À l’occasion des Journées européennes du Patrimoine, l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) organise partout en France de nombreuses manifestations autour du patrimoine archéologique.

En Bretagne, les événements suivants sont proposés :

  • A Rennes, conférences au Couvent des Jacobins

En 2012-2013, l’Inrap mène une fouille d’envergure exceptionnelle au Couvent des Jacobins à Rennes, en amont des travaux d’aménagement du Centre des Congrès de la métropole. Pour la première fois depuis la fin de l’opération, les résultats seront présentés au grand public, sur le lieu-même de la fouille, à travers deux conférences :

– Samedi 15/09, 18h :

« Le couvent des Jacobins : 18 mois de fouilles, 2000 ans d’histoire ! « 

Gaétan Le Cloirec, archéologue à l’Inrap, dévoile les résultats d’une fouille exceptionnelle menée en 2012-2103. Inscription obligatoire sur billetterie-rennes.com

– Dimanche 16/09, 18h :

« Les sépultures des élites bretonnes du couvent des Jacobins »

Plus de 800 inhumations mises au jour au couvent des Jacobins : Rozenn Colleter, anthropologue à l’Inrap, raconte… Inscription obligatoire sur billetterie-rennes.com

  • A Theix-Noyalo (Morbihan), portes ouvertes sur un chantier de fouilles archéologiques

Au cours d’une fouille de six mois menée en amont de l’aménagement d’un écoquartier, les archéologues ont mis au jour une ferme gauloise qui se ré-organise et se déplace au début de l’Antiquité. Le public est invité à venir découvrir le chantier en cours de fouille qui sera exceptionnellement ouvert pour les Journées du Patrimoine. Au programme : des visites guidées par les archéologues et des animations pédagogiques. Tout public, gratuit, 10h-18h.

L’inrap à la découverte de notre patrimoine

Toute fouille archéologique met au jour du mobilier par nature patrimonial. Plus important organisme de recherche archéologique en Europe, l’Inrap contribue à l’enrichissement du patrimoine public grâce aux très nombreux d’artefacts issus de ses 200 fouilles et 1 900 diagnostics annuels.

De nombreux ensembles découverts par l’Inrap ont intégrés dans les collections des musées. Qu’il soit chronologique ou géographique, le champ est immense couvrant de la Préhistoire aux temps les plus récents, à travers toute la France, tous types de vestiges matériels (de pierre et métal, de céramique et de verre, etc.).

Ainsi, des objets importants de la Préhistoire ont enrichi les musées comme le bison du Paléolithique moyen de Soucy et le vase balustre néolithique de SaintDenis-les-Sens au Cerep de Sens, le galet gravé (11 000 ans) des Martres d’Artière au Musée Bargoin de Clermont-Ferrand, le vase chasséen de Montélimar au musée d’art et d’archéologie de Valence et le taureau d’Aubevoye au musée de Normandie à Caen.

La Protohistoire est quant à elle notamment représentée, pour l’âge du Bronze, par les céramiques et outillages lithiques de Tatihou dans le musée maritime de l’île, le dépôt de haches de bronze d’Agneaux au musée d’art et d’histoire Baron Gérard à Bayeux, l’ensemble funéraire de Saint-Pierre au musée Henri Prades à Lattes. Parmi les objets emblématiques de l’âge du Fer figurent les vases à décor de cervidés et à décor géométrique de Gandaillat au musée Bargoin, le chaudron et les cistes du premier âge du Fer d’Estissac au musée des beaux-arts et d’archéologie à Troyes et les objets de la vie quotidienne de l’oppidum de Moulay au musée archéologique départemental de Jublains et ceux de l’oppidum de Lacoste au musée d’Aquitaine à Bordeaux (tout comme la statue bordelaise d’un chef gaulois).

L’Antiquité est très représentée : la mosaïque de Penthée au musée de la romanité de Nîmes, la peinture murale du philosophe au musée archéologique de Strasbourg, le camée d’onyx « Minerve sur un char » de Parville au musée départemental des Antiquités à Rouen, le pied monumental de Clermont-Ferrand au musée Bargoin, la jeune fille au rocher au musée Lugdunum à Lyon, le masque dédié au dieu Videtillus au musée archéologique de Dijon, le disque zodiacal de Chevroches au musée d’art et d’histoire Romain Rolland à Clamecy… La memoria de la nécropole paléochrétienne de Malaval au musée d’archéologie méditerranéenne de Marseille, le mobilier des tombes aristocratiques franques de Saint-Dizier au musée municipal, le pavement historié de la salle capitulaire de l’abbaye Saint-Pierre de Moissac, les moules d’enseignes de pèlerinage (XVe siècle) du Mont-Saint-Michel au Scriptorial d’Avranches, sont quelques exemples de collections médiévales.

Enfin quelques grands ensembles incarnent les époques moderne et contemporaine : les « belles du Nord » sculptures des XVIe -XVIIe siècles d’Orchies, exposées au musée des beaux-arts de Lille, le mobilier funéraire de Louise de Quengo au Musée de Bretagne à Rennes et les statues du pavillon soviétique de l’exposition universelle de 1937 découvertes à Baillet-en-France exposées au musée archéologique du Val-d’Oise à Guiry-en-Vexin.

Tout au long de l’année 2019, ces collections issues de fouilles préventives – et désormais partie intégrante des musées de France – feront l’objet de valorisation auprès du public.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine