MAJ : selon nos informations, le détenu était très craint, y compris au sein de la prison de Brest, par les autres détenus.

Anthony Pondaven, un islamiste converti de 21 ans, originaire de Landerneau, s’est échappé de la maison d’arrêt de Brest ce mercredi matin.

C’est Le Télégramme qui a révélé l’information. Il était actuellement incarcéré pour vol de voitures, en détention provisoire depuis novembre 2017 . Cette mesure de détention provisoire avait été prolongée jusqu’en juillet prochain.

Condamné à de multiples reprises pour vol,  ce dernier a été extrait pour raison médicale et conduit par une escorte à l’hôpital Morvan. Il s’est ensuite mis à courir en descendant du véhicule, tandis que l’agent chargé de sa surveillance n’a pas réussi à le ceinturer, s’est retrouvé trainé sur plusieurs mètres, avant de lâcher prise.

Il est monté à bord d’une peugeot 306 dans laquelle se trouvait deux autres individus au moins, qui ont explosé la barrière de l’hôpital et pris la fuite. Un plan d’intervention immédiat a été déclenché, tandis qu’un dispositif policier et de gendarmerie a été mis en place pour quadriller le secteur.

Méfiance donc si vous croisez cet individu (il possède plusieurs comptes facebook inactifs depuis quelques années, son visage a changé depuis. Il porte une grosse barbe désormais et il est très imposant physiquement) qui peut être dans les parages partout dans le Finistère et en Bretagne à cette heure-ci, individu qui selon les services de police s’est radicalisé. Sur l’un de ses profils facebook, en 2016, il évoquait « la loi d’Allah, bientôt de retour » .

Cet homme de 21 ans est « un détenu de droit commun suivi au titre de la radicalisation » et est donc « potentiellement radicalisé« , a indiqué la direction de l’administration pénitentiaire (DAP) à l’AFP. Selon une source proche de l’enquête, il est « fiché S » (pour Sûreté de l’Etat) et « dangereux« .  Il avait déjà été condamné en 2014 pour s’être échappé de l’endroit où il était en « placement extérieur ».

Selon le parquet de Brest, Anthony Pondaven a 23 fiches à son casier judiciaire, essentiellement pour des condamnations relatives à des délits de droit commun : vols, cambriolages et violences.

Les syndicats dénoncent un manque de moyens pour encadrer les extractions« Généralement, les extractions médicales sont assurées par des surveillants pénitentiaires non armés, indique Joseph Rousseaux, délégué interrégional Force ouvrière pénitentiaire pour la Bretagne, à France BleuOn n’a même plus de véhicule avec sirène deux-tons. »

Pour le délégué Force ouvrière, le personnel est en danger« À Brest, on va normalement récupérer les missions de la police et de la gendarmerie pour les extractions médicales. Les extractions judiciaires sont déjà en souffrance parce qu’il manque les deux tiers du personnel nécessaire. On sait déjà que l’équipe qui va se mettre en place ne pourra pas assurer les deux types d’extraction, faute de moyens. »

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine