24/09/2017 – 05h15 Rennes (Breizh-Info.com) – Aujourd’hui, la population a conscience des déboires de l’industrie agroalimentaire et éprouve le désir d’avoir une alimentation plus saine, en tout point de vue. C’est pourquoi le marché autour de ce que l’on appelle « le bio » est en plein essor.

En effet, cette appellation désigne un mode de production respectueux de l’environnement et des animaux et privilégiant la qualité du produit à sa quantité.

Ainsi, les produits bio sont naturellement plus chers que ceux issus d’une agriculture conventionnelle. Mais malgré cette différence de prix, le bio connaît un succès énorme.

Pour vous donner un ordre d’idée, en Europe, les produits bio génèrent 21 milliards d’euros de chiffre d’affaires.

Seulement, ces produits n’ont pas conquis que les consommateurs, mais aussi les grandes industries. Elles se sont mises, elles aussi, à produire « bio », détruisant ainsi les petits producteurs ne pouvant pas tenir la concurrence.

La réappropriation du « bio » par les grandes industries dénature alors l’appellation, qui aujourd’hui ne signifie plus grand-chose et devient une sorte de « fourre tout ». On peut y trouver des produits d’excellente qualité comme des produits provenant tout droit des grosses multinationales jouant avec les règles décrétées par l’Union Européenne. (On peut d’ailleurs questionner le rôle de l’UE quant aux politiques qu’elle mène autour du bio)

On peut donc dire qu’il y a « bio » et « bio », mais un est voué à disparaître, et c’est évidemment le véritable : celui des petits producteurs.

Rien n’échappe au marché et à la production de masse.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

1 COMMENTAIRE

  1. J’arrête d’acheter du bio chez eux, c’est de la fumisterie !
    – Les cuisses de poulets sont 2 fois plus grasses que le traditionnel.
    Elles dégueulent de graisses sous une peau jaunâtre, à se demander si elles sont gavées en cages…
    – Leurs fruits et légumes, ils proviennent quasi tous de l’importation de pays qui surproduisent du traditionnel bousté à grands coups de pesticides !
    – Et c’est sans parler des bananes qui contiennent jusqu’à 14 pesticides interdits en France mais légaux grâce aux accords de merde de notre poubelle européenne…
    – Dernièrement, les produits en vrac, afghans, turcs, chine, quels contrôles bidons…
    Et ils osent mettre sous certains produits mélangés genre museli ; fabriqués en France !
    C’est de l’escroquerie car uniquement du conditionnement en France de denrées provenant des pires pays industrialisés…
    La grande distri du bio, c’est à vomir et faut pas trop se leurrer ailleurs grâce à ces bonimenteurs de politiciens.

Comments are closed.