C’est une découverte qui pourrait s’avérer de la première importance. Les patients souffrant d’un cancer qui choisissent – en complément d’un traitement classique – de se soigner en utilisant des méthodes alternatives comme l’homéopathie, les herbes médicinales ou encore le yoga… semblent malheureusement avoir deux fois plus de chance de mourir de leur cancer.

Pour les scientifiques ayant mené une étude sur près de 2 millions de cas, c’est dû au fait que les patients utilisant ces méthodes alternatives sont en moyenne plus susceptibles de refuser des actes médicaux classiques et efficaces pour soigner leur cancer.

Cancer : une mortalité bien supérieure causée par le refus de traitements conventionnels supplémentaires

Les méthodes classiques sont les interventions chirurgicales et la chimiothérapie tandis que les méthodes alternatives sont l’homéopathie, les herbes médicinales, les compléments alimentaires, les diètes, le yoga, les massages, etc.
A noter que ces éléments sont à considérer avec prudence la chimiothérapie est largement critiquée pour avoir des effets finalement très minimes selon plusieurs études.

Utiliser ces méthodes alternatives en complément d’un traitement classique pour soigner son cancer augmenterait donc, en moyenne, la mortalité de la maladie. Les patients utilisant des méthodes alternatives auraient deux fois plus de chance de mourir à cause de leur cancer. Pour les scientifiques ayant découvert cette inquiétante information, l’explication est claire : « Parmi les patients ayant reçu au moins une forme de traitement conventionnel contre le cancer, ceux utilisant des méthodes alternatives étaient plus susceptibles de refuser des traitement conventionnels additionnels. […] Le plus grand risque de décès associé aux méthodes complémentaires est donc lié à ce lien avec le refus de traitement. »

Autrement dit, les personnes utilisant des méthodes alternatives en complément d’une opération chirurgicale ou d’une session de chimiothérapie sont plus portés à refuser une deuxième opération que les personnes utilisant par ailleurs des méthodes alternatives comme l’homéopathie.

Une confirmation de l’intérêt des méthodes conventionnelles pour soigner le cancer

Cet travail scientifique semble confirmer une étude parue en janvier 2018 qui concluait que les patients atteints d’un cancer et utilisant uniquement des méthodes alternatives pour le guérir avaient 2,21 fois plus de chance de mourir de leur cancer que les personnes utilisant des méthodes traditionnelles à l’efficacité médicalement prouvée.

Les méthodes alternatives ne semblent donc pas devoir être utilisées de manière exclusive par les patients atteints de maladies graves. En tout cas, il paraît important de se conformer au maximum aux recommandations du corps médical et à ne refuser aucune intervention conventionnelle, au moins en ce qui concerne les opérations, la chimiothérapie étant largement critiquée.

Rappelons que l’efficacité de l’homéopathie est clairement battue en brèche par toutes les études réalisées sur la question. Que ce soit dans une méta-analyse de 2005 ou dans une autre méta-analyse publiée en 2017, les travaux des scientifiques convergent tous vers la même conclusion : il ne semble y avoir aucune différence significative entre l’homéopathie et l’effet placebo.

Crédit photo : Domaine public, via PixaBay
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine