Santé. Les blessures reçues la nuit guérissent 2 fois moins vite

A LA UNE

Bande dessinée. René le Honzec et Torr’Pen rejoignent Breizh-info.com [Interview]

Nos lecteurs amateurs de bandes dessinées vont être ravis : René le Honzec, à qui l’on doit notamment « Histoire de...

Victor Aubert (Acadamia Christiana) : « Le thème de notre université sera la communauté car nous pensons qu’elle est le socle du politique »

Du 16 au 22 août 2021 (avant-dernière semaine d’août) se déroulera une nouvelle université d'Académia Christiana, université des jeunes...

Fête de la musique 2019 à Nantes : vers une mise en examen de Johanna Rolland

« Le jeune homme est bien tombé dans la Loire pendant l’intervention policière » : depuis hier soir, des titres de ce...

Nico Prat – Benjamin Durand : « La victoire d’Oasis se situe dans un soft power mainstream par delà les classes sociales et les...

Les éditions Playlist society viennent de sortir un bouquin que tous les amateurs de rock doivent posséder. Avec Oasis...

Jean-Yves Le Gallou : « Une candidature Zemmour pulvériserait le front républicain » [Interview]

Les Bobards d'Or, traditionnelle cérémonie de la fondation Polémia qui récompense les médias de grand chemin, se sont déroulés...

13/11/2017 – 17h00 Cambridge (Breizh-Info.com) – Il semblerait bien qu’il est préférable de se blesser en journée plutôt que durant la nuit. En effet, une étude, rédigée par une équipe de chercheurs menée par Nathaniel Hoyle (Université de Cambridge) et publiée le 8 novembre dernier dans la revue Science Translational Medecine, rend une conclusion étonnante. Les blessures reçues durant la journée guériraient deux fois plus vite que celles reçues durant la nuit. Explications.

Des cellules spécifiques plus actives durant la journée

Le rythme circadien est le rythme biologique humain de 24 heures qui régit de nombreux processus comme, par exemple, la production de certaines hormones selon les horaires ou la baisse de la température corporelle.

Dans cette étude, Nathaniel Hoyle et son équipe ont découvert que la guérison des blessures était également dépendante de ce rythme circadien. Ainsi, les blessures de souris testées durant la période de repos guérissaient moins rapidement que celles infligées durant la période active. Les auteurs ont mis à jour qu’une protéine jouant un rôle dans guérison des blessures dépendait de ce cycle.

En analysant une base de données des blessures dues à des brûlures, les chercheurs ont découvert que les blessures diurnes guérissaient 60 % plus rapidement que les blessures nocturnes. Une différence très significative. Pour les chercheurs, l’explication est toute trouvée: « Nous suggérons que la régulation circadienne de [cette molécule] influence la capacité à la guérison depuis un plan cellulaire jusqu’à l’échelle de l’organisme. »

Vers une stimulation des guérisons ?

Ce lien entre rythme circadien des mammifères et facilité de guérison pourrait s’expliquer par l’évolution, le fait d’être blessé étant moins probable durant la nuit. Pour Nathaniel Hoyle, il s’agit d’une découverte qui pourrait s’avérer très intéressante médicalement. En effet, si un médicament permet de duper la partie blessée du corps en lui faisant croire qu’il fait jour, la guérison des blessures pourrait être significativement accelérée. Avec, en ligne de mire, la réduction des hospitalisations et de la médication.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Saint-Malo. La Ville impose des quotas pour les locations touristiques de courte durée

Un encadrement plus strict des pratiques de locations touristiques de courte durée, c'est ce qu'a voté le conseil municipal...

À 77 ans, Jo vit isolé en Corse, loin du « monde des fous »

Il vit seul au bord d'une des plus belles plages de Corse depuis plus de 10 ans, loin du...

Articles liés

Covid : l’appauvrissement global

Le rapport annuel de l’Organisation Internationale du Travail évoque des dizaines de millions de victimes économiques après la crise sanitaire. En dépit de leurs échecs,...

Des réseaux académiques européens appellent à lever les obstacles au transfert des données de santé

Selon un nouveau rapport des réseaux académiques européens, les problèmes juridiques entravent le partage des données de santé avec des chercheurs en dehors de l’UE/Espace économique européen (EEE). Les auteurs appellent à...

Covid-19. Didier Raoult : « Personne ne sait ce qui arrêtera le virus »

Didier Raoult : « Personne ne sait ce qui arrêtera le virus ». Didier Raoult est directeur de l'Institut Hospitalo-Universitaire Méditerranée Infection à Marseille. Il...

André Comte-Sponville. « La santé est précieuse mais arrêtons d’en faire la valeur suprême »

André Comte-Sponville, Philosophe et auteur de "Que le meilleur gagne!" aux Editions Robert-Laffont était l'invité de Patrick Roger et Cécile de Ménibus sur Sud...