Le 12 décembre à 16 h, à Bruz, l’association L214 remettra à la direction du groupe Avril les signatures de plus de 37 000 personnes demandant à l’entreprise d’abandonner l’élevage des poules en cage.

Plus tôt dans la journée, à 13 h, les bénévoles de l’association se réuniront place de la République à Rennes pour interpeller les passants sur l’absence d’engagement du groupe à tourner le dos à cette pratique cruelle pour les animaux.

À Rennes, place de la République, les bénévoles de L214 se réuniront de 13h à 15h, munis de banderoles et panneaux, pour inviter les passants à ajouter leur voix à celles des 37 000 personnes qui ont déjà signé la pétition sur le site groupe-avril.stopcruaute.com. Le groupe Avril, dont le siège se trouve à Bruz, est le leader de l’œuf en France avec 3,5 milliards d’œufs produits chaque année et l’un des derniers producteurs à ne pas avoir pris un tel engagement.

Une délégation de L214 se rendra ensuite au campus Avril à 16h pour remettre à la direction du groupe les signatures collectées.

En parallèle, des bénévoles de L214 se réuniront le même jour devant les locaux parisiens du groupe Avril situés au 11 rue de Monceau, Paris 8e. Ils inviteront également les passants à signer la pétition adressée au groupe Avril à l’aide de panneaux, tracts et cartes-pétitions.

Le groupe Avril à la traîne vis-à-vis de ses concurrents directs

Le 4 octobre dernier, le groupe Avril annonçait qu’il ne commercialiserait plus d’œufs à marque Matines provenant d’élevages en cage d’ici 2025. Cet engagement exclut cependant plusieurs centaines de millions d’œufs destinés à l’industrie agroalimentaire ou à la restauration, sous forme liquide notamment, commercialisés via sa filiale Ovoteam.

Plusieurs autres grandes firmes du secteur, concurrents directs du groupe Avril, tels que l’Œuf de nos Villages, le groupe d’aucy ou le groupe Dauphinoise ont pris la décision de ne plus commercialiser d’oeufs de poules en cage pour l’ensemble de leur production.

Pour Léo Le Ster, porte-parole de L214 : « L’Œuf de nos Villages, la Dauphinoise, le groupe d’aucy ou encore Le Gouessant ont déjà pris l’engagement public d’abandonner les œufs de poules en cage, le groupe Avril n’a donc aucune excuse pour ne pas publier un engagement similaire. Il est temps que le groupe Avril entende les 9 Français sur 10 favorables à l’interdiction de l’élevage en cage des poules pondeuses »

Récente enquête dans un élevage de poules du groupe Avril

Le 18 octobre dernier, L214 avait rendu publiques les images choquantes d’un élevage intensif de 150 000 poules pondeuses dans l’Essonne, à proximité de Forges-les-Bains, produisant des œufs pour le groupe Avril.

Ces nouvelles images, tournées en septembre dernier, exposaient une fois de plus les conditions de vie déplorables des poules élevées en cage : des dizaines de milliers de poules enfermées dans des centaines de cages, empilées et alignées dans d’immenses bâtiments fermés. La promiscuité favorisant les comportements d’agression et de piquage, certains oiseaux étaient fortement déplumés, d’autres n’avaient pas survécu et se décomposaient au milieu de leurs congénères.

Nous avons tenté de joindre le Groupe Avril à Bruz : tout un processus long pour essayer d’obtenir des réponses (envoi d’email après appel téléphonique, sans assurance aucune) , qu’au final nous attendons toujours. Nos questions étaient les suivantes :

Comment réagissez vous à l’annonce de l’action menée le 12 décembre par L214 ?

En matière de bien être animal, quelles sont les positions du groupe April ? Pourquoi continuer à distribuer certains oeufs issus d’élevage en batterie et en cage ?

Va-t-il y avoir du changement à moyen terme ?

Nous publierons les réponses, si nous en recevons….