L’ex-député Michel Hunault candidat aux législatives… en Espagne

hunault

Ancien député RPR puis Nouveau Centre de la 6e circonscription de Loire-Atlantique (1993-2012) jusqu’à qu’il soit battu par le socialiste Yves Daniel (devenu depuis En Marche), Michel Hunault, frère du maire de Châteaubriant Alain Hunault était officiellement retiré de la vie politique, malgré une tentative ratée de candidature aux régionales et une rumeur, vite démentie, de candidature sous l’étiquette FN dans les Bouches du Rhône en 2017. Le voici pourtant, avec Diane Fischer comme suppléante – pas d’ambiguïté donc, candidat à l’élection partielle de la 5e circonscription des français de l’Etranger !

L’arrêté du 20 mars modifie en effet la liste des candidats, précédemment parue dans l’arrêté du 16 mars 2018. Aux huit candidats s’ajoutent donc Michel Hunault et Diane Fischer pour remplaçante. Samantha Cazebonne (LREM) avait été élue dans cette circonscription qui regroupe l’Espagne, le Portugal, Andorre et Monaco, mais l’élection avait été annulée suite à un mail envoyé hors délai par un des candidats et l’acheminement en retard de matériel électoral, le tout couplé à un faible écart entre les voix.

Parmi les sujets de la campagne, la gestion des lycées français de l’étranger – du côté des coupes budgétaires de 33 millions d’euros et non des passe-droits liés à la scolarisation à Barcelone des petits-fils d’un certain ministre des Affaires Etrangères, breton très connu de surcroît. Mais encore la fiscalité des français de l’étranger, la hausse de la CSG et la réforme de la représentation des français expatriés.

Samantha Cazebonne est candidate à sa succession pour LREM. Y concourent aussi François Ralle Andreoli – l’auteur du fameux mail dont il récuse toujours l’envoi – pour les écologistes d’Agissons ensemble, Yohann Castro, responsable administratif de service au Lycée français de Madrid et ex-président de la Maison de l’Amitié Franco-Espagnole, comme indépendant divers droite, dissident des Républicains. Mais aussi Raphaël Chambat (LR) – à la place de Laurence Sailliet, candidate en juin dernier, ou encore Mehdi Benlahcen, conseiller AFE Péninsule ibérique à l’Assemblée des Français de l’Etranger et professeur de sciences économiques et sociales au Lycée Français Charles Lepierre, à Lisbonne, pour le PS.

Il y aura encore un candidat nationaliste, l’ex-FN Ludovic Lemoues, du Front des Patriotes Républicains… rien à voir avec Florian Philippot avec lequel il est en froid. Son principal argument : la gratuité de tous les lycées français à l’étranger. S’ajoutent encore un dissident LREM, Jean-Laurent Poitevin, un indépendant, Samir Sahraoui… et donc Michel Hunault. On se demande cependant ce que cet avocat conseil au barreau de Nantes, enseignant à Sciences Po, auteur d’un livre sur la corruption, le blanchiment et la fraude fiscale (2017, les Presses de Sciences Po), spécialisé dans la prévention de la corruption et du blanchiment et la prévention des risques et des partenariats innovants, va faire dans cette galère ? La volonté de construire des châteaux en Espagne ?

Louis-Benoît Greffe

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine