Nantes. Notre-Dame de Bon Port : pendant les travaux, la chapelle des Franciscains de Canclaux reprendra vie

A LA UNE

A quelque chose un bouleversement est bon. La fermeture pour deux ans, afin d’entreprendre de lourds travaux de restauration – y compris sur l’orgue splendide – de l’église Notre-Dame de Bon Port (Saint-Louis), mettait en danger la communauté paroissiale installée. Cependant, celle-ci se réfugiera dans la chapelle haute des Franciscains place Canclaux, actuellement quasi désaffectée. Des travaux d’aménagement y ont commencé.

A ce jour, les frères, qui sont une quinzaine, assez âgés, n’utilisent guère que la crypte, très belle au demeurant. Le couvent, rénové à la fin du XXe siècle, abrite aussi un oratoire elliptique. La première messe dans la chapelle haute aura lieu à 11h00 le 8 juillet prochain. Les messes y auront lieu à 11h00 le dimanche en été, puis 18h30 le samedi et 11h00 le dimanche à partir du 1er septembre.

Les cinq premiers religieux s’y sont installés le 18 juillet 1887 avec une chapelle provisoire dans une chambre qui accueillait néanmoins 60-70 personnes aux messes. Ils étaient les héritiers spirituels des Cordeliers (1246-1791), dont le couvent accueillait une vingtaine de corporations et la première université de Bretagne (1480). Le nouveau couvent a été construit sur un terrain vague, acheté en 1885, sur les carrières de Gigant où Carrier fit fusiller des milliers de prisonniers vendéens et nantais. Les religieux étaient huit en 1896 et dix en 1903.

La chapelle haute, construite en style néo-roman entre 1899 et 1911, est dédiée à la Sainte-Croix. Quand elle fut ouverte, les Franciscains avaient été expulsés par l’État en 1903, mais des Franciscaines de Saint-Philbert-de-Grand-Lieu avaient remplacé les frères partis en Hollande en ouvrant une clinique dans leur ancienne implantation. Seuls cinq, versés dans le clergé diocésain, étaient restés, notamment dans une maison couverte en tuiles appelée « Maison rouge » proche du couvent, où était ouvert depuis 1899 une structure pour les vocations tardives, l’Antoniat. Les Franciscains finirent par revenir en 1920 et reprendre le cours de leurs activités.

La crypte est dédiée à l’œuvre de Saint-Antoine, lancée en 1894, qui permettait de secourir 500 pauvres du quartier chaque année : « tous les dimanches, les pauvres viennent à la messe et après on leur distribue une livre de pain et des bons de fourneaux (chauffage). Parallèlement, des réunions de femmes avaient lieu avec, après la prière, une distribution de secours », décrit l’abbé Hervouët en 1897.

La dernière messe de Notre-Dame de Bon Port aura lieu le 3 juillet ; cependant la paroisse gardera l’usage de la sacristie pendant les travaux afin d’y célébrer des messes de semaine notamment. Des travaux d’aménagement mineurs auront lieu en juin pour adapter la chapelle haute des Franciscains, qui abritera 300 des 400 paroissiens habitués du dimanche pendant deux ans. Les autres devront se replier sur les autres églises de la paroisse Notre-Dame de Nantes (Saint-Nicolas, Sainte-Croix, chapelle Saint-Joseph).

LBG

Crédit photo : breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO - spot_img

Rennes. Il gifle une dame de 80 ans..son avocate veut qu’il fasse « un stage pour apprendre à gérer ses émotions »

Un individu de 34 ans était jugé en comparution immédiate cette semaine à Rennes, pour avoir giflé, mercredi 22...

Rennes. Le RN dénonce les ateliers « en non mixité » et les subventions publiques au festival néo-féministe « Dangereuses Lectrices »

Ces 25 et 26 septembre s'est tenu à Rennes un drôle de festival, ultra confidentiel, mais subventionné par la...

Articles liés