Le recrutement par simulation semble avoir de nouveau la côte aujourd’hui chez Pôle Emploi (40 000 à 50 000 personnes embauchées ainsi chaque année). Toutefois, le CV (Curriculum Vitae) qui détaille le parcours et les compétences acquises par un individu, est toujours prisé par les employeurs.

Encore faut-il savoir se distinguer des autres, des piles de CV parvenant aux entreprises dans le cadre de certains recrutements (quand dans le même temps, certains secteurs connaissent des pénuries de main d’oeuvre et embauchent, il est vrai parfois à des salaires très « limites »). Voici quelques conseils pour rédiger un bon CV.

1 – Eviter la perte de place et le titre inutile

Tout doit tenir sur une page recto, et être optimisé pour taper à l’oeil. Pas besoin d’écrire « CV » ou « Curriculum Vitae ». Si vous le donnez à un employeur, il sait qu’il ne s’agit pas d’une liste de courses !

2 – Eviter les phrases

Sur un CV, il s’agit d’employer des mots percutants et de synthétiser son expérience, pas d’écrire un roman.Éliminez les pronoms personnels et les articles.

3 – Hiérarchiser les informations

Tout d’abord, il faut que sur votre CV soit visible (surtout si vous envoyez des CV de façon spontanée) votre objectif. Que recherchez-vous ? Quel type de poste. Clair et concis.

Ensuite, pour votre expérience professionnelle, mettez les intitulés, mais surtout, dates et compétences acquises (et si vous avez occupez les mêmes postes dans différentes entreprises, trouvez des compétences différentes). Idem également pour vos formations et études (en insistant sur ce qui peut intéresser l’entreprise dans le poste recherché). Valorisez tout ce que vous avez fait, de vos expériences associatives ou sportives à vos hobbies, il faut vous vendre tel que vous êtes, indiquer vos niveaux de langues…

4 – Faites le tri dans vos expériences

Si vous avez 35 ans et que vous postulez pour un poste d’ingénieur, cela ne va pas forcément servir d’indiquer que vous avez travaillé une semaine à l’usine lorsque vous aviez 18 ans. Sélectionnez vraiment (voir le point précédent) et hiérarchisez ce qui va vous permettre d’accrocher l’employeur.

5 – Intégrer des références

Intégrer des références, cela veut tout simplement dire contacter vos anciens employeurs, et leur demander si ils acceptent que leurs coordonnées apparaissent sur votre CV dans l’optique d’un éventuel appel de votre futur employeur pour se renseigner sur vous et vos compétences.  A intégrer discrètement, mais sûrement, sur un CV.

6 – Faire une bonne mise en page

Si votre CV est moche, et illisible, vous n’avez plus beaucoup de chance d’être embauché. Choisissez des couleurs « logiques ». Ne chargez pas trop la mule, y compris si tout doit tenir sur une page recto. Imprimez votre CV et afficher le sur votre mur, voir si il vous tape à l’oeil ou pas. Si ce n’est pas le cas, changez de style (polices, couleurs), car il ne tapera dans l’oeil de personne.

7 – Choisir une bonne photo

La qualité des appareils photos et des téléphones portables aujourd’hui permettent à tout le monde de prendre une photo le mettant en valeur. La photo est importante sur le CV, donc ne la négligez pas, elle servira de premier contact visuel entre vous et l’employeur si vous n’avez pas remis votre CV au DRH, et en main propre.

8 – Relisez et relisez encore votre CV

Bon, tous les DRH, loin de là, ne sont pas des Bernard Pivot, et la dégradation du niveau de l’Éducation nationale amène également l’arrivée de lacunes y compris à ces postes. Toutefois, un CV impeccable passera toujours mieux qu’un CV bourré de fautes et de coquilles. Donc prenez le temps, une fois terminé, de le lire, de le relire, et surtout, de le faire relire par des gens de votre entourage, car il est toujours difficile pour soi même de repérer certaines erreurs.

Crédit photo : Pixabay (cc)
[cc] Breizh-info.com2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine