Et les cloches se sont tues. Un documentaire choc sur l’immigration en Vendée [Vidéo et interview]

A LA UNE

Régionales 2021. Les résultats dans toutes les régions de France

Retrouvez ci-dessous les résultats des élections régionales dans toutes les régions de France. L'abstention s'établit à 66,1%, ce qui constitue...

Etrangers en situation irrégulière. Des soins évalués à plus d’un milliard et demi d’euros par an

C’est un pavé dans la mare que vient de jeter au parlement une députée de l’opposition. Dans un rapport rendu...

Elections régionales 2021. Les résultats en Bretagne et Pays de la Loire

Retrouvez tous les résultats du premier tour des élections régionales et départementales ce dimanche 20 juin 2021 en Bretagne...

Régionales 2021. Avec un score prévu de 66%, l’abstention triomphe et signe l’échec de la Vème République

Les résultats du premier tour des élections régionales et départementales seront publiés à partir de 20 h, ce dimanche 20 juin 2021. Mais déjà,...

Bande dessinée. René le Honzec et Torr’Pen rejoignent Breizh-info.com [Interview]

Nos lecteurs amateurs de bandes dessinées vont être ravis : René le Honzec, à qui l’on doit notamment « Histoire de...

Et les cloches se sont tues. Tel est le nom d’un documentaire signé du réalisateur Éric Dick. Un documentaire choc sur les migrants, l’islamisation et l’immigration en Vendée.

En voici le synopsis ci-dessous :

1970 : La France est un pays respectable et respecté. Les Français vivent sur les acquis de leur immense et terrible histoire : démocratie, laïcité, liberté. Les cloches sonnent à la volée. Erick s’y épanouit toute son enfance et sa jeunesse. 
2020 : La France croule sous les dettes qui s’accumulent depuis une quarantaine d’années et fait face à une immigration exponentielle. La France entre donc dans un cycle infernal de dépendance aux banques et pays créanciers.
2025 : Erick dans ses activités de réalisateur, lors d’un reportage sur la venue massive et incontrôlée de bateaux d’immigrés, traverse un terrible drame personnel. 
2040 : La France est quasiment envahie par cette immense vague humaine, des régions sont quasiment indépendantes et n’obéissent qu’à leur idéologie religieuse et les cloches ne sonnent plus. 
De plus, d’autres convois maritimes sont annoncés au large de la côte Atlantique pour déverser une multitude de ces étrangers…

Nous avons interviewé ce réalisateur qui, après avoir sillonné le monde, a posé ses valises sur sa terre, en Vendée, pour y faire une enquête glaçante. « Le cinéma n’est pas fait seulement pour divertir, mais aussi pour montrer ce qu’on ne peut pas dire » nous explique le réalisateur. Tout est dit…

Breizh-info.com : Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ?

Éric Dick : Je suis né le 26 août 1964 en Vendée. Fils d’un propriétaire de cinéma et d’une professeure d’école. Dans les années 1980, j’ entre au service des cinémas des armées où j’apprends les métiers du cinéma à l’ECPAD, puis me retrouve à l’école militaire de Saint-Cyr dans la cellule audiovisuelle. De 1986 à 2003, je travaille dans la société cinématographique Pathé-Gaumont et plusieurs courts métrages sont réalisés pendant cette période (Ça va cartonner, Sanisette, Roller-taupe (Prix festival Lumière à Lyon), Le voleur de télé…)

J’ai également réalisé plusieurs reportages sportifs comme Speedway sur glace avec Michel Masnada, 100 kg de Grenoble (haltérophilie) avec Christian Buchs…

Aventurier, je visite le monde à bord de cargos et réalise des films de voyage pour le Web. En 2010, je monte ma structure de production cinématographique « Les Films Indépendants d’Exception » (Le passager, Présence, The Rusty, Nuisible, Ragondin, À bout de bras, Monstrum, Le terrifiant destin de Gilles de Rais, C’était une fois dans l’Ouest, L’Abel gance de la Vendée, Jolly la tendresse et La Fabuleuse histoire de Célestine).

Puis Featherman, un dénommé homme-plume, film qui sera sélectionné dans plusieurs festivals internationaux (Los Angeles, Barcelone, Miami, Caracas etc., suivront 11 récompenses dont meilleur réalisateur, meilleur film, etc.) et enfin, cette année, Et les cloches se sont tues

Breizh-info.com : Pourquoi avoir réalisé ce film? Pourquoi ce titre ?

Éric Dick : Tout simplement parce qu’un processus de perte d’identité et de culture me questionne. Parce que cela résume bien l’état actuel de notre déculturation.

Breizh-info.com : Parlez-nous de votre film…

Éric Dick : Je veux mettre le doigt sur les différents phénomènes qui minent et divisent notre société et plus particulièrement, ce qui est nouveau, dans le milieu rural. J’ai donc pris comme exemple le département de la Vendée qui a une forte empreinte identitaire et culturelle.

Cependant cela n’évite plus le nombre exponentiel d’associations d’accueil des migrants qui œuvrent en toute discrétion, par exemple aussi l’halalisation du commerce agro-alimentaire et l’implantation discrète des mosquées. Tout ça en collaboration avec les élus et décideurs. Il n’y a pas vraiment de tristesse dans le film mais malheureusement une certaine fatalité qui n’est pas rose.

Breizh-info.com : Pourquoi faire le lien entre immigration et islam?

Éric Dick : Tout simplement parce que mon enquête, de plus d’un an, m’a amené à interviewer différents recteurs de mosquées et eux me disent que sur 100 migrants qui arrivent dans une ville 90 % sont musulmans. Ils sont même en manque de place comme cela est rapporté dans mon film-documentaire. De plus, je ne pense pas que l’immigration catholique soit vraiment un réel danger pour notre culture.

Breizh-info.com : Comment avez-vous procéder pour réaliser votre film ? Avez-vous bénéficié d’aides ?

Éric Dick : J’ai procédé comme une enquête en étant le plus objectif possible et en interviewant toutes les sensibilités politiques, civiles, associatives, etc.

Je n’ai évidemment bénéficié d’aucune aide, j’ai produit le film moi-même et je vous fais une confidence, j’ai même vendu ma voiture pour financer la post-production du film. De plus, il faut savoir que toutes les salles de cinéma, culturelles, etc. me sont évidemment refusées.

Breizh-info.com : Parlez-nous des attaques judiciaires que vous subissez actuellement ?

Éric Dick : Je fais l’objet d’un procès de la part d’une société agro-alimentaire (La Mie-Câline) en diffamation. Nous en sommes en appel car j’ai perdu en première instance. L’affaire étant en cours je ne peux en parler.

Breizh-info.com : Comment faire pour visionner votre reportage ?

Éric Dick :  Le film est disponible en streaming sur la plate forme « Viméo » dont voici le lien : https://vimeo.com/ondemand/etlesclochessesonttues/326290067

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

Elections : Après la gifle, la fessée de Macron – Le Journal du lundi 21 juin 2021

Au programme ce soir, un journal majoritairement consacré aux élections régionales. Avec une abstention record, environ deux Français sur trois...

Carantec (29). Un homme poignardé à mort par trois individus

Un homme est mort ce lundi à Carantec. Agé de tout juste 18 ans, ce dernier aurait été poignardé...

Articles liés

Et les cloches se sont tues. Le film d’Eric Dick en accès libre

Le réalisateur Eric Dick vient de mettre son film, Et les cloches se sont tues, en accès libre. Voici le synopsis. 1970 : la France est...