Flandre. Le Vlaams Belang reçu par le roi : gros malaise dans la gauche francophone

A LA UNE

De la belle aube au triste soir. La tragédie d’une famille française en Algérie [Interview]

Il n’est pas de vie qui ne soit inextricablement mêlée à notre histoire collective. Le livre De la belle...

« My life in loyalism ». Acteur majeur des Accords du Vendredi Saint, Billy Hutchinson évoque son engagement unioniste/loyaliste en Irlande du Nord [Interview]

Les éditions irlandaises Merrion Press ont sorti récemment un livre intitulé « My life in loyalism » signé Billy Hutchinson. Si les...

Yves Chauvel (La Bretagne en héritage) : « L’argent de la Région doit aller en priorité voire intégralement aux associations qui promeuvent la Bretagne...

Alors que Le Télégramme publiait récemment les résultats d'un sondage sur les élections régionales à venir, nous n'y avons...

Thierry Burlot (Nous la Bretagne) : « Les Bretonnes et Bretons furent probablement celles et ceux qui furent les plus migrants il y a...

Alors qu'un sondage Odoxa-Le Télégramme donne la liste Nous la Bretagne de Thierry Burlot, investit par LREM, en tête...

Avec la réception du leader du Vlaams Belang par le roi Philippe de Belgique, le cordon sanitaire autour des séparatistes flamands a été rompu. Au grand dam de la gauche wallonne francophone. Qui digère mal ce retour en force de la Flandre aux élections.

Vlaams Belang : le roi sous pression

Le cordon sanitaire en place depuis 1991 n’est plus d’actualité compte tenu du succès électoral des nationalistes flamands du Vlaams Belang lors des élections du 26 mai. En plus du scrutin désignant les prochains eurodéputés, les électeurs belges étaient aussi invités à se prononcer sur la nomination de leurs représentants régionaux et fédéraux. Mercredi 29 mai, le roi des Belges Philippe a reçu Tom Van Grieken, leader de la formation politique. Une réception qui intervient dans le cadre de discussions dans l’optique de la constitution d’un nouveau gouvernement fédéral.

Cette entrevue entre le roi Philippe et le Vlaams fait grincer des dents la Belgique francophone et plus généralement tout ce que le pays compte comme figures du politiquement correct. Les médias belges (mais aussi français) ont ainsi été nombreux à s’empresser de souligner qu’il faut remonter en 1936 pour retrouver trace d’une réception officielle d’un parti politique dit « d’extrême droite » par le roi. C’est à ce dernier qu’incombe officiellement la tâche de lancer le processus de négociations entre les chefs des partis belges.

Une année 1936 où le roi Léopold III avait invité Léon Degrelle, à la tête du parti Rex. En 1978, le leader de ce qui était encore le Vlaams Blok (avant de devenir le Vlaams Belang en 2004) Karel Dillen avait refusé l’invitation du roi Baudouin, les nationalistes flamands n’ayant que peu de sympathie pour la monarchie belge. Mais les scores électoraux de dimanche dernier ont changé la donne.

Vlaams Belang
Tom Van Grieken reçu par le roi Philippe. Source : lavenir.net

Le Vlaams au Palais royal : la gauche wallonne en PLS

Tom Van Grieken s’est ainsi entretenu le 29 mai au matin avec le roi Philippe. Fort de ses 18,5 % des voix en Flandre et de ses 18 sièges à la Chambre, le Vlaams Belang est aujourd’hui le deuxième parti politique en territoire flamand et le troisième de Belgique. Plus largement, le bloc nationaliste flamand représente désormais 43 sièges si l’on ajoute les 25 obtenus par la N-VA. Une N-VA qui avait siphonné les voix du Vlaams au précédent scrutin en 2014, lequel ne disposait alors plus que de 3 sièges. Avant un retour en force depuis ce 26 mai, la campagne efficace et offensive de Tom Van Grieken contre la tiédeur de la N-VA trop modérée ayant portée ses fruits.
Du côté du Parti socialiste belge, deuxième groupe à la Chambre avec 20 sièges et omnipotent au Parlement wallon, c’est la douche froide. La présidente de la fédération bruxelloise du PS Laurette Onkelinx a ressorti le sempiternel refrain sur « le danger de l’extrême droite » au sujet de la rencontre entre le leader du Vlaams Belang et le roi :

« Ça me choque profondément ! Pourquoi le Roi devait-il recevoir le Vlaams Belang ? Alors qu’il y a eu un ‘NON’ des partis démocratiques flamands en dehors de la N-VA qui ont dit qu’ils ne voulaient pas gouverner avec le Belang. Et côté francophone, personne ne veut non plus. C’est un parti raciste et violent et je trouve que le message donné par le Roi est dommageable. »

En oubliant de préciser que, sans la N-VA qui a bien compris que le mépris envers le Vlaams n’était plus d’actualité, les autres partis flamands sont dans l’incapacité totale de former une majorité au Parlement flamand.

Vlaams Belang
Laurette Onkelinx, posant pour ELLE Belgique en 2018. Source : elle.be

Quant à Rudi Vervoort (PS), le ministre-président bruxellois sortant, il s’est aussi exprimé sur ce rendez-vous au Palais royal :

« Le Roi est maître de son agenda. C’est sûr que pour moi, ce n’est pas un plaisir de voir cette scène en Belgique. Cependant, il y a une réalité électorale en Flandre qu’on ne peut pas nier. Mais à mes yeux, le Vlaams Belang est un parti infréquentable. C’est une décision du Roi que je peux comprendre, mais c’est avec beaucoup de regrets que j’assiste à ce moment que je n’imaginais pas voir un jour. »

Vlaams Belang
Rudi Vervoort. Source : Bx1

Socialistes wallons : la fête est finie

Même dépit impuissant chez les centristes francophones du CDH (Centre démocrate humaniste), qui ont essuyé un revers électoral le 26 mai. Le chef de la formation Maxime Prévot a déclaré : « Rien que l’idée de voir arriver le Vlaams Belang au Palais me fait froid dans le dos, mais au vu du résultat démocratique en Flandre, personne n’en tiendra rigueur au Roi de le recevoir ».

Toutes ces personnalités politiques wallonnes qui n’ont eu de cesse d’avoir le mot « démocratie » à la bouche en sont pour leurs frais : si le Vlaams Belang est aujourd’hui au coeur du jeu politique en Flandre (et en Belgique par extension), ce n’est pas le résultat d’un « coup d’état d’extrême droite » mais simplement celui des urnes. Un cauchemar tout ce qu’il y a de plus démocratique pour ces partisans d’une Belgique socialiste une et indivisible où les Flamands financeraient ad vitam æternam les dépenses de leurs onéreux voisins.

Une situation qui ne devrait toutefois pas s’éterniser tant le gap s’est encore creusé entre électorats flamand et wallon le 26 mai. Les premiers plébiscitant donc largement une politique séparatiste flamande, hostile à l’immigration et très axé sur l’identité. Quoique le programme du Vlaams Belang ait intégré une dimension socio-économique moins libérale que par le passé avant ces élections. Quant aux Wallons, la tendance de gauche de la population a été renforcée avec ce dernier vote, comme en témoigne la percée du PTB (Parti des travailleurs de Blegique), une formation marquée à l’extrême gauche. Une Wallonie où la thématique identitaire est beaucoup plus secondaire et où l’influence de « l’universalisme à la française » est très présente.

Dans ces conditions, la Belgique voit cohabiter sous son toit deux peuples qui n’ont pas grand chose en commun. Et pour lesquels un divorce à l’amiable serait peut-être la meilleure solution. Sous peine qu’il ne se fasse de manière plus brutale.

Crédit photos : Facebook Vlaams Belang
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

.
- Je soutiens BREIZH-INFO -

« Homos ou hétéros, on porte tous le même maillot ». Le nouveau clip de propagande de la Ligue de Football Professionnel

Après les clips gouvernementaux ou d'associations subventionnées contre le harcèlement de rue mettant en scène uniquement d'horribles harceleurs blancs,...

Bruno Attal : « Si mon collègue avait tué cette ordure, il serait où, là, Eric Masson ? En garde à vue, mis en...

Pour le syndicaliste policier Bruno Attal (Touche pas à mon flic) : « Si mon collègue avait tué cette...

Articles liés

Belgique. Où va le pays?

Où va le pays ? C'est la question que se posent des responsables du Vlaams Belang Bruxelles au sujet de l'avenir de la Belgique,...

Flandre. Les jeunes du Vlaams Belang demandent la levée du couvre-feu qu’ils jugent « absurde » [Vidéo]

En Flandre, la section jeunesse du Vlaams Belang lance une campagne contre le couvre-feu instauré depuis quatre mois par le gouvernement fédéral. Une mesure...

Belgique. Les jeunes nationalistes flamands de Schild & Vrienden traqués par la justice au nom de l’antiracisme [Vidéo]

En Belgique, neuf militants du mouvement de jeunes nationalistes flamands Schild & Vrienden pourraient être poursuivis sur demande du parquet de Flandre orientale. Leur...

En Belgique, les Flamands vont enquêter sur le patrimoine au bled des Marocains bénéficiaires de logements sociaux

La Flandre a décidé d’enquêter sur le patrimoine des Marocains résidant dans les logements sociaux sur son territoire afin de vérifier s’ils possèdent des...