Coupe du monde. Des immigrés tentent de passer en Europe

coupe-du-monde-2018-russie

Si, de l’avis général, la sécurité du mondial 2018 en Russie est pour l’instant à la hauteur de l’enjeu, les douaniers lituaniens, biélorusses et russes ont du travail avec certains supporters. Ils refusent de rentrer chez eux. Ils essaient au contraire de rester en Russie ou d’entrer en UE avec de faux papiers.

Des abus ont été constatés de la part de supporters marocains, nigérians ou encore pakistanais.

La Russie a mis en place un régime simplifié pour les supporters qui ont la carte Fan ID. Suite à un accord signé le 29 mai entre la Russie et la Biélorussie, ce dernier pays permet l’entrée sans visa, le transit et le maintien sur le territoire pendant quelques jours des supporters qui vont au Mondial en Russie, sur la période du 4 juin au 25 juillet. En échange, la Russie fera de même pour les supporters des Jeux Européens qui se dérouleront du 21 au 30 juin à Minsk.

Sans fan ID, il faut demander un visa biélorusse pour le transit – entre Moscou et Kaliningrad par exemple. Deux journalistes belges accrédités pour le Mondial mais sans Fan ID, mal conseillés, ont ainsi été retenus six heures par les douaniers biélorusses avant d’être expédiés à Moscou. Des trains gratuits ont été organisés pour les supporters, afin de relier Moscou à Kaliningrad. Ils sont cependant l’objet d’une grande attention des douanes – les douaniers vérifient l’identité des passagers une fois en Russie, une fois en Lituanie et deux fois en Biélorussie.

Cependant, ce régime simplifié – utilisé par plus de 14.000 personnes en juin – a aussi été utilisé par certains clandestins pour entrer en Biélorussie et tenter de joindre de là les pays voisins membres de l’UE grâce à leur Fan ID et, souvent, à de faux titres de séjour ou visas Schengen.

A Kaliningrad, des dizaines de nigérians et marocains tentent de se maintenir

A Kaliningrad même, des dizaines de marocains et de nigérians seraient restés dans la région russe, écrit le média local Russky Zapad. Ils affirment qu’ils ont dépensé tout leur argent en alcool et ne peuvent rentrer chez eux. Ils vivent dans des appartements qu’ils ont loués en arrivant – et en payant d’avance.

Deux autres marocains, arrivés à Kalinigrad pour le Mondial, y restent pour longtemps. Ils ont été admis aux cours préparatoires de l’université fédérale Baltique Emmanuel Kant – pour les étudiants qui ne parlent pas le russe. Ils l’apprendront pendant un an avant de commencer des études de mathématiques appliquées.

Cependant d’après les habitants de Kaliningrad eux-mêmes, l’arrivée massive de marocains n’a pas entraîné une forte hausse de la délinquance. « Les supporters les plus polis sont les espagnols et les marocains », explique ainsi sur Klops.ru une serveuse d’un bar du centre-ville. « Les plus charmants sont les croates. Les nigérians se comportaient le plus mal : ils mettaient beaucoup de saleté et criaient ». Les locaux ont constaté aussi une forte hausse de vente des plats à base de poisson, à cause des préférences religieuses des supporters du Maroc.

Les douaniers polonais,estoniens,  lettons et lituaniens sur le qui-vive

En revanche, dans un bois à la frontière polono-russe, près de Kaliningrad, les douaniers polonais ont arrêté peu avant le 25 juin un groupe de dix personnes, âgées de 22 à 31 ans. Tous sauf un avaient des passeports de supporters de la Coupe du Monde et allaient en direction de l’UE, sous prétexte d’assister à la Coupe du Monde. Sept d’entre eux étaient marocains, deux algériens et un yéménite. Ils ont été renvoyés vers Kaliningrad en application de l’accord de réadmission des étrangers passé entre la Pologne et la Russie.  A Gronovo, c’est un nigérian âgé de 30 ans qui a été descendu d’un car interurbain à la frontière polonaise : son visa Schengen pour la Finlande était un faux grossier.

Les douaniers lituaniens ont quant à eux bloqué l’entrée de 56 personnes qui avaient des passeports de supporters de la coupe du monde – parfois faux – mais pas de visa Schengen.  Bien que les matchs à Kaliningrad se sont terminés depuis une semaine, des étrangers essaient toujours d’entrer en Lituanie avec des passeports de supporters. Le 12 juin, ils ont notamment arrêté trois ghanéens qui n’avaient pas de visa Schengen.

En Lettonie, un nigérian a été arrêté à la frontière russe, avec un faux visa Schengen délivré en Allemagne ; l’incident a eu lieu le 28 juin dernier. Quelques jours auparavant, c’est un marocain avec un faux visa Schengen délivré en Belgique qui a été arrêté par les douaniers lettons, et renvoyé en Russie. En Estonie, ce sont des nigérians qui ont eux  aussi été bloqués par les douaniers et renvoyés en Russie.

Le dernier incident connu a eu lieu le 2 juillet : 9 sénégalais ont été arrêtés par les douaniers alors qu’ils étaient dans le train Minsk – Vilnius : ils avaient des passeports de supporters et des titres de séjour dans des pays européens, qui se sont avérés faux, et pas de visa Schengen. Ils ont tous été renvoyés en Biélorussie. Cinq pakistanais, qui ont utilisé la même filière, ont eux aussi été sortis du train à la frontière et renvoyés à Minsk.

La douane biélorusse a bloqué plus d’une centaine de clandestins qui voulaient entrer en UE

En juin, près d’une centaine de clandestins qui ont essayé d’entrer en UE via la Biélorussie ont été arrêtés par les douaniers du pays – trois, citoyens du Pakistan avec des titres de séjour en Allemagne volés – l’ont été à l’enregistrement du vol Minsk – Francfort à l’aéroport de Borispol. Trente d’entre eux ont été arrêtés aux frontières avec la Lituanie et la Pologne sur les trois derniers jours de juin. Ce sont essentiellement des marocains et des bangladais qui ont été arrêtés, remarquent les forces de police biélorusses. Les contrevenants – internés dans les centres de rétention administrative biélorusse – risquent de grosses amendes, le retour forcé dans leur pays et une interdiction d’entrer en Biélorussie pendant cinq ans.

Parmi les étrangers bloqués par les douaniers lituaniens, il y avait 12 nigérians, 9 pakistanais, 9 sénégalais, ainsi que plusieurs marocains et bangladais. Des citoyens d’Algérie, Inde, Chine, Égypte, Ghana, Syrie et Russie ont aussi été interceptés.

Finlande : trois marocains, un nigérian et un chinois demandent l’asile politique

Les finlandais ont bloqué quant à eux quelques supporters qui essayaient d’entrer dans leur pays en utilisant la Fan ID comme si c’était un visa Schengen. Trois marocains avec des Fan ID ont réussi à entrer sur le territoire  et ont demandé l’asile politique en Finlande, ainsi qu’un nigérian arrêté à la frontière avec un faux passeport brésilien. Le 15 juin, un chinois qui n’avait que sa carte Fan ID a été arrêté à l’aéroport, où il a demandé l’asile politique immédiatement et a expliqué qu’il n’avait acheté des billets pour la coupe du Monde que pour rejoindre la Finlande.

Des billets moins chers que les passeurs de la Méditerranée, selon la police allemande

En Allemagne, la police est prévenue d’un possible afflux de clandestins via les pays Baltes et la Russie : les billets pour la coupe du Monde coûtent en effet moins de 6000 $, relève la police criminelle allemande, or c’est le prix moyen pour le passage de la Méditerranée. La police a relevé la présence importante de supporters venus du Nigéria, de Syrie et du Sénégal en Russie et pense qu’ils peuvent arriver à se maintenir jusqu’au début de l’automne.

Louis Benoit Greffe

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

ARTICLES LIÉS

- Sécession la première parution de Yann Vallerie, rédacteur en chef de Breizh-info -

- Je soutiens BREIZH-INFO -

PARTAGEZ L'ARTICLE !

LES DERNIERS ARTICLES

ABONNEZ VOUS À NOTRE NEWSLETTER

Pas de pubs, pas de spams, juste du contenu de qualité !