant pas les départs, et en gagner en vendant les locaux des bureaux de poste.

Selon le syndicat Sud-Solidaires, la Poste ne gardera que 3000 bureaux en 2020, ceux qui sont ciblés pour les activités bancaires. Le reste sera transformé en agence postale communale ou transféré chez les commerçants. D’ici là, les réductions d’horaires à gogo – comme au Gâvre (44) – adapteront les clients et feront réfléchir les communes. Certaines, comme Piriac-sur-Mer (44), se rebiffent.

Dans les villes, longtemps épargnées, les fermetures sont appelées à se multiplier. Rennes, le chef-lieu de l’Ille-et-Vilaine, a servi de pilote. Six bureaux ont fermé (Coëtlogon, Hoche, Oberthur, Danton, Saint-Hélier, La Poterie), un autre a été sauvé provisoirement après une longue mobilisation syndicale – il reste ouvert un an, le temps de voir s’il est rentable (Rapatel). Entre-temps le super U de Saint-Hélier, devenu le relais postal du quartier, a jeté l’éponge, submergé de colis. La Poste a du en urgence en trouver deux autres pour le suppléer. A Saint-Malo, le bureau de poste de l’Intramuros, place Lamennais, a lui aussi fermé.

En Loire-Atlantique, la liste des bureaux menacés comprend selon les syndicats à Nantes les bureaux de Saint-Joseph de Porterie, Rollin, Longchamp, Decré, Champ de Mars et peut-être celui de Beaulieu (rue Sébilleau). A Saint-Nazaire, celui de Ville-Port serait menacé.

Dans le Morbihan, celui de Larmor-Baden serait sur la sellette. Les syndicats craignent cependant pour plusieurs bureaux de poste à Vannes et Lorient, sans plus de précisions.

Dans les Côtes d’Armor, les trois bureaux de Cesson, Robien et Liberté à Saint-Brieuc sont officiellement menacés selon FO-Com.

Enfin dans le Finistère, si le bureau du Rouillen à Ergué-Gabéric est clairement menacé – la décision de la fermeture effective aurait même été prise – en 2015 la CGT des PTT avait fait fuiter une liste de 40 bureaux du département menacés à terme, c’est à dire selon le Plan Poste 2020. Il s’agit de ceux des communes suivantes : Arzano, Bourg-Blanc, Brignogan-Plages, Elliant, Guissény, Kerlouan, L’Hôpital-Camfrout, Landrévarzec, Landéda L’Aber-Wrach, Lanvéoc, Le Trévoux, Locmaria-Plouzané, Locquirec, Locronan, Loperhet, Melgven, Mellac, Milizac, Plogoff, Plonévez-du-Faou, Plonévez-Porzay, Ploudaniel, Plouézoc’h, Plougonven, Plouhinec, Plounéour-Ménez, Plouvien, Plouvorn, Plouénan, Pont-de-Buis, Pouldreuzic, Poullaouen, Querrien, Saint-Thurien, Saint-Yvi, Saint-Évarzec, Scrignac, Sizun, Spézet, Île-de-Batz.

A chaque fois la Poste a démenti les informations des syndicats. Tout en poursuivant les réductions d’horaires et de postes, inlassablement, ainsi que les appels d’offres pour installer des points relais chez les commerçants. Et en finissant par fermer les bureaux menacés, comme celui de Saint-Donatien à Nantes.

Pour des raisons tant internes qu’externes – la fermeture d’un bureau de Poste est un sujet sensible tant pour les postiers que pour les élus et habitants des communes concernées, postiers et clients sont les derniers à être affranchis des décisions de la Poste. Mais souvent les premiers à les trouver complètement timbrées!

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

3 Commentaires

  1. Des points postaux dans un petit commerce de campagne est un excellent moyen pour donner un nouvel essor sain. Pas d’assistanat.. Un service public n’a pas forcément besoin de fonctionnaires, ça fonctionne très bien à l’étranger. Seulement voilà en France les syndicats défendent leur fonds de commerce dans ce système étatiK ruineux à la charge du contribuable.

  2. Oui, cela fait des années (voir plus) que dans les autres pays européens, il est possible de trouver un bureau de poste dans un commerce de proximité (tabac, presse, café, libraire, etc…)

    Cela fonctionne très bien.

    Un service publique n’est pas là pour créer du fonctionnaire mais pour rendre un service étatique aux citoyens.

    Sauf que l’Etat Républicain aime avoir un maximum de fonctionnaires (car impliqué dans le système) quitte à ce que cela soit au détriment des citoyens qui ont le tord de ne pas être sous le contrôle de l’Etat.

    Le problème c’est que les citoyens qui payent ont été formaté pour penser que « service publique efficace = fonctionnaires par milliers »… Ce qui est stupide au possible : la mauvaise organisation endémique d’une administration étatique coutant généralement bien plus que le profit d’une entreprise privée.

    PS: Pourquoi Bretagne « historique »? La Bretagne, c’est la Bretagne.
    On n’a besoin de préciser que si l’on évoque spécifiquement la région administrative ou le Département de Loire-Atlantique.

  3. En France on a un Etat qui veut se mêler de tout. Un Etat pléthorique géré dans une structure collectiviste parasite opaque gourmande dans un système de redistribution injuste. Un système de la fourberie et du chantage, un système étatiK assujettissant, Un système qui se nourrit des fruits du travail du secteur privé. Une politique de gâchis au détriment de l’Armée, de la Police, de la Justice.
    Oui, que se développent les points postaux dans les commerces de proximité.

Comments are closed.