don_organes

Le 22 juin 209 se déroulera la 19ème journée nationale sur le don d’organes et la greffe et de reconnaissance aux donneurs. C’est donc une bonne occasion de s’interroger sur le don d’organes et de tissus et de parler de sa volonté avec ses proches. Pour faire le point sur cette journée, mais également sur ce geste qui permet de sauver des vies, nous avons interrogé Armande Meunier, IDE (infirmière), coordinatrice des prélèvements multi organes et tissus pour le Centre Hospitalier des pays de Morlaix.

Breizh-info.com : En quoi consiste le don d’organes ? Comment peut-on devenir donateur ?

Armande Meunier (CH Morlaix) : Le don d’organes sert à remplacer un organe défaillant par un organe viable dans un autre corps. Ça sert donc à sauver des vies et à améliorer grandement les conditions de vie par une reprise de l’activité physique et professionnelle, des loisirs, des voyages…. Bref, tout ce qu’on peut faire quand on est en bonne santé.

La loi Cavaillet de 1976 dit que toute personne est donneur présumé sauf si elle s’y oppose, notion réaffirmée par la loi de 2016. Ce qui veut dire que si nous nous y opposons pas de notre vivant, on est considéré comme donneur (même si nous n’avons jamais abordé le sujet en famille, entre amis). C’est pour cela qu’il est important d’en parler avec ses proches, éventuellement de laisser un papier avec son avis dans son portefeuille. Si on est contre ou si nous avons des restrictions, nous vous encourageons à vous inscrire sur le registre national des refus par internet. On peut s’y inscrire à partir de 13 ans. On a le droit de changer d’avis au cours de sa vie et de se désinscrire. Si c’est le cas, il ne faudra pas oublier d’en informer ses proches.

Breizh-info.com : Si je meurs sans avoir été déclaré donneur d’organe, ma famille peut-elle faire un choix à ma place ?

Armande Meunier (CH Morlaix) : Les infirmiers coordinateurs hospitaliers s’entretiennent avec les proches pour connaître la volonté du défunt à travers le témoignage de ses proches. Nous ne recherchons pas l’avis de la famille mais ce que le défunt aurait souhaité. Depuis la loi de 2016, nous devons demander un témoignage écrit de la famille décrivant les circonstances de recueil de l’opposition du défunt.

Breizh-info.com : Quels sont les chiffres principaux du don d’organe en France, en Bretagne ?

Armande Meunier (CH Morlaix) :  En 2018 en France :

  • 5 805 organes greffés
  • 24 791 patients inscrits sur la liste d’attente
  • 678 patients décédés sur la liste d’attente
  • 30% opposition

En 2018 en Bretagne :

  • 25.5% opposition

Breizh-info.com :  Y’a-t-il des idées reçues sur le don d’organes ? Quelles sont-elles ? 

Armande Meunier (CH Morlaix) :  Voici les questions principales que se posent les patients, et auxquelles nous tentons d’apporter une réponse.

A-t-on besoin d’une carte de donneur ? Non, la carte de donneur n’a pas de valeur juridique. Elle donne juste une preuve de sa volonté.

Prélève-t-on les yeux ? Non, c’est un prélèvement de la cornée qui est fait. La cornée est une membrane juste-au-dessus de l’œil, comme une lentille. L’œil reste en place.

Je suis « trop âgé » ou « trop malade » pour donner mes organes ? Pour certains organes (cœur et poumons), il y a une limite d’âge, mais pas pour les autres organes (foie et reins). Certains examens sont réalisés pour peser le bénéfice/risque de la greffe de chaque organe car au bout du don, il y a un receveur. Il faut plutôt résonner avec cette question en tête : « ai-je envie de donner mes organes ? »

Ma religion m’interdit de donner mes organes ? Pour les 3 grande religions de France (juive, catholique, musulmane), aucun texte sacré ne s’y oppose. Les responsables religieux y sont favorables car on aide son prochain.

Breizh-info.com : Quelles actions menez vous toute l’année pour sensibiliser le public ?

  • L’Agence de la biomédecine réalise un spot vidéo diffusé à la télévision et au cinéma . Nous sensibilisons le public via des interviews comme celle-ci, mais aussi par la mise à disposition dans les cabinets médicaux et pharmacies de flyers d’information (région morlaisienne). Nous avons également mené en 2018 une opération d’information auprès des festivaliers des vieilles charrues par le spot de l’agence de la biomédecine , la distribution de bracelets par les coordinations de Bretagne accompagnés par leurs informations.
  • Sensibilisation dans les lycées sous forme de conférence
  • Sensibilisation auprès des professionnels et futurs professionnels infirmiers et aides-soignants.

Propos recueillis par YV

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine