letudiant_libre

Des élèves de l’Institut Catholique d’Études Supérieures (ICES) ont lancé il y a quelques mois leur journal intitulé L’étudiant libre. Ce mois-ci, c’est le 4ème numéro qui est consacré aux médias et qui évoque deux médias régionaux de presse alternative, Breizh-Info, et Infos Toulouse. Vous pouvez retrouver le journal dans plusieurs relais (voir ici).

Nous vous proposons de découvrir ci-dessous l’article qui nous est consacré, rédigé par Paul Guerr.

Breizh Info, l’empêcheur de tourner en rond

Ils sont une poignée à avoir décidé il y a maintenant six ans de fonder le média alternatif Breizh Info. Leur objectif était simple : mettre en place un peu de pluralisme dans les médias : « la presse mainstream se devait d’être concurrencée, pour rétablir quelques vérités ».
C’est pour eux la principale différence avec les médias classiques : la vérité et l’honnêteté, refusant ainsi toute censure au nom du politiquement correct : « Lorsque nous interviewons quelqu’un, nous ne coupons pas ses propos, nous ne les arrangeons pas à notre sauce. Lorsque nous constatons que des immigrés clandestins multiplient les vols et les agressions à Rennes, nous ne les qualifions pas de “jeunes” mais bien d’immigrés clandestins. » C’est parce qu’ils sont libres que Breizh Info peut se permettre de présenter à ses lecteurs la vérité. C’est parce qu’ils présentent la vérité que le succès est là.
Comme ils le disent eux-mêmes, n’avoir de compte à rendre ni à des décideurs politiques ni à des investisseurs permet une totale liberté de ton. Cette liberté, difficile à assurer (notamment sur le plan financier) est possible grâce à la générosité de leurs lecteurs et à quelques publicités. Cela permet d’être libre de toute subvention et de tout investisseur tout en proposant un contenu gratuit aux lecteurs.
En six ans, ce média a réussi à s’imposer petit à petit en faisant fi des critiques. Quand on leur demande les raisons de ce succès, ils estiment que « la recette, c’est de dire la vérité aux lecteurs. Pas besoin d’inventer des fake news pour décrire une réalité qui n’est pas tout rose ».
Enfin, s’ils ont choisi d’être un média régional, c’est parce que cette équipe de Bretons préfère parler « de ce que nous vivons et connaissons le mieux. » Pourtant, leur site est de plus en plus visité, donnant à ce média local une « vocation nationale et internationale ».

Infos Toulouse, un média indépendant, mais pas seulement

« Nous avons voulu nous réaffirmer comme le contre-pouvoir de la classe politico-médiatique toulousaine », dominée notamment par La Dépêche (journal du Parti Radical de Gauche). Cette volonté a poussé quelques jeunes Toulousains à lancer un blog, devenant un site internet dès la rentrée suivante face au succès rencontré. « C’est ainsi que pas après pas, sans subvention, sans publicité, sans grands financiers derrière nous, nous nous sommes développés et nous avons grandi. »
Leur indépendance les démarque des médias traditionnels. « Nous sommes libres », s‘exclament-ils fièrement en constatant leur indépendance garantie par leurs donateurs moyens ou modestes. Au-delà de cette liberté, ils ne sont pas seulement un média mais « une communauté où nos journalistes sont en contact constant avec nos lecteurs », grâce à des événements où ils peuvent se rencontrer. De plus, Infos Toulouse organise plusieurs conférences dans l’année pour « être un pôle culturel à Toulouse ».
Leur méthode fait également la différence. « Notre volonté et notre raison d’être a toujours été de donner la parole à ceux qui ont été trop longtemps ignorés par les micros. » Ainsi, en donnant la parole à tous, aux associations, aux oubliés, aux acteurs politiques, l’équipe se définit comme « des Gilets jaunes avant l’heure ».
En effet, tout est à faire à Toulouse selon eux pour contrer une gauche totalitaire et hégémonique extrêmement bien organisée. « Nous devons nous aussi tisser notre toile d’araignée. » Celle-ci comprend déjà un média, un cercle de conférence mais aussi des entreprises locales, des producteurs, des librairies, des associations. Pour mener ainsi ce combat mais surtout présenter le patrimoine toulousain, les créateurs d’Infos Toulouse ont voulu l’ancrer localement. « Nous sommes les héritiers d’une histoire et d’un patrimoine que nous devons transmettre, c’est là notre ligne directrice. »
En ayant de l’audace, en étant honnête et accessible facilement, l’équipe a vite réussi à imposer ce média dans la région dans un public très large « nous avons réussi à nous forger une réputation bienveillante des Gilets jaunes aux personnalités politiques, des catholiques aux amoureux du patrimoine. » Le tout, avec très peu de moyens puisque toutes les ressources sont garanties par des donateurs et que le contenu est gratuit, ce qui durera si les donateurs et le public sont au rendez-vous. « Plus nous serons aidés, plus nous pourrons garantir des contenus de qualité, réguliers et inédits. »

Crédit photos : DR
[cc] Breizh-info.com, 2019, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source d’origine – V