Syndrome de Stockholm. Les Français veulent-ils plus de censure ?

A LA UNE

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il...

Rennes : quand une association subventionnée pratique des réunions « non-mixtes »

Tous les rennais connaissent le CRIDEV, anciennement « Centre Rennais d'Information pour le Développement et la Solidarité entre les...

Dinard. A la rencontre de Céline Tacher, bretonne élue au comité central du Rassemblement national (RN)

Céline Tacher a 22 ans. Originaire de Dinard en Bretagne elle habite maintenant Paris pour les études et le...

Vannes, Lanester. Retour en vidéo sur les manifestations contre le Pass sanitaire

Des milliers de personnes ont défilé samedi 17 juillet dans les principales grandes villes bretonnes comme dans toute la...

Covid-19. « La contamination et la mortalité sont, à l’été 2021 et après 3,6 milliards de doses de vaccins injectées, beaucoup plus élevées qu’à...

Ci-dessous le point mensuel de D. Delawarde au sujet de la progression du Covid19 dans le monde. La contamination et...

15/01/2018 – 07h20 Paris (Breizh-info.com) – Les Français sont-ils atteints du syndrome de Stockholm ? Un sondage révèle en effet que 4 Français sur 5 seraient favorables à une loi sur les « fake news ».

Alors qu’Emmanuel Macron a été élu avec le soutien indéfectible des media du système, il a fait savoir lors des voeux à la presse qu’il envisageait une nouvelle loi pour contrôler les informations diffusées sur internet.

De nouvelles règles mais lesquelles? Car la véritable question autour de cette hypothétique loi sur les fake news consiste à se demander qui décidera de ce qui est une fake news et de ce qui ne l’est pas.

En effet, si l’on suit la doxa du politiquement correct, il aurait été pénalement répréhensible d’évoquer la probable infiltration de terroristes dans les vagues de clandestins.

Une éventualité inconcevable et surtout indicible pour les journalistes gardiens du système. Dans ce cadre, si l’on peut tous comprendre que la propagation de fausses informations est déplorable, il est plus complexe de croire en une pénalisation pour y remédier.

Mais si Emmanuel Macron avait les médias du net dans le viseur, les grands médias sont pourtant le plus grand vecteur de fake news.

En effet, la force de frappe et donc de diffusion des médias du système, détenus par les grands patrons proches du pouvoir, est bien supérieure – du moins pour le moment- à celle des médias alternatifs. Tout porte donc à croire que la presse de l’establishment distribuera les bons points selon des règles bien éloignées de la vérité.

On a vu par exemple la naissance de Decodex, un prétendu décodeur d’informations dépendant du quotidien Le Monde qui distribue les bonnes notes aux copains et jettent l’opprobre sur tous les médias qui ne vont pas dans leur sens.

Car c’est bien de cela dont on parle. Pas de la véracité objective d’une information, mais de tout ce qui l’entoure. Ainsi, une analyse d’un éditorialiste à rebours de la doxa pourrait très bien être taxée de fake news. Il s’agirait donc tout simplement de museler la liberté d’expression.

D’ailleurs, on pourrait considérer dans ce cadre que le délit d’entrave numérique à l’IVG adopté il y a une petite année était un prémisse du projet de loi demandé par Emmanuel Macron. En effet, quand le texte a été voté, il n’a pas été question d’arrêter des fausses informations, mais des informations « faussées ». autrement dit présentées comme le refuse le tribunal du politiquement correct.

Dans les affaires de santé publique, comment espérer connaître la vérité quand l’accointance entre les laboratoires pharmaceutiques privés, les laboratoires publics, la grande presse et les dirigeants politiques n’est plus à démontrer?

C’est bien connu, l’enfer est pavé de bonnes intentions. Si l’idée de limiter les informations objectivement fausses, notamment au cours des campagnes électorales, peut totalement s’entendre, la subjectivité du jugement quant à la fausseté de ces informations, tant par le tribunal médiatique que par les juges rend la tâche aussi peu aisée que désirable, car dans les deux cas, les censeurs sont du côté du pouvoir.

La loi contre les fake news sera donc une nouvelle démonstration de la loi du plus fort.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Pourquoi la gestion de la crise COVID est un scandale [ L’Agora]

Au début de la crise COVID, en janvier 2020, les services de l’État ont assuré aux Français qu’ils étaient...

Une directrice d’école de Leeds, au Royaume-Uni « Les blancs font partie des groupes ethniques minoritaires… c’est merveilleux »

« Nos religions sont peut-être différentes, mais les messages de bonté, de rassemblement et de charité sont tous les...

4 Commentaires

  1. Mode d’emploi soviétiK,
    les démons étatiK veulent mettre un couvert à une neo-stasis avec « la vie des autres » sur la nappe.

  2. Il existe 2 types de « fake news »:
    -Les « fake news » non politiquement correctes, interdites, sanctionnable et censurables.
    -Les « fake news » d’Etat autorisée.

    Toutes contestation de « fake news » de la deuxième catégorie entrera d’office dans la première catégorie.

  3. C’est pour mieux museler les opposants, vous avez vue l’info du « Times » ? Micron veut forcer l’Angleterre a prendre des migrants en échange de l’approbation de la France concernant le brexit….

  4. Bien sur, qui peut être pour la diffusion de fausses nouvelles? Par contre si vous demandez aux français s’ils veulent plus de censure, ils diront: surtout pas. Et pourtant, il est fort vraisemblable que la volonté de Macron soit surtout celle la.

Il n'est plus possible de commenter cet article.

Articles liés

Pass sanitaire : un combat fait pour durer

A la une de cette édition, les vaccins proposés en France ne sont pas halal ! Un fait qui pourrait peser en faveur des...

Stéphane Edouard : « J’ai regardé (attentivement) l’allocution de Macron, et j’ai un mauvais pressentiment »

Stéphane Edouard : « J'ai regardé (attentivement) l'allocution de Macron, et j'ai un mauvais pressentiment » https://www.youtube.com/watch?v=9NePuN28dD0 Crédit photo : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie...

Tyrannie sanitaire. « Macron, Castex, Véran et toute leur clique, ont brisé mon engagement de pompier volontaire ». Témoignage

Notre rédaction compte un journaliste qui était pompier volontaire jusqu’au début de l’année 2021. Il ne l’est plus. Il explique ci-dessous les vraies raisons...

Pass sanitaire : Des jours décisifs

A la une de ce Journal, la première étape du passeport sanitaire en route. Ce 21 juillet, les contrôles du public pour se rendre...