Florian Bachelier (LREM), député de Rennes – Saint-Jacques-de-la-Lande et premier questeur de l’assemblée nationale, monte sur ses grands chevaux à propos des Gilets jaunes : « Car sous beaucoup de « gilets jaunes », les chemises brunes sont de plus en plus visibles. Il y a ceux qui sont en colère, et ceux qui s’en servent et engendrent des situations inacceptables, insupportables, des pressions, du racisme, de l’homophobie ».

Avocat, Bachelier se fait volontiers procureur : « Il faut sanctionner tous les comportements de violence et les propos qui ne doivent pas être tenus. Je dénonce une récupération par des milices factieuses d’extrême droite » (Ouest France, Ille-et-Vilaine, 24-25 novembre 2018).

Bachelier joue à faire peur

A coup sûr, Bachelier voit des choses que ceux qui font le tour des barrages ne voient pas. A coup sûr, Bachelier joue à faire peur, espérant ainsi rameuter des électeurs qui se débinent. A coup sûr, Bachelier perd de vue que les électeurs de Saint-Jacques-de-la-Lande appartiennent aux catégories populaires – donc des citoyens plus proches des Gilets jaunes que de la classe dominante représentée par l’avocat.

Pierre Méhaignerie analyse la situation avec davantage de réalisme

Connaissant mieux le terrain et l’électeur de base que Bachelier, Pierre Méhaignerie (centriste), maire de Vitré et président de Vitré communauté, analyse la situation avec davantage de réalisme : « Lorsque l’on entend les Gilets jaunes dire que « le prix de l’essence, c’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase », il faut comprendre qu l’expression de ce mal-être relève de l’accumulation dans le temps d’un déficit d’attention et de considération envers les territoires périphériques et leurs habitants » (Ouest-France Ille-et-Vilaine, jeudi 22 novembre 2018). Lui ne voit pas de « milices factieuses » prêtes à s’emparer du pouvoir dans le pays de Vitré !

Évidemment, on peut ajouter que le malaise actuel était déjà sous-jacent pendant le mandat de Sarkozy et de Hollande. Le mécontentement des classes populaires apparaissait ici et là et se traduisait soit par l’abstention soit par le vote Front national. On attendait que « la goutte qui fait déborder le vase ». Bachelier, lui, attendait que son mentor Dominique Strauss-Kahn arrivât à l’Élysée, mais ce dernier commit l’erreur de faire un crochet par New-York…

Bernard Morvan

Illustration : DR
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine