Viols d’enfants. 90 ans de prison pour un gang de Pakistanais d’Oxford

A LA UNE

Morbihan : 7 fusillades en une semaine

Il semble que la mode des fusillades, qui semble s'être quelque peu calmée à Nantes - en moyenne "seulement"...

États-Unis. Vaccinés ou non, la charge virale est la même chez les contaminés au Covid-19 [Vidéo]

Aux États-Unis, le retour du port du masque en intérieur pour les vaccinés est d'actualité car de récents travaux...

Astrid Prunier (RN) : « La Région Bretagne a voté des subventions hallucinantes à des associations féministes et communautaristes » [Interview]

La dernière session du Conseil régional de Bretagne a été l'occasion de constater, une fois de plus, le sectarisme...

Confinements et couvre-feux : quels impacts sur les couples ?

Quelles ont été les impacts des différents confinements et couvre-feux successifs sur les couples français ? Si l'on a...

Vannes. Retour sur la manifestation du 24 juillet contre le pass sanitaire [Reportage vidéo]

Samedi 24 juillet, des centaines de milliers de personnes ont défilé contre le pass sanitaire et la tyrannie instaurée...

Les gangs de violeurs pakistanais n’en finissent plus de faire parler d’eux en Angleterre ces derniers mois. Cette fois, huit hommes ont été jugés suite aux viols d’enfants âgés de 13 à 17 ans.

Faits sordides

Les derniers verdicts étaient rendus le 12 juin à Oxford. C’est dans cette ville située au nord-ouest de Londres que sévissait le gang. Huit hommes, âgés de 36 à 48 ans, ont été reconnus coupables d’agressions sexuelles commises entre 1998 et 2005 sur de jeunes victimes. Et pour cause, ces dernières avaient de 13 à 17 ans au moment des faits.

Le mode opératoire était toujours le même : le gang se liait d’amitié avec des adolescentes vulnérables avant de leur faire consommer de la drogue et de l’alcool dans des soirées locales. Ces prédateurs abusaient ensuite de leurs victimes, notamment dans une voiture dédiée à ces immondes agissements.

Aucun remords chez les coupables

Les huit individus, qualifiés de « prédateurs et cyniques » par l’un des juges, sont maintenant emprisonnés pour une durée de sept ans et demi à quinze ans chacun. Au total, le cumul des peines atteint presque les 90 années de prison.

L’arrestation du gang n’a été rendu possible que par les témoignages des victimes. Un courage notamment salué par l’un des officiers enquêteurs, le sergent détective Nicola Douglas, de la Thames Valley Police Major Crime Unit : « Je tiens à remercier chaleureusement les victimes qui ont fait preuve d’un tel courage et d’une telle bravoure tout au long de l’enquête et pendant le procès ». Une libération de la parole trop rare, sans laquelle les criminels échappent aux poursuites pénales.

Du côté des pédophiles incriminés, « aucun des auteurs n’a admis sa culpabilité ou montré des remords. Diverses défenses ont été déployées tout au long de ce procès long et complexe », apprend-t-on dans la presse britannique.

Khan, des homonymes de Sadiq

Pour le procureur en chef Adrian Foster, « ces affaires sont, en fait, du crime organisé, et nous avons abordé cette affaire de la même manière que nous aborderions n’importe quelle affaire de crime organisé, en établissant des liens et en développant une compréhension des réseaux criminels ». La façon d’opérer de ces gangs est effectivement bien ordonnée.

Quant au profil des huit violeurs, un point commun entre tous les membres de l’équipe interpelle. En effet, ils sont tous d’origine pakistanaise et de confession musulmane. Dans le détail, le gang se compose ainsi :

  • Kamran Khan, 36 ans, de Kersington Crescent, a été condamné à une peine totale de huit ans d’emprisonnement.
  • Raheem Ahmed, 40 ans, de Starwort Path, a été condamné à 12 ans de prison.
  • Assad Hussain, 37 ans, de Morrell Avenue, a été condamné à la réclusion à perpétuité avec un minimum de 12 ans à purger.
  • Khalid Hussain, 38 ans, de Ashurst Way, a été condamné à 12 ans d’emprisonnement.
  • Kameer Iqbal, 39 ans, de Dashwood Avenue, a été condamné à 12 ans d’emprisonnement.
  • Haji Khan, 38 ans, a été condamné à une peine totale de dix ans d’emprisonnement.
  • Alladitta Yousaf, 48 ans, de Bodley Road, a été condamné à un total de sept ans et demi d’emprisonnement.
  • Moinul Islam, 41 ans, de Wykeham Crescent, a été condamné aujourd’hui à un total de 15 ans et neuf mois d’emprisonnement.

Pakistanais
Les huit condamnés. Source : mirror.co.uk

Ces condamnations font suite à un procès de six mois qui a commencé en octobre 2017 et s’est terminé en mars de cette année. La fin d’un très long calvaire pour les nombreuses victimes. Et le début d’une remise en question de la politique d’immigration en Grande-Bretagne ?

Crédit photos : Pxhere.com (CC0/public domain)
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Florian Philippot réagit à la manif anti-Pass Sanitaire sur BFMTV

Florian Philippot réagit à la manif anti-Pass Sanitaire sur BFMTV https://www.youtube.com/watch?v=NXtvjpY8aOg Photo d’illustration : DR  Breizh-info.com, 2021, dépêches libres de copie et...

Rennes. Wilhem Houssin, un père de famille tabassé à mort par une « une bande de jeunes »

Wilhem Houssin était un père de famille de 49 ans. Il a été tué lors d'une agression gratuite par une...

Articles liés

Dibunadeg er straedoù, merc’hed mouchet, bannieloù : un eured turk e Redon

Ar sizhunioù tremenet ez eus bet trouz diwar-benn an euredoù kumuniezhel e Bro-C'hall. Re a zansoù estren, re a zibunadegoù er straedoù, re a...

Une directrice d’école de Leeds, au Royaume-Uni « Les blancs font partie des groupes ethniques minoritaires… c’est merveilleux »

« Nos religions sont peut-être différentes, mais les messages de bonté, de rassemblement et de charité sont tous les mêmes », déclare le directeur...

Espagne. Les arrivées de migrants se poursuivent à Melilla, des policiers blessés par des clandestins [Vidéo]

Melilla, enclave espagnole située sur le continent africain, a connu un nouvel assaut de migrants à sa frontière. Plus de 100 clandestins sont parvenus...

Propagande. Comment éduquer les collégiens rennais à l’immigration ?

Que cela est joliment dit ! « Résidence d'artiste », « lettres à l'ailleurs », « travail scolaire », « raconter la distance et l'amour des siens », l'enfer progressiste est toujours pavé...