Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

La GPA…un film d’horreur 100% réel ? Utiliser des femmes et des hommes en état de mort cérébrale comme mères porteuses

“Whole body gestational donation”, le don gestationnel du corps entier est le titre d’une étude norvégienne qui propose d’utiliser les corps en état de mort cérébrale comme mères porteuses. Dès les premières lignes, le ton est posé : “le don gestationnel du corps entier offre un autre moyen de gestation aux futurs parents qui souhaitent avoir des enfants, mais qui ne peuvent pas ou préfèrent ne pas les porter.”

Les corps ne sont plus des personnes humaines mais de simples amas de cellules, des sacs d’organes. La vie est réduite à ses fonctions mécanicistes : elle respire encore, elle peut enfanter. Si un couple veut un enfant, il doit l’avoir quoi qu’il en coûte, qu’il s’agisse d’exploiter la pauvreté de femmes dans le besoin ou des corps inertes, comme dans le cas présent. C’est le transhumanisme libéral, pensé à l’ère des égoïsmes et de la sacrosainte volonté des individus. Les bons sentiments qui servent d’habitude de prétexte “pour faire avaler la pilule” au commun des mortels ne sont même pas ici dérangés, puisque cette GPA sur femme morte cérébralement serait ouverte aux personnes ne désirant tout simplement pas porter d’enfant : devant les désirs et les caprices de nos contemporains, tout doit s’effacer. L’éthique, la décence, toute conception de la vie qui ne soit pas purement fonctionnelle, c’est has been. Tout comme le sacré, celui-là étant désormais complétement anachronique. Sainte Science règne en maitresse absolue. Pas la biologie, pas la nature, mais la science, l’intervention humaine sur la nature. Le progrès ultralibéral c’est bien ça : plier la nature à nos caprices.

Mais tempérons… Si l’auteur de l’étude, Anna Smajdor, agrégée de philosophie à l’université d’Oslo, part du principe qu'”il n’y a aucune raison médicale évidente pour laquelle il ne serait pas possible de commencer de telles grossesses”, le consentement existerait, il serait émis à priori, sur le modèle des dons d’organes. Si ces derniers sont acceptés, le don du corps entier à des fins reproductives devrait l’être aussi, puisque “la logique est la même” pour l’universitaire scandinave.

Les féministes peuvent donc se rassurer, le consentement est là, ce qui leur évitera toute réflexion sur la réification du corps des femmes, sur leur réduction à la fonction d’incubatrice, de tupperware humain. Ouf, sauvées ! Mais il y a mieux. Anna Smajdor, écarte toutes ces préoccupations féministes grâce à la maternité… masculine ! “La perspective d’une grossesse masculine n’est pas, comme beaucoup l’imaginent, fantaisiste ou relevant de la science-fiction. En 1999, Robert Winston a déclaré aux journalistes qu’il n’y avait pas de problèmes médicaux intrinsèques à initier une grossesse masculine : le danger serait dans l’accouchement. Nous savons déjà que les grossesses peuvent arriver à terme en dehors de l’utérus. Le foie est un site d’implantation prometteur, en raison de son excellent apport sanguin. (…) Les gestateurs mâles ne pourraient porter qu’une seule grossesse, plutôt que plusieurs grossesse consécutives.

Et Saint contrat est là lui aussi ! Si tout le monde est d’accord, il ne devrait donc pas y avoir de problème à placer des embryons jusqu’à la naissance dans l’utérus de femmes – ou d’hommes – morts cérébralement. Enfin, tout le monde d’accord à part le bébé, évidemment. Il ne fait d’ailleurs l’objet d’aucune considération dans l’étude, inutile de chercher les termes enfant, bébé, nouveau-né, vous ne les trouverez pas. Aucune observation non plus sur le lien qui unit la mère à l’enfant à naître, vous imaginez bien ! Ce dernier est nié en soi par la GPA quelle qu’elle soit.

Et ce, même si cette même science a établi depuis des lustres qu’ils sont connectés sensoriellement et affectivement, et que l’état psychologique de la mère joue un rôle prépondérant dans le processus évolutif du bébé. Pas une ligne, pas un questionnement sur les conséquences d’un encéphalogramme plat de la mère alors que le fœtus est sensible à ses émotions. S’il n’y en a pas, que se passe t’il ? Cela ne semble pas intéresser notre philosophe.

Audrey D’Aguanno

Crédit photo : DR
[cc] Breizh-info.com, 2023, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine

Cet article vous a plu, intrigué, ou révolté ?

PARTAGEZ L'ARTICLE POUR SOUTENIR BREIZH INFO

12 réponses à “La GPA…un film d’horreur 100% réel ? Utiliser des femmes et des hommes en état de mort cérébrale comme mères porteuses”

  1. alienor dit :

    plus on s’informe, pire c’est……d’un côté, ils veulent dépeupler et de l’autre, ça ?????? sans parler des “vaccins”

  2. Il s’agirait de personnes en état de coma profond car les patients en état de mort cérébrale réelle ( plus aucune circulation cérébrale au scanner) sont bien trop instables pour survivre plus de quelques heures ou jour .Du point de vue éthique c’est fort différents
    Cette philosophe n’a aucun scrupule ni aucune connaissance de l’état de mort cérébrale

  3. Richard dit :

    L’Homme, ou du moins ce soi-disant savant, veut devenir Dieu-Créateur. Mais que se passe t’il le 7ém jour s’il y arrive ?

  4. Aaron dit :

    Ça fera des bébés ‘morts-vivants’.

  5. Aaron dit :

    … Matrix!

  6. Erwan Berric dit :

    Comme c’est curieux. L’argument des abortionnistes était que la décision ou non d’avoir des enfants devait revenir à la mère ? Quand ça les arrange et qu’ils veulent des enfants, ils préfèrent s’adresser à des cadavres, sans leur demander leur avis.
    Le gauchisme est une maladie mentale.

  7. Hadrien Lemur dit :

    Avant quand je faisait un mauvais rêve, je me réveillais et la réalité me rassurait. Maintenant le cauchemar c’est quand j’ouvre les yeux. Un immense hôpital psychiatrique à ciel ouvert de plus de 7 milliards de patients et des pseudo-docteurs plus fous que les zombies qu’ils ont en thérapie. Tel est devenu notre monde.

  8. DAVID dit :

    Jusqu’où ira l’abomination progressiste ?

  9. Patrick dit :

    Sans parler de tous les trafics possibles, comme un bon coup de matraque sur la tête de sa voisine (ou de sa copine) et vendre son corps pour des gestations.

  10. Nevada dit :

    Le but est de créer des êtres non-humains à qui on imposera l’intelligence artificielle, complètement modifiés génétiquement grâce aux vaccins à répétition, pucés et surveillés étroitement et pour compléter le tout, on leur donnera à faire des travaux fragmentés afin qu’ils n’en voient pas la finalité ni évidemment le point de départ. C’est déjà en cours dans les compagnies d’assurance, entre autres.
    Le meilleur des Mondes. Et qui est à la manoeuvre? Je ne le dirai pas car Yann ne me publiera pas.

  11. Zoé dit :

    Je n’ai pas pu lire l’article jusqu’au bout,
    Merci pour ce genre d’article,
    Personnellement ça me donne du courage pour ce que je vais faire..

  12. Njoh Mouellé dit :

    Ça, ce n’est plus du « Transhumanisme », même si ses projets d’augmentation des capacités prennent tout leur appui sur la science! Même si
    c’est pour faire bonne figure, Google et d’autres entreprises ont quand même adopté les « 23 Principes d’Asilomar » en janvier 2017! Il faut un frein éthique à cet emballement qui caractérise aussi le mouvement « postgenriste », décidé à supprimer la réalité -genre-masculin/féminin sous prétexte que la science permettrait de fusionner les meilleures caractéristiques de chaque genre pour quitter le binarisme masculin/féminin.

ARTICLES EN LIEN OU SIMILAIRES

Environnement, International

Tyrrhenian Link. Eolien en Italie : la “révolte des oliviers” contre l’expropriation des terres

Découvrir l'article

A La Une, Politique, Société

Pour rallier la jeunesse aux idées identitaires, il va falloir être cool ! L’exemple de l’AfD

Découvrir l'article

International

Trump vs Biden, le parti pris indécent des médias révèle la bêtise de nos contemporains

Découvrir l'article

Santé, Sociétal, Société

Des sages-femmes s’opposent à l’adhésion de leur ordre à la Gay Pride : elles seront rééduquées

Découvrir l'article

Politique

Jean-Luc Mélenchon est-il limité ?

Découvrir l'article

Politique

Délinquants violents au pouvoir ? La gauche en raffole. Le cas Ilaria Salis

Découvrir l'article

Politique, Tribune libre

Élections législatives volées ? Une gifle nécessaire, réjouissons-nous ! [L’Agora]

Découvrir l'article

A La Une, Culture & Patrimoine, Société

La chanson des élections ? Pour Breizh-Info, c’est celle-ci ! (Si belle et si triste à la fois)

Découvrir l'article

International, Société

Des Gay Pride américaines interrompues par des manifestants pro-palestiniens. Court circuit à gauche

Découvrir l'article

A La Une, International

Julian Assange est enfin libre !

Découvrir l'article

PARTICIPEZ AU COMBAT POUR LA RÉINFORMATION !

Faites un don et soutenez la diversité journalistique.

Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur Breizh Info. Si vous continuez à utiliser le site, nous supposerons que vous êtes d'accord.

Clicky