L’Union nationale des associations agréées d’usagers du système de santé (France Assos santé) appelle à un Plan Marshall de l’accès aux soins en France. Cet appel fait suite à la crise dans les urgences de France, qui s’aggrave de jour en jour, alors que le système de santé français prend de plus en plus les traits d’un système en voie de tiers mondisation avancée.

« Nous demandons également à ce que tout soit (enfin) mis en œuvre pour lutter contre les déserts médicaux. Pour faire baisser la charge sur les urgences, il faut rendre à nouveau accessibles la médecine de ville et la médecine de garde, partout et pour tous » explique la fédération qui réunis des dizaines d’associations.

La Fédération a adressé un communiqué à la presse, que voici ci-dessous :

Les services d’accueil d’urgence (SAU) connaissent une crise profonde depuis plusieurs années à laquelle aucune solution n’a été trouvée. Les missions parlementaires, audits et rapports se succèdent, parvenant toujours aux mêmes conclusions : le système est à bout de souffle. Le nombre de passages aux urgences augmente de façon exponentielle (+15% en 4 ans), sans que les effectifs ni les moyens ne suivent. La prise en charge se dégrade, les délais d’attente s’allongent dangereusement et les conditions de travail deviennent intenables pour les personnels soignants. Conséquence de cette situation : une perte de chance pour les patients, en particulier les plus âgés[1] ou les plus vulnérables, avec des risques accrus d’accidents médicaux et une hausse de 23% de la mortalité.

Manque de moyens ET défaillance de l’offre de soins de ville. Le manque chronique d’effectifs et de moyens est évidemment en cause, mais pas seulement : la défaillance de l’offre de soins de ville induit un transfert forcé vers les urgences de patients qui n’ont rien à y faire. Les récentes études montrent que 20% des patients pris en charge aux SAU relèvent en réalité de la médecine de ville. Or l’insuffisance de l’offre ou son inaccessibilité (éloignement, délais d’obtention d’un rendez-vous, précarité socio-économique…) fait des urgences le seul recours possible pour des millions de Français. 12% des Français n’ont toujours pas accès à un médecin traitant. Les délais pour obtenir un rendez-vous chez certains spécialistes se comptent souvent en mois. Quelles solutions pour les usagers dans pareil cas ? Les urgences.

Pour France Assos Santé, la situation n’est plus acceptable. Nous n’avons nul besoin d’une énième mission parlementaire ni d’un énième rapport. La situation nous la connaissons. Les solutions aussi.

Ce dont nous avons besoin, et vite, c’est d’un véritable Plan Marshall de l’accès aux soins en France.

Nous demandons :

· Des financements urgents et suffisants pour l’hôpital public, à commencer par les services d’urgence, pour davantage d’effectifs et des moyens techniques adaptés.

· Un plan ambitieux de lutte contre les déserts médicaux, des services de médecine de garde mieux dotés[3] et une meilleure répartition de l’offre de soins sur le territoire. Les dispositions prévues dans la loi Santé sont insuffisantes. Nous demandons des mesures fermes, coercitives si nécessaire. Il en va de l’égalité de tous devant le soin.

Outre les besoins médicaux et financiers, c’est également la sécurité du personnel (et des patients) qui se trouve de plus en plus menacée dans certaines métropoles. Une patiente des urgences du CHU de Rennes aurait ainsi agressé quatre membres de l’équipe soignante, lundi soir, nécessitant l’intervention de cinq agents de sécurité.

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine