Nantes. Octobre, de la tempête aux soupirs : du cinéma pour le centenaire de la révolution bolchevique

cuirassee

12/10/2017 – 07H00 Nantes (Breizh-info.com) –  Les cinéphiles passionnés d’histoire ont rendez vous du 14 au 21 octobre à Nantes, à l’occasion d’une semaine intitulée « Octobre, de la tempête aux soupiers ». Il s’agit bien évidemment de revenir sur la révolution bolchevique de 1917 à travers le prisme du cinéma, et notamment du film de propagande d’époque.

Voici comment les organisateurs (et notamment Jérôme Baronà présentent la semaine :

« Le cinéma soviétique a sans doute eu plusieurs âges, mais a-t-il jamais eu celui de raison ? Nous n’en réécrirons pas ici son histoire, qui nous étonnerait pour peu qu’on décide d’en bousculer les étagères souvent trop vite rangées. Mais à l’occasion de l’anniversaire de la Révolution d’Octobre 1917, nous avons eu la tentation d’en retrouver la folle jeunesse.

En (re)donnant à voir quelques films emblématiques de ce qu’aura été le premier âge du cinéma soviétique, c’est le reflux jusqu’au trouble d’un rare et sublime moment que nous espérons rendre à l’écran : celui où l’on ne sait plus distinguer comment une part de la jeunesse la plus innovante acquise à la révolution déplace sa foi dans le socialisme vers le médium qu’elle utilise pour en écrire la légende. En appuyant à peine le trait, on irait même jusqu’à dire qu’à leurs yeux le cinéma devenait une condition de l’accomplissement de la révolution.

Dernier-né parmi ces arts que les formalistes russes s’étaient employés à théoriser en attendant leur heure, le cinéma de Koulechov et Vertov emportait la peinture, la musique et le théâtre dans une succession d’élans et de gestes contradictoires, inédits, rêvant l’avènement d’un monde nouveau et d’un homme émancipé. Des fresques d’Eisenstein, à la poésie de Barnet, à l’esprit frondeur de Dovjenko… les images avaient rendu l’Histoire à la fougue utopique de son mouvement. »

Le programme ci-dessous :

cinema

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention de la source d’origine