Marsault : « Dernière pute avant la fin du monde »

pute

Les éditions Ring viennent de publier un nouvel album dessiné de Marsault intitulé Dernière pute avant la fin du monde. Un titre qui pourrait provoquer un arrêt cardiaque chez Marlène Schiappa, ministre du droit des femmes à genou devant les associations féministes ultra.

Ou une nouvelle campagne de pression pour faire annuler ses dédicaces, spécialité dans laquelle se sont lancés les groupes « antifas » de France et même de Suisse, toujours en première ligne lorsqu’il s’agit de faire censurer les événements qui leur déplaisent. C’est d’ailleurs à Lausanne que Marsault en a fait les frais la semaine dernière. Il a été « courageusement » déprogrammé d’un festival par ses organisateurs sous les menaces de l’extrême-gauche – qui commencent à titiller le dessinateur qui s’est exprimé ces derniers jours via Facebook sur cette tentative de l’assassiner économiquement. (Le post a depuis lors été supprimé par l’auteur.)

« Faites attention, vraiment. À chaque fois que vous m’empêchez de rencontrer mes lecteurs, la tension monte, chez eux et chez moi, et ça va vous revenir en pleine gueule avec la puissance d’un train en marche.

« Ce qui va se passer si vous continuez à nous casser les couilles, je vous le dis calmement, car je ne suis pas un sanguin, est très simple : la prochaine fois que vous viendrez perturber physiquement une de mes dédicaces, mes lecteurs et moi-même on va vous arracher la tête. »

Marsault est sans aucun doute l’un des dessinateurs les plus insolents et les plus controversés du moment. Adoré, détesté, jugé drôle par les uns, grossier par les autres, il ne laisse pas pas indifférent. Il fait sien l’adage qui dit « qu’on parle de moi en bien ou en mal, du moment qu’on parle de moi ».

Dans cet ouvrage de 115 pages, c’est à nouveau du BREUM et du massacre à la chaine, et une satire illustrée des folies engendrées par nos sociétés occidentales. « Si vous me dites que mon flingue est un symbole phallique de domination masculine, il est fort probable que votre tête se désolidarise de votre cou dans des délais assez bref » explique l’un des personnages venant braquer une banquière !

Les féministes modernes, « ces frustrées », en prennent plein la figure, tandis que la scène politique française  (la dénonciation de l’extrême-droite et les valeurs de la République comme cheval de bataille, entre deux sales affaires judiciaires…) n’est pas épargnée, tout comme la zombification de notre monde moderne …

Mais Dernière pute avant la fin du monde, c’est aussi de la moquerie à l’état pur, du « Prout », du « Bam » et du « Huikk » à tout bout de champ, et bien entendu, de l’humour. Et des petites incursions d’autres auteurs des éditions Ring (Ghislain Gilberti en train de s’enfiler de la came notamment) avec à chaque fois ce sens de l’auto-dérision (Marsault se caricature lui aussi allègrement).

On ne peut pas vous en dire plus, ce serait déjà trop en dire sur une bande dessinée qui ravira les amateurs du genre, et qui ne séduira pas ceux qui, à la base, n’apprécient pas les planches de Marsault (mais manifestement, il s’en tamponne comme de l’an 40 , et c’est aussi ce qui fait son succès)

On vous laisse avec la bande annonce de présentation de son ouvrage :

https://www.youtube.com/watch?v=f0XCGdYjtWE

 Dernière pute avant la fin du monde – Marsault – Ring – 18 €
Crédit photo : DR
Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

4 réponses

  1. Boris Vian ne pourrait même plus chanter.
    L’homme nouveau ( hommesse?) ce credo absolu de la religion socialiste, veut dans son fanatisme in progress un être asceptisé à dé-lignager, à déchoir en astre mort. Son ‘esprit de souche’ stigmatisé par tous les moyens (allogènes, organes minoritaires so proud de jouer au papa et à la maman avec un enfant-objet comme un dû, et autres pseudos féministes aux pudeurs de gazelles en furies…) devra brûler dans le paradis artificiel de la gauche et devenir un ustensile pour une république socialiste. Les petits Kommissaires du prêt-à-penser sont déjà là.
    L’espace public confisqué, muselé est à reconquérir pour une pensée en mouvement.
    Merci à Breizh info d’y participer.

  2. Ce livre aurait pu s’appeler « Dernière ratonnade avant la fin du monde », mais Marsault préfère s’en prendre aux blanches, il trouve ça plus viril.

    1. Rappelez moi, la majorité des folles furieuses féministes complétement taré.e.s sont de quel origine raciale ?

  3. Et au même moment, des tas de jeunes femmes d’à peine trente ans vont publier et lire dans leur coin des livres sur le féminisme, avec des dessins stupides, où elles y écriront qu’elles ont tous les droits.

    Pendant ce temps-là Marsault fantasme de baffes et de rafales.

    Autrement dit on a une jeune génération d’individualistes qui restent dans leur coin, dans leur communauté, sans se parler, et en s’imaginant avoir tous les droits. BONNE CHANCE !

Les commentaires sont fermés.

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ARTICLES LIÉS

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !