Des œuvres exposées en 3 dimensions, 4 parcours à la carte, 32 salles, 40 musées partenaires… Le Musée 3D, développé par l’association Alienor.org, Conseil des musées, offre désormais une expérience unique en France. Le visiteur 2.0 est plongé dans un environnement en 3D, qui lui offre l’opportunité de voir les pièces de la collection en ligne.

musee3

Les visiteurs sont invités à découvrir en 3D une sélection des œuvres les plus emblématiques ou les plus intrigantes parmi les collections de quarante-deux musées du réseau.

Pas moins de 156 œuvres sont aujourd’hui numérisées en 3D, ce qui constitue actuellement l’une des plus grandes collections d’œuvres en 3D en France. Musée 3D invite désormais, de façon ludique, à découvrir les œuvres suivant ses envies (différents niveaux de lecture, possibilité de zapper d’une œuvre à l’autre…). Ce nouveau musée virtuel, dont la visite est inspirée des jeux vidéo, a pour but de concilier plaisir de la visite, curiosité et soif de découverte, notamment pour le jeune public.

Les œuvres présentées vont du plus petit objet, comme une perle de bois de renne paléolithique du Musée de la Préhistoire de Lussac, jusqu’à des lieux emblématiques, tels le Tumulus de Bougon.

L’utilisation des technologies 3D au bénéfice des Musées

Cette opération de numérisation, qui s’est déroulée en un an et demi, a été effectuée à l’aide des scanners Artec 3D Eva et Spider , qui ont été utilisés pour numériser les  textures et les formes de 156 œuvres, d’un musée à l’autre.

La numérisation 3D, capable de scanner tout type d’objets, a également permis par la suite, grâce aux données, d’imprimer certains petits objets, une opération toujours très ludique et impressionnante.

« Jamais cette dimension 3D n’avait été mise en scène dans le cadre de la mise en valeur de collections muséales. » Commente Pierre-Emmanuel Laurent (responsable administratif et financier d’Alienor.org), avant de poursuivre : « L’intérêt de cette visite virtuelle est de s’affranchir des contraintes propres aux bâtiments physiques d’un musée traditionnel et aux conditions de conservation des œuvres. De plus, notre collection pourra bien entendu être élargie prochainement car nous n’avons plus aucune problématique de mètres carrés, comme dans les musées traditionnels. »

Ce dispositif culturel innovant, bien plus efficace que « les photos » révèle également la grande diversité des musées du territoire Poitou-Charentais, tout cela sans se déplacer.

« Nous espérons que cette expérience permettra d’éveiller la curiosité de tous les publics et d’inciter ensuite les visiteurs à poursuivre leur découverte en allant visiter les musées de la région. À l’inverse, ce dispositif permet également de visiter nos musées même lorsque l’on se trouve à l’autre bout du monde ! » poursuit Vincent Lagardère (responsable de l’équipe et des éditons)

Prochainement, les technologies 3D pourraient bien devenir la première méthode d’enregistrement de collections dans les musées.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine