Les professionnels jugent leurs frais bancaires trop élevés, opaques et fluctuants. C’est ce qu’il ressort d’une enquête menée auprès de plus de 1 680 professionnels sur la question des frais bancaires. Une étude qui révèle le manque de visibilité et de précision sur ces coûts supportés par les professionnels.

« En décembre 2018, les banques se sont engagées à ne pas augmenter leurs tarifs pour les particuliers en 2019. Mais cet engagement n’a pas été adapté aux frais bancaires des 4 millions de petites et moyennes entreprises françaises. Qonto, la néobanque des entreprises et des indépendants, a mené une enquête auprès de 1 689 professionnels sur leurs frais bancaires. Cette étude révèle un manque de transparence et de lisibilité des offres des banques traditionnelles. » explique Alexandre Prot, de la société Qonto, prisée par de plus en plus d’entrepreneurs, et qui a mené cette enquête.

Une enquête réalisée auprès de 1 689 professionnels effectuée en ligne, sur le panel propriétaire BuzzPress France, selon la méthode des quotas, durant la période du 7 au 15 janvier 2019. Profils des personnes interrogées : 51 % de femmes et 49 % d’hommes répartis sur l’ensemble du territoire français.

Des frais opaques

63 % des personnes interrogées ignorent à combien s’élève le montant des frais bancaires annuels liés à leur entreprise. Lorsqu’on décide d’ouvrir un compte courant professionnel dans une banque traditionnelle, difficile d’anticiper le coût. On ressort en général d’un rendez-vous avec un conseiller avec une brochure de plusieurs dizaines de pages, sans comprendre combien coûtera exactement le service. L’expérience est à peu près identique en ligne : vous pourrez parcourir les pages d’un fichier PDF, sans que le tarif soit clairement indiqué.

La grille tarifaire des banques traditionnelles est en général complexe. Frais mensuels de tenue de compte, carte bancaire professionnelle, commissions de mouvement, commissions d’intervention ; nombreux sont les types de frais qui alourdissent la facture des professionnels et la rendent opaque.

Des frais fluctuants

69 % des professionnels interrogés déclarent que ces frais changent en fonction des négociations avec leur conseiller. Seulement 6 % des personnes interrogées disent avoir des frais fixes. Les frais dépendent de plusieurs facteurs : la localisation et le type d’agence bancaire, sa politique tarifaire, le conseiller bancaire, la capacité du client à négocier les tarifs…

La grille tarifaire n’est donc pas fixe au sein d’un même établissement bancaire et diffère selon les clients.

Une expérience bancaire qui ne satisfait pas les professionnels

77 % des professionnels interrogés ne sont pas satisfaits par leur banque (25 % sont très insatisfaits et 52 % relativement pas satisfaits). Plusieurs raisons expliquent la frustration des professionnels liée à leur expérience bancaire : manque de réactivité de la part de leur conseiller bancaire, outils obsolètes ou procédures peu adaptées au fonctionnement des entreprises modernes par exemple.

Quelle solution pour les professionnels en 2019 ?

Afin de réinventer l’expérience professionnelle bancaire, certaines banques en ligne font le choix de plus de transparence : « Avant le lancement de Qonto, nous avons interrogé plusieurs centaines d’entrepreneurs sur leur expérience bancaire professionnelle. Le manque de transparence des frais était l’un des éléments de frustration le plus cité. C’est pourquoi nous avons choisi de rendre ces tarifs plus clairs. Nous affichons une grille tarifaire claire et transparente. Pas de commission de mouvement, commission d’actualisation ni de frais d’intervention : les clients payent un forfait mensuel qui comprend un périmètre d’opérations et de cartes de paiement clairement défini. Les quelques suppléments hors forfait (virement additionnel en plus de ceux inclus ou frais de change par exemple) sont facturés à un tarif fixe et annoncé. » poursuit Alexandre Prot.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

1 COMMENTAIRE

Comments are closed.