Controversée et peu connue, la question de l’eau « structurée » s’est invitée au SPACE de Rennes avec LM Innovation, au-delà de l’eau. Installée à Vienne en Bessin dans le Calvados, l’entreprise développe et commercialise des « vortex » afin de « redonner vie à l’eau », lui rendre l’efficacité et les qualités énergétiques qu’elle a perdu au cours du traitement et de son transport dans les canalisations.

Son dirigeant Maurice Lepage nous explique que le vortex permet une « réduction de 30 à 40% de l’usage d’engrais, la baisse de l’usage des consommables, moins d’entretien. Il s’agit de réorganiser les molécules H2O et O² et rétablir les électrons ». Les vortex sont faits maison, avec de la porcelaine de Limoges, et existent en trois tailles.

« On en vend beaucoup en Vendée, Anjou, Bretagne, notamment à Plougastel. Les éleveurs qui en ont acheté ont réduit l’alimentation tout en ayant une meilleure production de lait, les vaches boivent plus et mieux. Les métabolismes sont valorisés et les vaches sont optimisées. Pour nos clients qui sont dans les fraises, leurs fraises sont plus goûtues et plus calibrées tout en ayant besoin de moins d’intrants. En Sarthe, une exploitation céréalière a besoin de 90% de produits phytosanitaires en moins depuis l’installation du vortex ».

Solution miracle ? A voir. Le petit modèle coûte 4500 €, le moyen, qui traite 9 mètres cubes d’eau par heure, 8000 €. D’autres entreprises se sont toutefois engouffrées dans la brèche avec leurs solutions maison, comme Demeterre en Seine-Maritime ou S.E.V.E en Aquitaine.

LBG

Crédit photos : breizh-info.com
[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine