Un éleveur se suicide dans les Côtes d’Armor : sa famille publie une lettre ouverte poignante

13-jean-michel-le-troadec
crédit : bv online

04/10/2017 – 07h30 Pédernec (Breizh-Info.com) – Le 30 août dernier, Jean-Michel Le Troadec, éleveur dans les Côtes d’Armor (à Pédernec) mettait fin à ses jours. Cet éleveur porcin, avait vu sa porcherie détruite fin avril – une destruction qui avait entrainé la pollution du Jaudy (la rivière locale), suscitant une vague d’indignation, de lynchage médiatique, de mots durs, d’insultes, sur les réseaux sociaux, que ce dernier n’a pas supporté.

C’est pour dénoncer cela et pour alerter l’opinion que sa famille et ses amis viennent de publier une lettre ouverte diffusée actuellement sur Internet par le site Terra Hebdo :

Jean-Michel était un fils, un frère, un parrain, un oncle, un cousin, un ami, un conseiller municipal, un éleveur. Un éleveur comme beaucoup de ses collègues, soucieux de faire de son mieux un métier délicat, ingrat – souvent jugé et pointé du doigt par certains – dont quelques médias se font les porte-paroles – parfois sans pitié ni recul suffisant – laissant derrière leur retour « d’information », la solitude, la culpabilité et le désespoir d’un homme.

Jean-Michel Le Troadec était un éleveur de porcs courageux, rigoureux, passionné, fier de son travail dans lequel il s’épanouissait. C’était un homme reconnu par ses pairs et bien au-delà.

Malheureusement dans la nuit du 8 au 9 avril sa vie est devenue un cauchemar : un accident oui un accident, a entrainé la destruction d’une partie de sa porcherie – son outil de travail – avec une conséquence visible : la pollution du Jaudy. Jean-Michel en avait conscience, il en était très affecté et était prêt à assumer.

Mais au prétexte qu’il n’y avait pas « mort d’homme », comme s’autorisent à dire certains, nous – les siens – avons assisté à la traque, au lynchage d’un homme, démuni face à une poignée d’insensibles, qui au motif de défendre l’environnement ou de relater des faits, se sont comportés comme des rapaces, salissant un homme et une profession. Il fallait sans doute un bouc-émissaire.

Jean-Michel a mis fin à ses jours le 30 août. Si le suicide d’un être humain est probablement l’aboutissement fatal de diverses raisons, s’il vous plait, vous, dont la mission ou le métier est d’alerter ou d’informer, ne négligez pas l’humain.

Que ce malheur qui nous laisse dans la tristesse et la douleur, nourrisse la réflexion de chacun.

Famille et amis de Jean-Michel

Ps : La famille refusera tout autre commentaire

La Bretagne est la région où le taux de suicide est de 65% supérieure au taux national. Cette surmortalité est surtout criante chez les hommes et dans les Côtes-d’Armor.

En 2012, 822 personnes sont décédées par suicide dans la région administrative, soit un taux brut de mortalité par suicide de 25,3 pour 100 000 habitants.

Les éleveurs et agriculteurs sont parmi les professions les plus touchées, en raison notamment de la crise lourde qui les frappe, et de l’abandon dont ils sont victimes, notamment les plus petits d’entre eux, de la part des pouvoirs publics.

Crédit photo : BV Online
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

  • Ludo22

    Repose en paix Jean-Michel, toute ma sympathie à tes proches si lourdement éprouvés.
    Je me doute du calvaire que tu as vécu depuis six mois, le ventre noué, depuis cette terrible nuit où le fruit de seize années de travail a disparu avec ce mur effondré.
    Je me figure les sales nuits sans sommeil que tu as passées en cherchant désespérément comment t’ en sortir, toi et bien sûr ta famille. Comment faire comprendre à tous que tu n’ avais jamais imaginé ce scénario catastrophe qui te rend responsable de pollution aux yeux de certains de tes concitoyens et qui a fichu ta vie en l’ air.
    Le cheval d’ orgueil désarçonne trop souvent ses cavaliers, même les meilleurs…

  • Yvette Prétet

    Nos paysans.
    Nos gouvernants se sont toujours désintéressés de nos paysans! Avant 1962,les habitants de nos campagnes françaises vivaient comme au Moyen Age: dans le village de mon époux, en Bourgogne,  »l’eau courante » n’y fut installée qu’en 1962!Nos gouvernants dépensaient les sous des contribuables français dans les colonies.. à  »fonds perdu »…pour la reconnaissance que l’on en a eue!. .Actuellement ,dans le village natal de mon époux: il n’y a qu’un seul commerce,ouvert que le matin; il n’y a pas de  »moyens de transport » :les personnes âgées ne peuvent se rendre à la pharmacie du village voisin.. ceci se dégrade de plus en plus parce que j’ai connu ce village, dans les années 60-80,avec des commerces et des moyens de transport…pourtant TOUS les villageois paient leurs impôts parce que ce sont tous des  »petits » propriétaires qui travaillent 365 jours par an et qui ne  »vont » jamais en vacances.. oui, mais ils ne brûlent pas des voitures, ils ne détruisent pas un hôpital pour enfants,etc..etc…d’où le désintérêt de nos gouvernants qui n’ont pas encore réalisé que lorsqu’il n’y aura plus de paysans, les Français ne pourront plus se nourrir!

  • champoiseau

    A la famille de ce malheureux homme, père, époux, etc.. j’offre toutes mes pensées. Ce Monsieur est victime de toutes ces ordures, journaleux, qui ne savent qu’aller dans les fosses à purin pour remplir leurs journaux, faux écologistes qui obéissent aux ukases imbéciles de ces soi-disant « experts » qui n’ont jamais mis un pied dans la terre de France, cette terre qui les nourrit grâce au travail acharné d’hommes passionnés par leur travail et qui sont épaulés par leur famille pendant que ces faux écologistes roulent carrosse et se remplissent les poches, (tu m’entends le « hulot « ?), assis derrière leur bureau,bien au chaud. Crapules destructrices de l’être humain, . La vraie pollution, ce sont EUX