Nathalie Appéré (PS), une « socialiste » qui pleure

A LA UNE

Gens du voyage. Des occupations illégales de terrains qui exaspèrent maires et propriétaires

Phénomène récurrent en France, les occupations illégales de terrains par des gens du voyage, nombreuses ces derniers jours, exaspèrent...

Cyclisme. Tour de France 2021. Le parcours détaillé étape par étape [Analyse]

Le Tour de France 2021 se rapproche à grands pas. Après vous avoir présenté les 4 étapes bretonnes dans...

Alain de Benoist : « Mieux cerner la personne du Jésus de l’histoire et l’état actuel de la recherche » [Interview]

Alain de Benoist vient de sortir L'homme qui n'avait pas de père. Le dossier Jésus, livre enquête sur Jésus,...

Eric Léost : « La richesse du Patrimoine breton témoigne de temps anciens radieux » [Interview]

« Glad Breizh-Le Patrimoine breton » est une nouvelle revue (deux numéros sortis à ce jour) qui se consacre,...

Alexandre Cormier-Denis : « Le Canada – et par extension le Québec – est le pays qui subit les changements ethno-démographiques les plus importants...

Alexandre Cormier-Denis,  est un chroniqueur et militant nationaliste québécois. Il est principalement connu pour avoir fondé le média alternatif Horizon Québec Actuel et la chaîne YouTube NomosTV....

06/11/2017 – 06h45 Rennes (Breizh-info.com) – Situation inconfortable pour Nathalie Appéré (PS), maire de Rennes. Au second tour de l’élection présidentielle, Emmanuel Macron fait un carton dans sa ville : 69 632 voix (88,39%), contre seulement 9 143 suffrages (11,61%) pour Marine Le Pen. L’autre métropole bretonne, Nantes, connaît la même situation : 109 642 voix (86,52%) pour Emmanuel Macron et 17 081 suffrages (13,48%) pour Marine Le Pen.

Nul besoin de lancer une enquête sociologique approfondie pour comprendre la signification de pareils scores ; dans ces deux métropoles, les classes supérieures et moyennes (bourgeoisie de gauche et de droite) apparaissent surreprésentées, tandis que les classes populaires sont devenues minoritaires. Sans oublier le renfort apporté par les populations d’origine étrangère, particulièrement nombreuses à Nantes et à Rennes, au candidat du système qui, évidemment, s’empressera de faire de la « lutte contre toutes les discriminations » l’un de ses chevaux de bataille.

Un mois plus tard, les marcheurs (Mustapha Laabib, Laurence Maillart-Méhaignerie, François André et Florian Bachelier) raflent les quatre circonscriptions rennaises. On comprend que Nathalie Appéré soit « sonnée » et manifeste quelques inquiétudes pour les élections municipales de 2020.

En attendant, elle ambitionne de « reconstruire la vieille maison » (sic). Vaste programme ! « Totalement en décalage » avec la « pratique du pouvoir » utilisée par le « Président », madame Appéré se veut « en opposition ». Mais attention ! Pas n’importe quelle opposition ; une opposition qui reste dans la bienséance, c’est-à-dire « une opposition qui propose, qui construit » (Libération, 23 octobre 2017). A droite, on appelle celles et ceux qui pratiquent ce sport les « constructifs » !

Bien entendu, pendant le règne de François Hollande, elle a souffert. D’abord avec « les reniements qui ont pesé très lourd, comme l’abandon du droit de vote aux étrangers aux élections locales ». Ensuite avec la déchéance de nationalité : « Après trois mois de débats très durs, j’ai finalement voté l’article sur la déchéance… Le soir, je suis rentré chez moi et j’ai pleuré. »

Son positionnement actuel : « Je suis socialiste ». Un vrai socialiste commencerait par préconiser la nationalisation des banques, des assurances et des entreprises stratégiques. Rien de cela avec Nathalie Appéré, son « socialisme » est du genre « soft », soucieux de ne pas déplaire au Grand Capital ; « la fidélité aux engagements, la loyauté, le respect de la parole donnée… » suffisent à son bonheur.

Un grand motif de satisfaction pour madame Appéré : « Rennes gagne 1500 habitants chaque année, soit 400 enfants de plus dans nos écoles » » (Libération, 23 octobre 2017). Bien entendu, elle oublie de préciser quel est le pourcentage d’étrangers, d’immigrés et de migrants dans ces 1500.

Agiter la question identitaire serait une façon « d’y perdre notre ouverture d’esprit » ! Car le maire de Rennes est opposé à la réunification de la Bretagne « parce que cette revendication s’appuie sur une approche culturelle et identitaire qui me gêne. Je ne crois pas qu’il faille fonder une réforme administrative sur des faits historiques » (L’Express, 8 octobre 2014).

« On rénove le logiciel, on change la façon de militer, les discours, les visages », poursuit-elle (Libération, 23 octobre 2017). En ce qui concerne le changement de « visages », qu’elle se rassure, Florian Bachelier, leader des marcheurs rennais, a bien l’intention de s’y coller sérieusement à l’occasion des élections municipales de 2020.

Bernard Morvan

Crédit photo : DR
Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine.

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Florian Philippot : le combat acharné d’un anti-système

Florian Philippot, souverainiste et président du mouvement "Les Patriotes", est ce dimanche l'invité de Livre Noir pour un grand...

Genêts (Manche). Un cimetière saccagé et pillé aux portes de la Bretagne

Le cimetière du village de Genêts, dans la Manche, a été pillé voilà quelques jours avec près de 20...

1 COMMENTAIRE

  1. Expliquer l’importance du vote Macron et la faiblesse du vote Le Pen par la proportion respective des « classes supérieures » et des « classes populaires », c’est rester fidèle à une sociologie politique marxisante beaucoup trop simpliste et dépassée ! En réalité, Macron a obtenu des scores élevés un peu partout en Bretagne et pas seulement à Rennes et Nantes. Au niveau national, les villes ont souvent voté pour lui plus que les campagnes… mais pas à Lyon, Marseille, Lille, Nice ou Montpellier, excusez du peu ! C’est donc que d’autres phénomènes sont à l’oeuvre. On peut notamment se demander si le vote Macron n’est pas l’avatar le plus récent d’un vieux courant conformiste qui fait que la Bretagne (et tout le massif armoricain en réalité) vote avec un temps de retard pour le courant majoritaire en France quelques années plus tôt : le MRP, le gaullisme, le socialisme de l’union de la gauche puis le socialisme techno…

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Dans les prisons bretonnes : feu de matelas, séquestration, tentative d’évasion…

Il n'y a pas que les tournevis et les couteaux qui se radicalisent et qui s'en prennent aux civils ou aux policiers municipaux, généralement...

BFMTV en reportage à Rennes et sa municipalité qui bâche des écoles plutôt que d’appeler à neutraliser les dealers

Les trafics de stupéfiants s'insinuent parfois de manière inattendue dans la vie des quartiers. À Rennes par exemple, plutôt que d'appeler les pouvoirs publics à...

Rennes. Soupçonnés de violences aggravées, enlèvement et séquestration….ils sont laissés libres sous contrôle judiciaire

Les défenseurs de la magistrature française ont beau s'agiter dans tous les sens actuellement pour dénoncer « la démagogie » de ceux qui critiquent...

Rennes. Cacher les dealers avec une bâche plutôt que de les arrêter : le « paradis socialiste » à Cleunay [Vidéo]

Face au fléau que représentent les dealers, la mairie de Rennes, plutôt que de résoudre le problème, a littéralement préféré le cacher : en...