Devenir partenaire
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Langue corse. De LREM à Florian Philippot, l’éventail jacobin se rejoint

17/01/2018 – 08h00 Bastia (Breizh-info.com) – La co-officialité de la langue corse fait partie des principales revendications politiques des nationalistes. Mais, malgré leur large victoire aux dernières élections territoriales, la classe politique française s’y oppose largement.

Démocratie à géométrie variable

C’était le 10 décembre 2017. La coalition nationaliste de l’autonomiste Gilles Simeoni et de l’indépendantiste Jean-Guy Talamoni remportait les élections territoriales en Corse avec un score sans appel de 56,5 % des voix. Loin, très loin devant les autres formations. De quoi assoir une légitimité politique et s’assurer un poids conséquent dans les négociations avec Paris.

Au cœur de ces pourparlers, la volonté de faire du corse une langue officielle au même titre que le français était l’une des exigences fondamentales des nationalistes. Ces derniers, malgré les résultats probants des suffrages, se rendent progressivement à l’évidence : l’appareil d’Etat français n’évoluera pas sur ce point.

La volonté du peuple et le choix des urnes, si souvent sacralisés par les différents partis politiques du continent, ne sont plus bons à entendre lorsqu’ils bousculent quelque peu la machine républicaine.

Un gouvernement bloqué

Le dernier épisode en date sur le sujet de la langue remonte au 5 janvier. Jacqueline Gourault, ministre auprès du ministre de l’Intérieur et chargée du dossier corse s’était alors rendue à Ajaccio. Après avoir rencontré Jean-Guy Talamoni et Gilles Simeoni, elle avait résumé la position, figée, du gouvernement français :
« La langue de la République française est le français », avait-elle asséné. Avant de considérer que la revendication des nationalistes n’était « pas envisageable ».

Un point de crispation sur lequel les deux élus corses n’entendent pas reculer. Il en va de leur crédibilité auprès de leurs électeurs. Pour Gilles Simeoni, les choses sont claires :
« Nous n’envisageons pas de céder sur ce point car nous considérons que la langue corse fait partie de notre identité. Elle nous est aussi nécessaire que l’air que nous respirons. C’est pourquoi il faudra aboutir à ce statut de co-officialité ».

Florian Philippot, prêcheur républicain

L’hostilité du gouvernement d’Emmanuel Macron à cette revendication linguistique est loin d’être un phénomène isolé. Plusieurs personnages de la vie politique française sont ainsi montés au créneau depuis la victoire des nationalistes aux élections de décembre. Mais l’un d’entre eux s’est particulièrement distingué en la matière.

Ainsi, en tenant indéfectible du national-républicanisme à la française, l’ex vice-président du Front national et actuel président de la formation Les Patriotes Florian Philippot s’est notamment illustré. Auteur d’une série de tweets hostiles aux dirigeants de l’île, l’ancien bras droit de Marine Le Pen a martelé que « la langue de la République est le français » et que le gouvernement doit la faire « respecter sans aucune exception, n’en déplaise à deux ou trois roitelets locaux ».

N’hésitant pas, pour l’occasion, à utiliser un ton vindicatif :

Après avoir pourfendu le candidat Macron durant toute la campagne des élections présidentielles, Florian Philippot a trouvé un point de convergence avec son gouvernement. Ou plutôt un ennemi commun : la co-officialité assurant un avenir à la langue corse.

Crédit photo : Wikimedia Commons (CC/Gauthier Bouchet)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

3 réponses à “Langue corse. De LREM à Florian Philippot, l’éventail jacobin se rejoint”

  1. dicoala dit :

    He les Corses ne vous laissez pas faire par le zig “fille y pot” ….

  2. Amazigh dit :

    Il n’y a rien à attendre d’un énarque. Ils sont tous formatés dans l’esprit de l’Etat tout puissant qui cautionne les pires turpitudes de la Raie Publique, du génocide Vendéen à l’abandon des harkis. Ne faites jamais confiance à un énarque.

  3. Philippe Perchirin dit :

    Nous touchons ici à des caractéristiques fondamentales de l’Etat français et à la nature radicalement antidémocratique de ses institutions, justifiées depuis 1789 par un recours systématique à une logorrhée obscène et mensongère de type orwellien inversant radicalement le sens des mots du tout au tout.

    On entendra régulièrement en France l’affirmation loufoque que les langues des minorités ethniques autochtones ne peuvent être reconnues par l’Etat « parce que la France n’est pas une nation ethnique ». Comme seule la culture et la langue française sont universelles alors que les autres cultures autochtones sont des folklores locaux, toute demande non d’abandon du français mais de bilinguisme a minima est du « repli sur soi » etc. etc. Le refus de parler toute autre langue que le français n’est par contre pas du tout du repli sur soi. On a bien compris l’imposture de ce genre de discours abject, ce système d’inversion du sens des mots se répétant dans tous les autres points de l’idéologie théocratique de l’Etat français.

    Il s’agit là d’une inversion radicale du sens que les mots ont dans toutes les vraies démocraties, dont la France ne fait pas et n’a jamais fait partie : il va sans dire qu’un Etat qui impose la seule et unique langue d’une de ses composants ethniques autochtones (la langue d’oïl, qui était celle des rois fondateurs de la France) en excluant toutes les autres communautés autochtones EST une nation suprématiste, colonialiste, impérialiste, raciste… Une nation justement ethnique !

    Quant à l’extrême-droite française, son discours est que les communautés autochtones, fussent-elles là depuis des millénaires, sont tout autant des étrangers que celles qui viennent depuis 50 ans, dans le cadre d’une immigration de peuplement (qui, dès lors qu’elle prend un caractère de peuplement et non d’assimilation dans les peuples autochtones préexistants, est un acte de guerre par nature de ce seul fait, cf. l’histoire des deux Amériques, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande ou d’autres cas comme les Turcs en Asie mineure ou les Chinois au Tibet). Elle ne voit pas que le cas des autochtones diffère nécessairement de celui des nouveaux venus (d’où les discours imbéciles sur « les 70 langues à reconnaître en France », etc.)

    Il va sans dire que toute démocratie reconnaît nécessairement les communautés indigènes qui la composent, et que c’est justement cela qui en fait une nation civique et non ethnique !

    La Suisse, par exemple, est un État civique et non ethnique, car son Etat fédéral est fondé sur l’adhésion de tous à ses seules valeurs démocratiques et non sur un suprématisme à la française, du fait même que l’Etat reconnaît justement l’existence de communautés ayant des droits culturels et politiques identiques sur son territoire. Car c’est cela l’égalité !

    La Suisse, notamment parce qu’elle multilingue et tolérante, est une nation civique et non ethnique.

    Justement au contraire de la France.

Ce sujet vous intéresse ?

Créez un compte ou connectez-vous sur Breizh Info et sélectionnez vos catégories favorites pour ne pas rater l'information qui VOUS intéresse.

Publicité

Soutenez Breizh-info

LES DERNIERS ARTICLES

pêche électrique

Economie, Environnement, LORIENT, Sociétal

Surpêche. 20 % des poissons débarqués en France seraient concernés [Vidéo]

Culture, Culture & Patrimoine, Histoire, Local, Patrimoine, PLOËRMEL

La Chapelle-Caro : le futur pôle culturel aura un nom… hors-sol !

Culture, Culture & Patrimoine, Histoire

Rani Lakshmi Bai, superbe bande dessinée sur la résistance indienne à l’Empire britannique

Histoire, Sociétal

Hommage à Manouchian : le débunkage – Le Nouvel I-Média

Brest

BREST, Ensauvagement, Immigration, Local, Société

Brest : Rekourañs, ar c’hoñversanted a son ar vatailh !

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

E brezhoneg, International

Korsika : ur skol bublik dre soubidigezh e Portivechju a-benn miz gwengolo !

Découvrir l'article

Politique

44 % des français considèrent qu’il faut limiter les pouvoirs du Conseil constitutionnel en matière de législation

Découvrir l'article

Sociétal

L’alliance Macron-LFI exulte face à la répression politique en France

Découvrir l'article

Politique

La catosphère et Macron. Cathos mais pas trop ?

Découvrir l'article

Sociétal

Terrorisme, guerre : ce qu’on ne vous dit pas ! – I-Média n° 463

Découvrir l'article

Politique

Autonomie de la Corse: le discours en intégralité d’Emmanuel Macron sur l’île

Découvrir l'article

International

Coup d’État au Niger : l’échec de la stratégie d’Emmanuel Macron

Découvrir l'article

Politique

Macron devrait annoncer prochainement un statut d’autonomie pour la Corse. Et pour la Bretagne ?

Découvrir l'article

Economie

Uber – Macron : liaisons dangereuses

Découvrir l'article

Politique

Immigration, pouvoir d’achat, Jordan Bardella (RN) dresse le bilan de la rencontre avec Emmanuel Macton

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Ne ratez pas notre prochaine enquête sans filtre sur un sujet tabou !

Inscrivez-vous dès maintenant à notre newsletter confidentielle.

🔍 Recevez nos analyses pointues et nos scoops exclusifs directement dans votre boîte mail. 🔍