ric_debat_2

45 personnes étaient réunies lundi soir à la MJC du Grand Cordel à Rennes, pour débattre du Référendum d’Initiative Citoyenne. Un plateau était composé d’une part de gilets jaunes dont un historien-enseignant, d’autre part de deux opposants au RIC dont le référent des jeunes bretilliens avec Macron. Étaient également présents dans la salle : deux membres du Conseil Municipal de Rennes et une assistante parlementaire pour représenter une député LREM d’Ille et Vilaine.

ric_debat_2

Dans une ambiance sereine avec un instant de convivialité à la pause, la soirée s’est terminée après plus de 2 heures de nombreux échanges entre la salle et le plateau. « Il faut abaisser les seuils du référendum d’initiative partagé de 4.5 million à 3 voir 2 millions pour le rendre plus accessible » a concédé Antoine, référent des jeunes en Marche d’Ille et Vilaine. Mais selon lui, il serait « irresponsable » que l’on puisse « débattre de la peine de mort dans un contexte où il y a des attentats terroristes ». Pour Pierre, l’un des gilets jaunes présents sur le plateau, « Un homme ça évolue, on peut le corrompre ou l’intimider. Comment justifiez-vous que l’on remette le destin de 65 millions de français, soumis pieds et points liés pendant 5 ans, au résultat du conflit qui se déroule dans le fort intérieur d’un seul homme que l’on a élu ? ».

Bien que la sensibilité favorable à l’instauration du RIC était largement majoritaire, le public a applaudi en fin de débat les deux « détracteurs » du plateau, l’animateur soulignant leur courage. Cet événement citoyen était un préalable à une consultation sur le RIC qui se tiendra le dimanche 28 avril à l’échelle du bureau de vote n°232 de Rennes.

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine