« J’affirme, M. le Président, que des exilés non seulement innocents, mais inoffensifs, subissent sur notre territoire des atteintes aux droits fondamentaux de la personne. Je l’ai vu et je l’ai filmé ». Les mots de Yann Moix dans sa lettre ouverte du 21 janvier à destination d’Emmanuel Macron sentent désormais moins le gaz lacrymogène que l’ironie. Calais vient en effet de connaître des affrontements sans précédent entre des migrants afghans et des Africains jeudi 1er février. De nombreux blessés dont cinq par balle sont à signaler.

Violences à répétition

Les premières rixes entre migrants ont été signalées à Calais vers 15h30 le jeudi 1er février. Des affrontements qui ont mis en scène des Afghans face à des Érythréens. Pour rappel, l’Érythrée est un pays coincé entre le Soudan et l’Éthiopie, sur les bords de la Mer Rouge.

Tandis que l’une des émeutes a pour origine une distribution alimentaire où une centaine d’Africains s’en sont pris à une vingtaine d’Afghans, les autres violences ont des motivations plus troubles. Ce sont ainsi plusieurs rixes entre ces deux communautés qui se sont succédées dans différents endroits de Calais et de ses environs toute la fin de journée.

Au total, le dernier bilan de ces événements indiquait que près de 22 personnes avaient été blessées. Et, encore plus inquiétant, cinq l’ont été par balle. Sur les cinq, la préfecture du Pas-de-Calais affirme que quatre sont dans un « état d’urgence absolue ».

Banalisation des armes à feu

Au-delà des armes habituelles recensées dans ces émeutes (bâtons, barres de fer, couteaux), c’est bien la présence d’armes à feu parmi les migrants qui inquiète. Ou plutôt devrait inquiéter. Car personne, tant dans les médias relatant les faits qu’au niveau des autorités, ne semble prendre conscience de la gravité de la situation.

À titre informatif, il faut remonter au 1er juillet 2017 pour retrouver une rixe interethnique aussi violente à Calais. Seize blessés dont un grave furent dénombrés. Enfin, le 25 novembre 2017, une escarmouche avait opposé deux bandes d’Afghans avec des tirs d’armes à feu et cinq blessés à la clé. Les enquêteurs avaient alors évoqué un possible règlement de compte entre passeurs.

Une piste sur laquelle s’est également aventuré le ministre de l’Intérieur Gérard Collomb lors de ses déclarations à la presse quant aux affrontements du 1er février : « C’est la première fois que les affrontements sont aussi violents. Ils ont opposé des Afghans à des Érythréens avec des passeurs au milieu. Les auteurs des coups de feu étaient des passeurs. Les migrants de base ne sont pas armés ».

Une déclaration à relativiser puisqu’au matin du 2 février, la police recherchait aussi un migrant afghan auteur présumé de coups de feu.

Un « vivre ensemble » impossible

Une fois le constat dressé, il est nécessaire d’aller plus loin dans l’analyse de la situation. Cette micro-société calaisienne pourrait bien préfigurer ce que va devenir le modèle multiculturel français dans quelques années. Notamment si l’immigration extra-européenne se poursuit.

Comment faire cohabiter sur un même territoire des populations ne se supportant que peu voire pas du tout ? Le cas des Afghans et des Africains en est un bon exemple.

Quant aux demandes d’asile accordées, qu’en sera-t-il ensuite de « l’intégration » et de la compatibilité de ces jeunes gens adeptes d’une culture de la violence avec les valeurs de la République française ?

Ces valeurs tant vantées par les associations d’aides aux migrants comme par les autorités ne pèsent pas lourd sur le papier face à un sentiment communautaire bien ancré. Mais aussi face à une tradition du rapport de force au sein de ces groupes.

Comment lutter efficacement contre la propagation des armes à feu au sein des bandes de passeurs comme de migrants ?

Comment protéger les populations autochtones, en l’occurrence les Calaisiens, contre ces groupes de personnes armées et relativement imprévisibles ?

Autant de questions qui vont demander un peu plus de courage politique qu’une simple condamnation des faits.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

7 Commentaires

  1. La culpabilité que l’ont nous à inoculé à tous, est en train de nous tuer ! Nous sommes paralysés par l’image que nous « devons », montrer aux autres. Nous n’avons pas le droit de réagir, de nous défendre, sous peine de sanction immédiate, raciste et fasciste, que nous devenons, pour être sorti du politiquement correct. On ne regarde jamais l’immigré, le clandestin, que l’on nous fait nommer « migrant », comme raciste, xénophobe. Seuls les « blancs » sont racistes, vous le savez bien ! Les « migrants » Africains, comme ceux venant d’Asie centrale, sont issus d’ethnies et de castes hiérarchisées, les unes ne se mélangeant pas aux autres, ne se respectant pas les unes les autres, et ils perpétuent ces classifications chez nous, en y rajoutant la distinction avec ceux venant d’autres continents.
    Nous devenons donc, spectateurs, victimes impuissantes, face à ces hordes barbares venant d’horizons divers, que l’on nous oblige à respecter au plus haut point, alors qu’ils ne nous respectent pas et ne se respectent pas, eux-mêmes !
    Nous laissons s’installer des meurs et des règles tribales qui prennent le pas sur l’ordre établi, sur les lois de notre pays, cela s’appelle la chienlit, mais il est vrai qu’un état, incapable de tenir en respect quelques pouilleux dégénérés à Notre-Dame des landes, ne saurait être en capacité de faire respecter l’ordre et la loi, par les barbares et leurs soutiens, à Calais ou ailleurs !

  2. Il y a un an ou deux, dans la « jungle », une église fréquentée par des Erythréens a été attaquée par des musulmans.

    • Très juste. Le sol de leur pays d’origine n’est pas responsable, de toute évidence, des troubles et de la misère dont ils ne se sortent pas. Venus en nombre, ils amènent avec eux les situations qui les ont conduits à fuir leurs pays. Et cerise sur le gâteau ils veulent nous imposer leurs moeurs barbares

  3. Les associations…Ras-le-bol de tous ces  »bien-pensants » qui préfèrent s’occuper des migrants  »clandestins » étrangers plutôt que des  »Français » nécessiteux!L’Etat distribue 100 millions d’euros (l’argent des contribuables français) aux associations sous forme de subventions,ces assoces reçoivent aussi des dons directs ce qui représentent 3 milliards d’euros au total par an!..Les gauchistes sont plus accueillants envers les  »clandestins » musulmans  »étrangers » qu’envers les  »Français » non-musulmans chassés de leur pays natal..ces  »réfugiés » français non-musulmans que Gaston Defferre voulait  »jeter à la mer » en 1962!…

Comments are closed.