La Nouvelle Librairie , située 11 rue de Médicis à Paris à proximité du Sénat, a été attaquée par une centaine de militants d’extrême gauche, samedi 9 février, en marge des manifestations de Gilets jaunes.

Une centaine d’entre eux, armés et casqués, ont attaqué, caillassé et dégradé la Nouvelle Librairie aux cris de « Paris, Paris, Antifas, la Nouvelle Librairie, c’est les antisémites, qui invitent Zemmour » (SIC), vers 14 h 35, ce samedi 9 février.

Seule, la présence d’esprit du libraire a permis d’éviter un drame humain plus lourd en faisant sortir en urgence la petite dizaine de clients, sous les jets de bouteilles et de blocs de goudron. Les dégâts matériels sont d’ores et déjà très importants : vitrines cassées, porte d’entrée dégradée, etc. C’est la deuxième fois en moins de six mois que la Nouvelle Librairie est ainsi la cible de dégradations et d’intimidations.

« A 14 h 35, deux gilets jaunes nous ont prévenus qu’un groupe d’antifas était en train de descendre la rue Médicis pour casser, détaille le libraire encore sous le choc de plusieurs coups de tonfa (matraque télescopique) sur la tête, assénés par derrière par un Antifa cagoulé. Nos vidéos montrent une centaine d’antifas faisant le siège de la librairie », explique le gérant de la librairie.

« Plusieurs dizaines d’entre eux ont jeté et éparpillé nos livres sur le trottoir et ont tenté de s’introduire dans la librairie. Dix minutes après cette première attaque, qui a été stoppée par une dizaine de CRS, c’est un homme en rage qui a attaqué la devanture de la librairie à la pelle. Nous avons eu l’honneur à ce moment-là d’être protégée par une dizaine de gilets jaunes, dont un qui m’a dit : « Je vous boycotte, mais je ne veux pas que les antifas cassent votre librairie ».

Les militants d’extrême gauche se servent des manifestations de Gilets jaunes pour multiplier les agressions et les violences à l’encontre de tous ceux qu’ils jugent comme étant « trop à droite », c’est-à-dire en réalité tous ceux qui ne sont pas d’extrême gauche. Prônant la violence, notamment la violence avec armes, ceux qui se revendiquent clairement amis de Clément Méric sur Internet semblent bénéficier d’une impunité judiciaire surprenante eu égard à la répression qui s’abat par ailleurs sur les Gilets jaunes.


A noter qu’à l’heure actuelle, les traditionnels défenseurs de la Culture, à gauche notamment, et des droits de l’homme ne se sont pas manifestés pour apporter leur soutien aux gérants de la Nouvelle librairie.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine