23/11/2017 – 16h00 Mexico (Breizh-Info.com) – Alors que les militants immigrationnistes américains espèrent toujours que le mur voulu par Donald Trump entre le Mexique et les États-Unis ne se réalisera pas, il est intéressant de se pencher sur une question trop souvent laissée de côté.

En effet, alors que récemment la presse internationale s’est faite l’écho des tests de prototypes de murs et – parallèlement – des critiques lancées par les Mexicains habitant aux États-Unis, il n’est pas inutile de rappeler que les Mexicains se plaignant du racisme aux USA sont eux-mêmes accusés d’être racistes par les Africains vivant dans ce pays.

Les Africains conscients du problème du racisme

C’est le site Noir et fier qui assure qu’au Mexique, les descendants d’esclaves noirs luttent contre un racisme « quasi institutionnalisé ». Et le média communautaire de citer le témoignage de la journaliste nigériane Alexis Okeowo en visite dans ce pays.

« Les regards étaient froids, hostiles et particulièrement déroutants. J’entendais les gens murmurer : « Regarde, une Noire »« Négresse, négresse ! » railla un vieux » écrit-elle. Avant d’approfondir : « Au Mexique, la notion de race est désespérément complexe. C’est un pays où beaucoup se disent fiers de revendiquer du sang africain, mais rejettent leurs concitoyens les plus noirs. Les Mexicains noirs se plaignent de ce sectarisme, qui les empêche de trouver du travail. »

Un racisme voilé ?

Pour María Elisa Velázquez, chercheuse à l’Institut national d’anthropologie et histoire et auteur de Racisme, métissage et population d’origine africaine au Mexique : une perspective historique, il existe un racisme « voilé » au Mexique à l’encontre des Africains et des descendants d’Africains.

Et la chercheuse de citer quelques exemples : « les déclarations du président de la République Vicente Fox, en 2005, selon lesquelles les Mexicains faisaient aux États-Unis les travaux que « les noirs ne voulaient [pas] faire », la mise en circulation au Mexique d’un timbre postal à l’image d’un personnage de noir caricatural, Memín Pinguín, et les commentaires qui s’ensuivirent, ainsi que les conditions que vivent quotidiennement les afrodescendants. »

Des Mexicains fustigeant le racisme américain

Cela n’empêche pas les Mexicains installés aux États-Unis ou souhaitant s’y rendre de fustiger le projet de Donald Trump pour compléter le mur frontalier entre les deux pays.

Ainsi, en début d’année, plusieurs milliers de Mexicains avaient formé une chaîne humaine et l’une des participants, citée par le Huffington Post, en faisait « un symbole de la haine de Donald Trump, du racisme du président ».

Une accusation étonnante alors que les Mexicains eux-mêmes semblent discriminer les Africains vivant au Mexique.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

2 Commentaires

  1. Déjà au départ la fausse accusation de racisme contre Trump est fausse. Trump (et ses électeurs) veulent lutter contre l’immigration illégale venant ou passant par le Mexique (et le risque d’entrée de terroristes par cette frontière). Ils n’ont jamais réclamé de mesures discriminatoires.

    Au plan culturel, le « multi-culturalisme » a empêché beaucoup de famille immigrantes de s’intégrer et l’on voit des enfants américains faire des manifs en partant des drapeaux de pays qui ne sont pas le leur (le lavage de cerveau de profs « de Gauche » formés par des marxistes dans les universités n’y est pas pour rien).

    Donc maintenant s’y ajoute un problème de société similaire à celui qui existe en Europe (avec le bémol que les Mexicains sont de culture chrétienne et cherchent à travailler, pas à toucher les allocs).

    Cette partie par contre n’est jamais discutée…

Comments are closed.