Nantes : incivilités et marginaux rue du Calvaire exaspèrent les riverains

640px-Nantes_France
30/11/2017 – 17h50 Nantes (Breizh-info.com) – Devant le Monoprix de la rue du Calvaire a lieu chaque soir un rassemblement de marginaux bourrés. Ils profitent du flux de clients pour demander des sous, d’une façon de plus en plus insistante à mesure que la soirée avance et qu’ils éclusent des bières fortes. Pour faire leurs besoins, ils ne vont pas loin : dans la rue Paré à côté, voire dans la Cour Sainte-Marie. Une situation qui exaspère nombre de riverains.

Ce 28 novembre encore, l’un d’eux, qui sort de son immeuble, manque de peu de se faire arroser par un marginal ivre. Alors qu’il l’engueule, celui-ci menace de le tabasser ; il faut qu’un autre riverain intervienne pour qu’il batte en retraite, agonisant d’insultes les riverains énervés. « Les marginaux qui pissent, qui dégradent, qui trâinent et insultent, ça arrive trop souvent », remarque Michel , qui vit à quelques mètres du Monoprix ; « et quand on fait appel à la police, elle ne vient jamais. Peut-être pour éviter de supporter l’odeur et leur alcoolisation, qu’on subit tous les soirs ».

Rue Guépin, ce sont les mégots qui exaspèrent ce commerçant : « les marginaux, ça va encore. Quand ils font le bordel, je suis déjà fermé. Mais les mégots et les chiens, y en a marre ! les gens se permettent vraiment n’importe quoi, il n’y a plus aucun respect ». Léa vient « souvent faire ses courses au Monoprix le soir, c’est vrai que c’est insécurisant . Pourtant la police passe de temps à autre mais ils regardent ailleurs. On se croirait à Bouffay où c’est aussi la cour des miracles devant Decré ». Et dans la mesure où lesdits marginaux sont alcoolisés quand ils sèment la zone, la vidéo-surveillance qui arrivera l’automne prochain ne les dissuadera pas, pas plus qu’elle n’est efficace à Rennes.

Louis Moulin

Photo : DWikimedia commons (cc)
[cc] Breizh-info.com, 2017, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

  • Pschitt

    Pour décrire les marginaux, est-il vraiment indispensable d’employer leur langage ?

  • Laurent Martin Desmaretz

    Je vous rappelle que la mendicité surtout ACTIVE est un délit pénal. Faites-la constater par un agent ! Et porter plainte. Sinon rappelez à ces mal élevés que la France est un Pays civilisé ! Et pas un Pays de sauvages ! Si tel est leur état, ils doivent être foutus dehors à coups de pieds au cul !