Pontivy. L’école Claude-Marquet formate les enfants à l’idéologie du « vivre ensemble »

A LA UNE

Laïcité, Paty, Charlie, symboles religieux : Un sondage montre la fracture croissante entre musulmans et non musulmans dans les lycées en France

La LICRA, ligue de vertu qui ne cesse d’attaquer devant les tribunaux des polémistes, écrivains, politiques qui ont le...

Ploërmel. Après leur action d’agit-prop : les jeunes nationalistes bretons s’expriment [Interview]

Dimanche 21 février, un groupe de personnes a déployé une banderole accompagnée de fumigènes à Ploërmel. Banderole sur laquelle...

Piero San Giorgio : « La Bretagne pourrait retrouver un jour une forme d’indépendance » [Interview]

Piero San Giorgio s'est entouré d'une équipe de spécialistes dans différents domaines pour ouvrir le site Autonomie & Résilience,...

Covid-19. « La pandémie semble bien désormais en voie d’extinction progressive et naturelle »

Bulletin bimensuel du Général Delawarde au sujet de la crise dite du Covid-19 Avant propos  Aujourd’hui trois sujets sont à l’ordre...

Louis Saillans (Chef de guerre) : « Apporter mon point de vue, celui d’un homme qui connaît la réalité du combat contre l’Islam radical...

Louis Saillans a été commando marine. Il a travaillé pour les opérations spéciales pendant dix ans, notamment en Afrique...

22/01/2018 – 05h00 Pontivy (Breizh-Info.com) – « A l’école tous les enfants apprennent à lire et à écrire ; qu’on soit noir chocolat ou blanc, on a les enseignants pour dire : que riche de nos différences, le vivre ensemble est une chance ».

Voici le refrain quasi religieux  – la religion du vivre ensemble – de la chanson apprise, tournée en clip, et récitée lors des « assises du vivre ensemble » de Rennes par les enfants de CM (c’est à dire des gamins de moins de 10 ans) de l’école Claude-Marquet de Pontivy. Une école privée catholique.

Une chanson dans laquelle, l’auteur Glenn Hoel (Henri Rouillard), qui a eu l’autorisation de tourner avec les élèves, écrit également « Dans les livres d’histoire, les cahiers scientifiques, les devoirs de mémoire » ou encore « Malgré le numérique, on aime pas les contrôles ».

Si on voit parfaitement où l’artiste veut en venir, certains ne manqueront pas de s’interroger toutefois sur le côté  » formatage des esprits  » de jeunes enfants âgés de moins de 10 ans. C’est l’enseignante, Emmanuelle Jéhanno, elle même qui l’affirme : « On fait plein de choses dans cette école. Il y a des nationalités différentes, des religions différentes. Mais on cherche à faire grandir des citoyens ouverts au monde, ouverts aux autres. On sème des graines. »

« Faire grandir des citoyens ouverts au monde » en la personne d’enfants de moins de 10 ans qui n’ont pas achevé leur apprentissage de la lecture, de l’écriture, des mathématiques, de l’histoire. Tout un programme plébiscité donc, lors des « assises du Vivre Ensemble », durant lesquelles ces enfants seront forcés de côtoyer le temps d’une journée le « gratin » politique, associatif, médiatique, local et national.

Pas une grande différence finalement, avec cette mise en scène de la mort de Kim Jong II, en Corée du Nord :

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

LA QUOTIDIENNE

Recevez chaque matin dans votre boîte mail la Quotidienne de BREIZH-INFO

- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Les derniers articles

Crise de la vache folle : 30 ans après, un éleveur se souvient

L'ESB encéphalopathie spongiforme bovine aussi connue sous le nom de maladie de la vache folle fait son apparition pour...

Environnement. Pas loin de 20% des espèces de la faune et flore sauvages sont menacées en France

A ce jour en France, 2 430 espèces sont menacées et 187 ont disparu ou sont éteintes selon un...
- Publicité -

4 Commentaires

  1. Combien de temps perdu pour apprendre/enregistré/mettre en scène cette chanson? Autant de temps gâché à ne pas apprendre autre chose, à savoir maîtriser l’orthographe, la lecture ect… L’école des idéologues formant en réalité des citoyen-consomateurs dociles et aseptisés politiquement..

  2. Il y a toujours un côté « formatage » dans l’école, elle est là pour former des personnalités. Mais le « vivre ensemble » est un autre nom du gloubi-boulga : cette école semble plutôt partie pour NE PAS vraiment former, ne pas enseigner aux enfants la valeur des différences entre soi et autrui, quitte à les laisser avec une personnalité mal structurée et le sentiment que tout égale tout. Les parents sont sans doute pétris de bons sentiments et de contentement de soi, mais ils devraient se demander quels torts ils risquent de causer à leurs enfants avec ce genre de principes.

  3. Le  »vivre ensemble » n’existe pas dans les  »pays musulmans »!
    Dans les  »pays musulmans »:les non-musulmans n’ont aucun droit!J’aimerais qu’il y ait  »réciprocité »..Chez les musulmans tout est  »à sens unique »:les musulmans ont chassé TOUS les non-musulmans de leur pays natal et ils ont  »nationalisé » leurs biens ….maintenant,ils suivent les  »colonisateurs » en France et ils achètent des propriétés,chez nous,avec de  »l’argent sale »!..

  4. Pour vivre ensemble il faut des bases communes, or les religions, notamment une que je ne citerai pas pour ne pas stigmatiser ses adeptes, sont des barrières à la liberté d’expression.

Comments are closed.