marin pompier

Le métier de marin pompier, vous connaissez ? En quoi consiste la déclinaison maritime des traditionnels hommes du feu ? La profession, mal connue du grand public, recrute.

Marins pompiers : une unité de la Marine nationale

Les pompiers reviennent régulièrement au coeur de l’actualité. Après les images de la fin de l’automne dernier montrant les rassemblements de Gilets jaunes s’écarter pour laisser passer les camions rouges, les pompiers ont de nouveau été placés sur le devant de la scène médiatique lors de l’incendie d’un immeuble à Paris dans la nuit du 4 au 5 février dernier.

Corps de métier apprécié et estimé par la population, à l’exception de certains quartiers dits « sensibles » où ils sont régulièrement victimes de caillassages et d’embuscades divers lors de leurs interventions, les pompiers ont également leurs alter égo maritimes : les marins pompiers.

Ces derniers ont le statut de militaires, au même titre que leurs homologues de la Brigade de sapeurs-pompiers de Paris (BSPP). Formés à Marseille, les marins pompiers font ainsi partie intégrante de la Marine nationale. S’ils interviennent également sur terre, les marins pompiers sont rompus à la pratique du secours en mer, sur les côtes, à bord des navires et dans les ports.

Marin pompier : quel cursus pour y parvenir ?

Toutefois, si les pompiers de Paris connaissent une renommée certaine, les marins pompiers sont davantage dans l’ombre. Une méconnaissance du grand public qui ne doit pas faire oublier pour autant que la corporation recrute. Pour parvenir à intégrer l’unité, le candidat doit passer avec succès des tests écrits et physiques ainsi que des entretiens auprès du CIRFA, le Centre d’Information et de Recrutement des Forces Armées. Pour présenter sa candidature, il faut être titulaire au minimum d’un brevet des collèges.

En cas de succès lors de ces premières étapes, le futur marin pompier suivra une formation à l’école des marins pompiers de Marseille et au centre d’instruction naval de Toulon. Son Brevet d’Aptitude Technique (BAT) ne sera validé qu’après 20 semaines de cours et deux années de pratique à terre et sur mer.

Par la suite, les marins pompiers sont affectés soit au BMPM (Bataillon des marins pompier de Marseille), soit dans l’une des quatre compagnies basées à Toulon, Brest, l’Île Longue et Cherbourg. Ce sont entre 100 et 150 marins pompiers qui sont employés dans chacune d’entre elles. Quant au BMPM, il compte 2 000 marins pompiers en plus des 100 officiers et médecins et des 300 marins. Les meilleurs de chaque promotion auront aussi la possibilité d’être affecté sur des navires de la Marine nationale.

Enfin, détail le plus important peut-être : le salaire. Et celui-ci apparaît peu attractif eu égard aux risques encourus et à l’investissement personnel nécessaire. Un marin pompier, selon son parcours, son grade et son ancienneté perçoit un salaire minimum moyen hors indemnités de 1280 € net mensuels. Tandis qu’un officier pourra atteindre à terme les 2780 € net mensuels, en contrepartie de quelques 240 heures de travail par mois. Un beau métier qui nécessite donc avant tout une qualité première : la passion.

Crédit photos : Wikimedia Commons (CC/G. Mannaerts)
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine