Le Faouët. Regard(s) : Jeanne-Marie Barbey (1876-1960)

A LA UNE

Après avoir consacré la première exposition rétrospective à l’œuvre peint de Jeanne-Marie Barbey (1876-1960) au printemps 2005, le musée du Faouët (Morbihan) accueillera au printemps 2018 une exposition conçue par le musée des beaux-arts de Vannes en partenariat avec le musée de Bretagne de Rennes et le musée du Faouët sur la mise en parallèle des regards peints et photographiques de l’artiste. Acquis par le musée de Bretagne fin 2010, le fonds photographique Barbey a en effet mis en lumière la manière de travailler de cette femme peintre.

« Son double regard nous guidera sur son territoire de prédilection : le pays de Gourin du début du XXe siècle, abordant scènes intimistes et scènes de travail, en passant par les portraits et les paysages, mais aussi le patrimoine religieux, les pardons, foires et marchés.» expliquent les organisateurs.

En 2005, la rétrospective consacrée à Jeanne-Marie Barbey, par le musée du Faouët, permettait de découvrir cette artiste, dont les attaches familiales et maternelles sont liées au pays de Gourin.

Cette exposition, organisée en sept séquences, se veut un double regard mis en perspective : celui de l’artiste peintre et celui du photographe. En effet, le procédé photographique a été utilisé pour préparer les scènes peintes tant en intérieur, qu’en extérieur. Hypothèse confirmée en 2010 par l’acquisition du musée de Bretagne à Rennes, d’un ensemble constitué de 202 négatifs sur plaques de verre, réalisés par Jeanne-Marie Barbey et/ou par son frère Auguste. Ces superbes vues révèlent alors le lien étroit entre l’image picturale et photographique.

L’exposition regroupe l’essentiel des 74 études et peintures du don Fellows au musée de beauxarts de Vannes, des prêts extérieurs ainsi qu’une sélection de tirages noir et blanc des négatifs sur verre conservés au musée de Bretagne.

La vie de Jeanne-Marie Barbey 

1876 Naissance à Paris. Son père, ébéniste, est né à Carhaix. Sa mère est originaire de Gourin. 1895 et 1896 Diplôme de professeur de dessin. 1901 (vers) Son frère Auguste (1868-1931) s’installe à Gourin.

1906-1907 Fréquente l’atelier du 18e arrondissement de Louis-Marie Désiré-Lucas et le musée du Louvre. 1907 Diplôme de professeur des écoles de la ville de Paris. 1907-1910 Élève de Louis-Marie Désiré-Lucas et d’Henri Royer. 1917-1920 Fonde et copréside l’Arc-en-Ciel, groupe franco-anglo-américain dont les expositions annuelles se déroulent en galerie.

1919-1921 Organise chaque année à Paris les expositions des Peintres d’Armor, groupe dont elle assure la présidence. 1926 Est élue membre du comité de la Société des artistes indépendants, présidé par Paul Signac. 1930 Don de La Course au musée de Vannes. 1960 (13 août) Décès à son domicile de Bagnolet.

1995 Marguerite Fellows (1907-2005), héritière de Jeanne-Marie Barbey, fait don au musée de Vannes de 74 oeuvres.

Portraits

L’artiste affectionne les portraits et plus particulièrement les portraits d’enfants. Représentés en pied ou en buste, le plus souvent dans le paysage, ces jeunes gens revêtent des costumes locaux à dominante sombre. Dans les portraits peints d’après des clichés photographiques, Jeanne-Marie Barbey orchestre ses modèles. Les études et toiles achevées constituent de véritables séries, avec de nombreuses variantes. Après 1918, la palette s’éclaircit et les touches libres dans le paysage éclatent aux côtés des ombres colorées, comme chez les impressionnistes.

Paysages

Séjournant à Gourin, principalement durant l’été, Jeanne-Marie Barbey livre de la campagne environnante une description certes pittoresque, mais néanmoins réaliste. Les études et toiles peintes, exclusivement consacrées à la nature, demeurent dynamiques grâce à un rendu spécifique de l’atmosphère. JeanneMarie Barbey compose-t-elle en plein air ou à l’atelier d’après les photographies et les croquis pris sur le terrain ? Admiratrice de Paul Cézanne, elle ordonne ses plans et structure l’espace par la couleur. Techniquement, elle joue avec les fonds en réserve, laissant parfois apparaître largement la tonalité brune du support. La thématique du paysage apparaît à part entière dans son oeuvre avant la Première Guerre mondiale.

L’exposition « REGARD(S) Jeanne-Marie Barbey (1876-1960) » est présentée du 1er avril au 10 juin 2018 – du mardi au samedi de 10h à 12h et de 14h à 18h – le dimanche de 14h à 18h – les jours fériés de 10h à 12h et de 14h à 18h

Avant l’ouverture du musée, l’association des Amis du musée du Faouët propose une conférence intitulée «Assiettes de Pilhaouer».

Elle se déroulera le samedi 24 mars à 17h30 et sera animée par Alain Bastendorff, vice-président de l’association des Amis du musée du Faouët. Salle de conférences du musée.

– Visites flash : du 8 avril au 10 juin tous les dimanches à 15h et 16h30

– Visites de groupes (mini. 15 personnes) : en semaine (sur réservation)

– Printemps des arts : du 12 au 20 avril

– Conférence «Jeanne-Marie Barbey»: dimanche 22 avril à 15h Animée par Marie-Annie Avril, responsable des collections du musée des beaux-arts de Vannes et co-commissaire de l’exposition «REGARD(S). Jeanne-Marie Barbey».

– Visites et ateliers enfants : mercredis 2 et 9 mai (sur réservation)

– Nuit des musées : samedi 19 mai. Avec la Jo Coop Compagnie (Lorient) et les écoliers faouëtais du Brugou : peinture en direct, mise espace, en voix & mise en musique – Concert « Les Vents du Morbihan » : dimanche 10 juin à 19h

Le musée sera fermé du 11 au 29 juin inclus.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Un collectif mobilisé pour la réhabilitation d’une ancienne voie ferrée dans le pays de Retz

Entre Paimboeuf et Saint Hilaire de Chaléons, 28 kilomètres de voie désaffectées depuis 1998. Des riverains et d'anciens cheminots...

Ospital Dinan : 6 goprad digarget dre ziouer a bas yec’hed

D'al lun 20 a viz gwengolo e ospital Dinan e voe galvet 11 goprad (war 1446) rak n'o doa...

Articles liés