Carhaix. Une anthologie de Breiz Atao sortira à l’occasion du festival du livre en Bretagne

A LA UNE

28/10/2017 – 06H00 Carhaix (Breizh-info.com) –   Ces 28 et 29 octobre 2017 se tient le festival du livre en Bretagne, à Carhaix. Un festival dont le président d’honneur sera cette année Jean-Guy Talamoni – président de l’Assemblée de Corse que nous avions interviewé il y a quelques mois. A cette occasion, de nombreux éditeurs bretons seront présents, et parmi eux, l’un d’entre eux devrait rencontrer un franc succès.

En effet, Yoran Embanner vient d’éditer une anthologie de Breiz Atao, réalisée par Yannig Le Bouter, que les festivaliers devraient pouvoir acquérir à Carhaix ce week-end. Une souscription a par ailleurs été lancée en ligne, pour un montant de 60 euros le livre (jusqu’au 31 octobre) avant qu’il ne passe à 75 euros.

Il s’agit en effet d’un gros et bel ouvrage, en format album (24 par 32), de 576 pages avec des pièces rares, que l’auteur a mis des années à reconstituer. Cela n’empêchera pas les éternels grincheux de trouver l’ouvrage trop cher. La question est de savoir si l’éditeur pouvait le réaliser à moindre prix.

Dans tous les cas, il s’agit d’un livre majeur dans l’histoire du XXème siècle breton, dont le tirage sera limité à  500 exemplaires.

Cette anthologie des numéros de Breiz Atao s’étend du N°1 de janvier 1919 à l’interdiction du journal en 1939. S’y ajoutent quelques numéros publiés jusqu’en 1949 par des anciens de Breiz Atao réfugiés en Irlande. Le livre couvre donc 20 ans. L’auteur a sélectionné les articles concernant l’art, la langue, l’Histoire de Bretagne, la politique et les événements mondiaux surtout européens.

On y voit l’évolution philosophico-politique du mouvement, nationaliste. Modéré au début, il devient à partir de 1930 beaucoup plus radical. Francophobe, il est  influencé par les idéologies racistes et antisémites du moment. Pas de censure, pas de commentaires : au lecteur de se faire sa propre opinion.

Nous aurons par ailleurs très prochainement l’occasion d’interviewer M. Le Bouter à ce sujet.

Le livre est accessible ici en souscription, ou bien au festival du livre de Carhaix, dont vous trouverez par ailleurs ici le programme.

Crédit photo : DR
Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Gilles Lebreton, député européen du RN à Nantes : « Le véritable adversaire, c’est Macron »

Gilles Lebreton, député européen du Rassemblement national, était à Nantes le 23 janvier  pour la traditionnelle galette des rois...

Nantes. Stups tous azimuts…

Les jours passent, et malgré le brouillard et les renforts policiers, les délinquants continuent de s'activer, notamment en vendant...

1 COMMENTAIRE

  1. Un grand bravo aux Editions Yoran Embanner, pour la parution de cette anthologie, qui ravira certainement les lecteurs soucieux de s’abreuver aux sources, sans devoir passer par les présentations fielleuses d’auteurs partisans ou d’universitaires à
    la solde de l’ Etat français.

    A la lecture de cette Anthologie de BREIZ ATAO, chacun mesurera à quel point de néantisation est désormais réduite aujourd’hui notre liberté d’expression. Résultat prévisible d’un acharnement politique et cosmopolite de plusieurs décennies, qui ne cesse de croitre au fil du temps.

    Or, nous avons-là des articles qui ont forgé les bases doctrinales du nationalisme breton au vingtième siècle, et qui mécontenteront vraisemblablement certains nationalistes de façade, qui bafouent aujourd’hui l’intégrité et l’essence de la nation bretonne en taisant par lâcheté ou inconscience, notre grand remplacement mis en œuvre par le Pouvoir central. A tous ces foutriquets encore sous l’emprise de l’idéologie française, nous disons que CE SONT LES BRETONS QUI FONT LA BRETAGNE et non l’inverse. Les Bretons et eux seuls !

    Et, puisque la voie est ainsi ouverte, souhaitons dès à présent la sortie d’une anthologie du journal « L’HEURE BRETONNE » et de la revue « STUR », pour nous libérer définitivement de tout le fatras d’idées républicano-laïco-françaises préconçues qui encombrent le chemin qui mène à notre émancipation. Car sans émancipation des esprits, pas d’émancipation institutionnelle possible.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés