Clemenceau, Urbs, Wiederstand, Russie, Guerre de Sécession : 5 livres d’histoire à découvrir avant Noël

A LA UNE

Etrangers en situation irrégulière. Des soins évalués à plus d’un milliard et demi d’euros par an

C’est un pavé dans la mare que vient de jeter au parlement une députée de l’opposition. Dans un rapport rendu...

Elections régionales 2021. Les résultats en Bretagne et Pays de la Loire

Retrouvez tous les résultats du premier tour des élections régionales et départementales ce dimanche 20 juin 2021 en Bretagne...

Régionales 2021. Avec un score prévu de 66%, l’abstention triomphe et signe l’échec de la Vème République

Les résultats du premier tour des élections régionales et départementales seront publiés à partir de 20 h, ce dimanche 20 juin 2021. Mais déjà,...

Bande dessinée. René le Honzec et Torr’Pen rejoignent Breizh-info.com [Interview]

Nos lecteurs amateurs de bandes dessinées vont être ravis : René le Honzec, à qui l’on doit notamment « Histoire de...

Victor Aubert (Acadamia Christiana) : « Le thème de notre université sera la communauté car nous pensons qu’elle est le socle du politique »

Du 16 au 22 août 2021 (avant-dernière semaine d’août) se déroulera une nouvelle université d'Académia Christiana, université des jeunes...

Noël approche à grands pas, et, pour beaucoup, l’envie d’offrir un beau cadeau sous le sapin commence à se faire sentir. Nous vous proposons ci-dessous une sélection de 5 livres d’histoire, de sortie récente (ou réédité), qui ont retenu notre attention et qui pourraient faire plaisir à vos proches et à votre famille, tout en les instruisant !

Le sud pouvait-il gagner la guerre de sécession ?

Un livre de Vincent Bernard, historien de formation et journaliste spécialisé, absolument passionnant.

La Confédération sudiste pouvait-elle gagner la guerre de Sécession qui ravage les États-Unis de 1861 à 1865, faisant plus de 700 000 morts ? Si oui, comment ? Et quelles cartes n’a-t-elle pas su jouer ? À ces questions simples en apparence, des générations d’historiens ont diversement tenté de répondre depuis 150 ans, depuis le mythe romancé de la cause perdue jusqu’à la froide analyse militaro-militaire en passant par toutes les déclinaisons du « what if » et de la fiction.

Cet ouvrage tente de leur apporter, pour la première fois en français, un éclairage aussi complet que possible. A dévorer par tous les passionnés, et les curieux, de cette période sanglante et douloureuse de l’histoire des Etats-Unis, une période dont les pages ne se sont toujours pas tournées, comme en témoignent les affrontements mémoriels récents autour de la question sudiste notamment.

Le sud pouvait-il gagner la guerre de sécession – économica – Vincent Bernard – 23 €

Clemenceau

Il s’agit là d’une version de luxe, revue, actualisée, augmentée du livre de Michel Winock, professeur émerite à Sciences Po, sur l’un des personnages les plus importants de l’histoire de France au début du 20ème siècle. Ce livre constitue la biographie de référence d’un homme singulier, haï par la droite puis par la gauche, incarnation d’une « certaine idée de la France » 

« Georges Clemenceau fut l’homme aux quatre visages : le Tigre qui fait tomber les ministères, le dreyfusard qui mène pendant neuf ans le combat du droit et de la justice, le premier flic de France qui, trois ans durant, dirige d’une main de fer le ministère de l’Intérieur, enfin le Père la Victoire qui conduit le pays à l’armistice avec l’Allemagne. Ce radical, d’abord haï par la droite pour son anticléricalisme, puis par la gauche pour son sens de l’ordre et sa lutte contre le pacifisme, est un homme apparemment contradictoire, qui se définissait lui-même comme un  » mélange d’anarchiste et de conservateur « . Du premier, il avait la passion de la liberté, la philosophie individualiste, le dégoût de la  » caserne collectiviste « . Du second, l’amour de la patrie, le respect de la propriété, une certaine forme de pessimisme – celui de l’homme d’action – sur la nature humaine. » écrit Michel Winock

Un magnifique ouvrage relié à déposer sous le sapin.

Clemenceau – Michel Winock – Perrin – 35€

1917, la Russie et les Russes en révolutions

Ouvrage d’Alexandre Sumpf, édité aux éditions Perrin, il vient compléter les nombreux ouvrages et actualités apparues en cette année 2017, année du centenaire de la révolution bolchévique.

L’histoire en général, et celle des révolutions en particulier, s’incarne paradoxalement dans des figures de proue. Les deux Révolutions russes, de février puis d’octobre 1917, sont ainsi happées par le rôle et les personnalités de Nicolas II, Lénine, Staline, Trotski, ou encore Kerenski.

Pourtant, le grand absent du tableau en est l’acteur principal : le peuple. C’est à sa rencontre qu’est parti Alexandre Sumpf dans cette synthèse novatrice écrite à partir d’archives, notamment cinématographiques, totalement inédites. Citadins, paysans, ouvriers, monarchistes, socialistes-révolutionnaires, mencheviks ou bolcheviks, tous vivent une année sans pareille, où le chaos permanent le dispute aux difficultés du quotidien ; la propagande et les manifestations de masse aux manoeuvres d’appareils conduites par une poignée de militants expérimentés. De Petrograd à Moscou, en passant par les régions éloignées, l’auteur analyse, raconte et explique un Empire en décomposition et une société confrontée à la plus grande crise de son histoire.

Alexandre Sumpf est maître de conférences à l’université de Strasbourg. Il est également l’auteur de De Lénine à Gagarine. Une histoire sociale de l’Union soviétique, de Révolutions russes au cinéma. Naissance d’une nation : URSS, 1917-1985 et d’une biographie remarquée de Raspoutine.

Alexandre Sumpf – 1917, la Russie et les Russes en révolutions – Perrin – 25€

Wiederstand : 13 Alsaciens qui ont dit non !

Un ouvrage de Michel Krempper, paru aux éditions Yoran Embanner – qui décidément se fait une spécialité d’éditer toute l’histoire des peuples de l’hexagone, celle que nos enfants n’apprennent pas à l’école de la République. Avec Wiederstand (Résistance en alsacien), Michel Krempper, l’un des spécialistes incontournable de l’histoire de l’Alsace, raconte justement l’histoire de cette résistance alsacienne à l’occupant.

« L’histoire avance par les injustices et les révoltes qu’elles inspirent» a écrit Jean-Paul Sorg, traducteur des oeuvres d’Albert Schweitzer, Alsacien prix Nobel de la Paix, opposé aux expérimentations de bombes atomiques et évoqué dans le présent ouvrage.

Depuis Erasmus Gerber, capitaine-général des paysans révolutionnaires du Bundschuh de 1525 à Solange Fernex, écologiste et pacifiste, ils ont été nombreux en Alsace à avoir un jour dit « Non ! » et refusé l’ordre établi quand celui-ci était devenu désordre établi. S’opposant aux différentes formes de domination politique, linguistique, culturelle, religieuse ou sociale. Faisant ainsi, chacun à sa manière, avancer non seulement l’histoire de leur Heimet – leur petite patrie d’entre Rhin et Vosges- mais aussi de celle des hommes, de tous les hommes et de toutes les femmes, au nom de la dignité humaine.

Aux trois déjà nommés, l’auteur en a ajouté dix autres : Johann Michael Moscherosch, Melchior Reiff, Hirtz de Medelsheim dit Cerf Berr, Eugène Ricklin, René Schickele, Charles Hueber, Jean Keppi, Joseph Rossé, Georges Wodli, Pierre Rieffel, au total treize personnages passionnés et passionnants qu’il invite le lecteur d’aujourd’hui à découvrir (ou redécouvrir) dans toute leur diversité, la force de leurs convictions … et avant tout, leur courage.

Historien issu d’une vieille famille alsacienne, Michel Krempper a fait de sa région d’origine son terrain d’étude privilégié. Il a précédemment publié chez le même éditeur Aux sources de l’autonomisme alsacien-mosellan 1871-1945, Joseph Rossé 1892-1951 Alsacien interdit de mémoire, Rot un Wiss Histoire politique du drapeau alsacien.

Wiederstand : 13 Alsaciens qui ont dit non ! – Yoran Embanner – Michel Kremmper – 26 euros

Urbs

Sous titré « Histoire de la ville de Rome, des origines à la mort d’Auguste », Urbs est un monument d’histoire, Rome étant une des sources majeures de notre civilisation européenne. L’ouvrage est rédigé par Alexandre Grandazzi, professeur à la Sorbonne, où il enseigne la littérature latine et la civilisation romaine.

Référence majeure de la culture occidentale, étudiée depuis la Renaissance par des générations d’érudits, la ville de Rome antique reste pourtant à découvrir : alors que, depuis quelques décennies, s’y multiplient les fouilles archéologiques, le grand public n’a guère accès aux résultats, souvent spectaculaires, apportés par les travaux les plus récents.

Comment un site, d’abord parsemé de simples cabanes, a-t-il pu devenir une ville-monde ? Des plus lointains commencements d’une extraordinaire aventure humaine jusqu’au règne d’Auguste qui en marqua la maturité, c’est toute la vie de cette ville appelée Urbs par les Romains qui est ici restituée de façon aussi précise que vivante.

Dans un récit conçu comme la biographie d’une cité qui fut au centre de la première mondialisation de l’histoire, Alexandre Grandazzi nous offre une somme destinée à faire date, faisant dialoguer, sur près d’un millénaire, les habitants de la Ville et leurs dirigeants. Car, siècle après siècle, victoire après victoire, les Romains ont inscrit le déroulement de leurs conquêtes dans l’espace de leur cité, devenue ainsi comme le mémorial de pierre où ils pouvaient lire leur histoire et célébrer une identité collective à la fois conquérante et assimilatrice.

C’est ce message que cet ouvrage s’attache à déchiffrer avec toutes les ressources offertes aujourd’hui par la science. Voici donc « une histoire où les événements se traduisent en monuments, et où les monuments sont autant d’événements ».

Un livre qui servira aux universitaires et aux chercheurs, c’est certain, mais qui fera également le régal des passionnés d’histoire de l’Antiquité, bien qu’il soit parfois difficile d’accès.

Urbs – Alexandre Grandazzi – Perrin – 23€

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Face aux rodéos urbains, la mairie socialiste de Vaulx-en-Velin propose… une activité motocross aux « jeunes » [Vidéo]

La municipalité socialiste de Vaulx-en-Velin, dans la banlieue de Lyon, a décidé de proposer une activité « motocross »,...

« Violences policières ». 25 morts en 2020 dont au moins 10 d’origine musulmane

Ils s'appelaient Romain, Toufik ou Olivio. Ils étaient fêtards, camionneurs, cambrioleurs ou terroristes. Tous étaient de sexe masculin, relativement...

Articles liés

Vladimir Poutine abandonne le dollar. En route vers un monde sans la monnaie américaine ?

Le désamour entre les USA et la Russie ne date pas d'hier. La Guerre Froide a bien sûr exacerbé des divergences idéologiques, et l'après-guerre...

Saint-Amarin/Sankt-Amàri  a-enep an elzaseg

digoret ar c'hentañ magouri en elzaseg e Moosch, ur gumun hag a zo just e-kichen Saint-Amarin (hag e Bro-Elzas e vez tost-tost bourkoù ar...

Environnement. En Alsace, des hôtels à hirondelles mis en place contre le moustique tigre

Pour endiguer la prolifération du moustique tigre, une ville alsacienne a eu l'idée insolite de mettre en place des hôtels à hirondelles, ces dernières...

Une secte chrétienne extrême : les scoptes

La Russie est une  terre où se sont épanouies maintes hérésies chrétiennes mystiques. Parmi elles, une des sectes les plus étranges fut sans conteste celle...