rodeos_traffic_drogue_saint_nazaire

25/09/2017 – 07h35 Saint-Nazaire (Breizh-info.com) – Le 18 septembre peu avant 16 h la police est intervenue à la cité scolaire où les conducteurs de deux scooters et d’une moto se livraient à des rodéos au milieu des élèves. Lorsque la police arrive, le pilote de la moto percute une voiture puis prend la fuite à pied, celui du scooter s’enfuit à toute vitesse… et finit par foncer sur le véhicule de patrouille. Pour l’éviter, le conducteur de celui-ci sort de la route et percute un poteau. Il finit à l’hôpital avec des douleurs cervicales qui lui valent deux jours d’ITT.

Grâce à des photos prises par des témoins, le pilote de la moto-cross rouge, âgé de 17 ans, est identifié. La police ne le trouve pas chez lui, mais il vient se livrer de lui-même le soir, accompagné de ses parents. Le pilote du scooter, un jeune majeur, a lui été interpellé peu après les faits. Les deux engins étaient volés, fin août pour le scooter et mi-septembre pour la moto. Les deux conducteurs ont affirmé l’ignorer. Ils seront jugés, l’un par un juge pour enfants, l’autre en correctionnelle.

Les rodéos n’ont pas lieu qu’à la cité scolaire. Ils empoisonnent la vie des habitants de la Trébale, de la Chesnaie et d’autres quartiers nazairiens reconnus comme sensibles. D’autres grandes agglomérations de Bretagne historique connaissent ce phénomène, notamment à Nantes (Bellevue, le Clos Toreau, Château de Rezé, quartiers nord etc.). La police a comme consignes d’éviter de poursuivre les deux-roues qui multiplient les infractions et les risques pour échapper aux véhicules, mais au contraire de les interpeller à l’arrêt ou de faire des opérations ponctuelles. La plupart des véhicules des rodéos sont en effet volés. Fin novembre, des envoyés d’une dizaine de villes bretonnes (Saint-Malo, Brest, Rennes, Saint-Brieuc, Vannes…) devraient se retrouver à Saint-Nazaire pour réfléchir à la façon d’endiguer les rodéos du point de vue institutionnel.

Le 12 septembre dernier, plusieurs personnes avaient été interpellées pour trafics de drogue place de l’Amérique Latine, dans le centre de Saint-Nazaire. De la cocaïne, du shit et près de 450 € en liquide avaient alors été trouvés sur trois vendeurs, arrêtés, puis trois de leurs complices ont été à leur tour identifiés et arrêtés.

Les divers membres du réseau ont reconnu avoir revendu 7.5 kg de résine de cannabis en trois ans, un kilo de résine de cannabis sur 7 mois pour un autre, 200 grammes de résine de cannabis sur quatre mois pour un troisième, 120 grammes de résine de cannabis en barrettes sur 7 mois pour un autre, de la cocaïne et de l’héroïne sur les quinze derniers jours pour un autre protagoniste etc. Ils seront jugés en janvier 2018 pour infractions diverses à la législation sur les stupéfiants (détention, usage, cession).

Ce mardi 19 un Nazairien a été condamné à huit mois de prison ferme (dont quatre de sursis révoqué) et 400 € d’amende pour violences volontaires. Le 29 avril dernier, vers midi, il a trouvé que les cafés qu’il avait commandé pour lui et ses amis Chez Lucien, le bar qui fait face à la collégiale de Guérande, n’arrivaient pas assez vite. Il a insulté la serveuse puis lui a lancé dessus une bouteille de jus de fuit et les cafés, a poussé le frère de la serveuse et sa mère, et les a tapés avec une chaise avant de s’enfuir en voiture avec ses amis ; la plaque d’immatriculation a été relevée par des témoins choqués.

Les gendarmes ont établi que juste avant, vers 11h30, le prévenu et ses amis ont mis le bazar au Leclerc d’où ils ont été virés par les vigiles. L’auteur des violences a été placé en garde à vue le 11 mai ; aux policiers, il a expliqué que lui et ses amis ont été victime de « discrimination » au bar et que la bouteille qu’il a lancée lui a échappé des mains. Il a 14 condamnations sur son casier dont huit pour violences ; alors qu’il était mineur, il a été impliqué dans une affaire d’homicide involontaire. Il comparaissait libre à son procès – ce qui lui a permis de prendre la poudre d’escampette avant d’entendre le délibéré. Un mandat d’arrêt a été lancé contre lui.

Toujours ce mardi 19, deux hommes âgés de 27 et 33 ans ont été jugés pour s’être introduits la nuit du 8 au 9 mai dernier, vers 3 heures du matin, dans une réserve extérieure de l’hypermarché Auchan de Trignac pour y voler des denrées périmées mises dans des poubelles. Tous deux vivent sur la ZAD de Notre-Dame des Landes, l’un d’eux perçoit le RSA, l’autre n’en veut pas et n’a aucun revenu – un cas pas si rare sur la ZAD. Tous deux ont été condamnés à 100 € d’amende avec sursis.

Louis Moulin

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine