Gilles Pennelle (RN) : « Arrêtez l’implantation forcée d’immigrés dans les communes bretonnes ! »

A LA UNE

Immigration clandestine : les voyants sont au rouge

La Police aux frontières a récemment communiqué au Figaro le nombre d’arrestations et de refoulements d’étrangers en situation irrégulière...

Éric Roussel : « François Mitterrand n’a jamais renié ses engagements passés » [Interview]

« François Mitterrand, de l'intime au politique » sortira en version poche, dans la collection Tempus (Perrin) ce 22...

Christine Le Bozec a écrit Religion et Révolution par « refus de l’amalgame entre antireligion et anticléricalisme » [Interview]

Christine Le Bozec a longuement enseigné à l’université de Rouen où elle fût un temps doyen de la faculté...

Algues vertes. Mise en lumière d’un « très mauvais usage de l’argent public » avant les élections régionales ?

Tandis que la Cour des Comptes doit publier un rapport sur l'efficacité des mesures prises contre les algues vertes...

Scandale en forêt de Lanouée. Le conseil d’Etat autorise la construction d’éoliennes

C'est un véritable scandale validé par le conseil d'Etat, et qui concerne la forêt de Lanouée, dans le Morbihan. Le...

Les implantations forcées d’immigrés, entrés clandestinement en France, dans les communes bretonnes font réagir une partie de la population, comme à Arzano récemment.

Gilles Pennelle, qui préside le Rassemblement national à la Région Bretagne, vient d’ailleurs d’adresser une lettre ouverte à Christophe Mirmand, Préfet de Bretagne, à ce sujet.

Nous la reproduisons ci-dessous :

Depuis des mois, les annonces d’ouverture de centres d’accueil pour migrants se multiplient en Bretagne. Les exemples récents d’Arzano dans le Finistère et d’Allaire dans le Morbihan illustrent parfaitement cette politique. Pour les habitants des communes concernées, c’est une source d’inquiétudes et une injustice.

Les pouvoirs publics ne trouvent plus d’argent pour la Police, pour maintenir nos casernes de Gendarmerie dans la ruralité, pour nos EHPAD, pour nos hôpitaux et pour revaloriser les pensions de retraites. Il apparaît donc scandaleux d’offrir des logements que bien des Français ne peuvent pas s’offrir, un encadrement pléthorique et des avantages sociaux considérables à des immigrés entrés clandestinement en France. La colère légitime de la population contre cette préférence étrangère ne cesse de monter.

Monsieur le Préfet, pour toutes ces raisons, je vous demande solennellement, au nom du groupe des élus Rassemblement National au Conseil régional de Bretagne, d’entendre le mécontentement de la population et de mettre fin à cette politique d’installation forcée d’immigrés dans nos communes bretonnes.

Dans l’attente de votre réponse, Je vous prie de croire, Monsieur le Préfet, en mes salutations respectueuses.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Pour soutenir BREIZH-INFO et l'info sans filtre -

Règlements de comptes à Nantes : un jeune homme tabassé et une chambre d’hôtel saccagée

La délinquance liée aux trafics de drogue continue à faire parler d'elle à Nantes, avec deux affaires en apparence...

départementales. L’Avenir français présente des candidats en Loire-Atlantique

L'Avenir Français, un mouvement composé de cadres de Debout la France qui ont quitté le parti de Nicolas Dupont-Aignan...